Preloader Operavision

Staatsoper Hannover

Giulio Cilona (directeur musical)

Rencontres | Mozart

Quatre questions pour le chef d'orchestre Giulio Cilona

Comment rendre la musique de Mozart vivante et « nouvelle » en 2022 ?

Après les versions romantisées de Mozart du siècle dernier, de nombreux chefs d'orchestre recherchent aujourd'hui des tempi vifs, des contrastes forts et dynamiques et de l'authenticité. Les différences d'interprétation résident dans des détails non annotés dans la partition mais liés aux pratiques d'exécution de l'époque. De nos jours, on dit souvent que le chef d'orchestre les interprète librement ou se fie à un sentiment. Mon professeur Bruno Weil a toujours été très strict à ce sujet : « Devant un tel chef-d'œuvre, un chef d'orchestre doit rester le serviteur de la musique ». La musique de Mozart n'a pas besoin d'une « aide » supplémentaire. Tout est là, la musique est perfection. En tant que chef d'orchestre, la seule tâche consiste à attirer l'attention sur de petits détails en particulier en analysant la partition. Et ensuite, il faut réfléchir à la manière d'ajouter des détails non écrits à la musique pour obtenir le résultat musical le plus convaincant. Je dirais donc « fidèle » plutôt que « nouveau ». La tendance actuelle à tout jouer de manière très vivante ne signifie pas nécessairement « nouveau ». Nous savons que Mozart, en tant que chef d'orchestre, ne pouvait jamais diriger ses œuvres aussi rapidement qu’il le souhaitait : l'orchestre ne pouvait jamais jouer assez vite pour lui. Fraîche et vivante, sa musique l'était déjà en 1786.

Quelle est la particularité de votre interprétation ? À quoi le public peut-il s’attendre ?

J'essaie toujours de situer dans l’époque du compositeur. Donc à la place d’une personne qui ne connaissait la musique que jusqu'en 1786. Nos oreilles du 21ème siècle ont tout entendu, et donc trop souvent elles manquent des détails, des leitmotivs cachés et des plaisanteries. J'aimerais faire ressortir ces détails et les rendre accessibles au public. Le public peut s'attendre à de nombreux moments musicaux amusants, surprenants et pétillants et à de grandes émotions. Il peut également s'attendre à un grand ensemble vocal. Les chanteurs apporteront beaucoup d'action sur scène, chaque rôle est important. Dans la fosse d'orchestre et sur scène, chacun doit s'efforcer d'obtenir une articulation claire et un niveau sonore adéquat, en particulier dans les numéros d'ensemble, afin d’atteindre la plus grande clarté possible dans la musique. Tout ce que Mozart a écrit sur la partition doit être exploité et joué avec beaucoup de sens. Chaque note a son propre pouvoir dramatique et rhétorique.

Y a-t-il un défi particulier pour le Staatsorchester Hannover ?

Jouer cette musique sur des instruments modernes n'est pas une tâche facile : elle doit avoir de l'effervescence, tout en ayant le bon équilibre et la bonne articulation. En tant que jeune chef d'orchestre, j'aborde Figaro comme un défi, comme une pièce de répertoire qui est souvent jouée. Je dois convaincre le Staatsorchester expérimenté de la justesse de mon interprétation. Mozart est un peu différent chaque soir : nous, dans la fosse d'orchestre, accompagnons avec souplesse l'ambiance et les sentiments sur scène. Ce sera un grand plaisir pour nous tous !

Avez-vous une partie préférée ?

Les moments calmes où l'on peut laisser la musique couler et l'orchestre jouer. En quelques mouvements, je peux alors montrer de petits détails musicaux et profiter du reste avec les artistes sur scène. Je pense, par exemple, à l'incroyable duo qui ouvre le troisième acte. Pour moi, cet opéra possède la meilleure ouverture et la meilleure description musicale jamais composée, quasi-religieuse, d'une réconciliation. Il n'y a tout simplement pas mieux que cela.

Les Noces de Figaro - Regardez l'œuvre complète sur OperaVision entre le 20 janvier et le 20 juillet 2022.