Preloader Operavision
Alessia Santambrogio

Teatro Sociale di Como / AsLiCo

Werther

Pourquoi me réveiller, ô souffle du printemps?

Jeunes artistes | Massenet

Lorsqu'un poète passionné tombe amoureux d'une jeune femme, elle est émue par son ardente déclaration d'amour. Pourtant, elle est promise à un autre et finit par le rejeter, le poussant à faire un geste fatal. 

 

Avec une des plus magnifiques musiques romantiques jamais écrites, Werther de Jules Massenet transforme le roman épistolaire couronné de succès de Goethe en l'une des plus belles réalisations de l'opéra français. Cette production met en vedette les gagnants du 71ème Concours de chant AsLiCo en 2020, dont la passion juvénile rivalise avec celle de Werther.

Enregistré le 5 Novembre 2020 à Teatro Grande di Brescia

 

Chanté en français. Sous-titres en anglais. Co-production Teatri di Opera Lombardia: Teatro Sociale di Como, Teatro Grande di Brescia, Teatro Fraschini di Pavia, Teatro Ponchielli di Cremona. Arrangement spécial avec l'aimable autorisation de la Casa Musicale Sonzogno et de Piero Ostali Orchestration par Petter Ekman.

Disponible à partir du
13.12.2020 à 19h00 CET

jusqu'au
13.06.2021 à 12h00 CET

WertherGillen Munguía
Le BailliAlberto Comes
CharlotteKarina Demurova
AlbertGuido Dazzini
SchmidtNicola Di Filippo
JohannFilippo Rotondo
SophieMaria Rita Combattelli
BrühlmannAndrea Gervasoni
KätchenLuisa Bertoli
ChœursCoro voci bianche del Teatro Sociale di Como
OrchestreI Pomeriggi Musicali


MusiqueJules Massenet
Direction musicaleFrancesco Pasqualetti
Mise en scèneStefano Vizioli
DécorsEmanuele Sinisi
DesignerAnna Maria Heinreich
LumièresVincenzo Raponi
Chef des ChœursLidia Basterretxea
VisualsImaginarium Creative Studio
Assistant directorPierluigi Vanelli
Assistant set designerEleonora De Leo

Acte I

Chez lui, dans la ville de Wetzlar, en Hesse, l'huissier de justice essaie d'apprendre une chanson de Noël à ses enfants les plus jeunes. Ses deux compagnons de beuverie, Johann et Schmidt, s'amusent de sa lutte pour répéter des chansons de Noël en plein été. L'huissier les informe que sa fille aînée, Charlotte, se prépare pour le bal du soir et que le jeune poète Werther l'accompagnera pendant que son fiancé, Albert, est en voyage d'affaires.

Arrivé chez l'huissier de justice, Werther est submergé par la glorieuse journée d'été et rend hommage à la nature par la poésie. Il est interrompu par le bruit des enfants : c'est Charlotte qui se dépêche de donner le souper à ses jeunes frères et sœurs avant son départ pour le spectacle de la soirée. Werther est complètement captivé par ce qu'il voit. L'huissier dit qu'il est devenu veuf, et que c'est Charlotte qui s'occupe des enfants et de la maison maintenant que sa mère est morte.

Après le départ de Werther et Charlotte pour le bal, Albert arrive soudainement après six mois d'absence de la ville. Il est déçu que Charlotte ne soit pas à la maison mais demande à Sophie, la deuxième fille de l'huissier, de ne pas révéler qu'il est de retour : il veut que ce soit une surprise pour tout le monde le jour suivant.

Après le retour de Werther et Charlotte, Werther confesse son amour pour elle. Mais il devient désespéré quand Charlotte lui dit ce qu'elle a promis à sa mère sur son lit de mort : qu'elle doit prendre soin de la famille et épouser Albert.

Acte II

C'est un dimanche brillant et ensoleillé, et Albert et Charlotte sont mariés depuis trois mois. Avec d'autres invités, ils se rendent en masse à l'église pour célébrer le jour des noces d'or du pasteur.

Werther observe Charlotte et son mari de loin et il pleure la perte de celle qu'il a décidé être le grand amour de sa vie. Albert dit à Werther qu'il comprend son désespoir et lui pardonne. Werther ment à Albert en lui disant qu'il ne voit plus Charlotte que comme une bonne amie.

Les deux hommes sont interrompus par l'amoureuse Sophie qui déclare qu'alors que l'air est plein de gaieté, elle aimerait fêter et faire la première danse avec Werther. Mais Werther prend sa retraite, honteux d'avoir menti à Albert sur son amour pour Charlotte. Quand Charlotte arrive, Werther déclare à nouveau sa passion pour elle.

Charlotte, un peu bouleversée, répète qu'elle doit suivre son devoir et qu'elle appartient à une autre. Elle exige que Werther quitte la ville, mais s'affaiblit et lui demande de revenir plus tard, à Noël. Werther déclare qu'il ne reviendra plus jamais.

Acte III

L'automne est passé à l'hiver, et la veille de Noël, Charlotte lit toutes les lettres de Werther avec désespoir et une profonde émotion. Sophie essaie de remonter le moral de sa grande sœur, mais en vain.

Werther arrive soudainement, et lui et Charlotte échangent des souvenirs de l'époque avant leur séparation. Werther cite un poème passionné qu'il était en train de traduire. La rencontre est intense, mais Werther quitte Charlotte brusquement.

Albert rentre à la maison et dit à Charlotte qu'il a entendu dire par des citadins que Werther lui rendait visite. Il lui montre aussi une lettre qu'il vient de recevoir de la part de Werther : « Je pars pour un long voyage. Vous me prêterez vos armes ? » Charlotte sent une terrible tragédie imminente et s'enfuit en courant.

Acte IV

Cette nuit-là, Charlotte se rend chez Werther. Dans sa chambre, elle le trouve blessé, mais il lui interdit d'aller chercher de l'aide. Ils s'embrassent enfin et elle lui déclare son amour avant qu'il ne meure dans ses bras.

5 clés pour aborder Werther

1° Des désirs contradictoires

Ecrit en seulement cinq semaines et demie en 1774, Les Souffrances du Jeune Werther, de Johann Wolfgang von Goethe, a mieux saisi que tout ce qui a précédé le conflit entre la liberté individuelle et le cadre strict des conventions sociales. Le roman épistolaire, vaguement autobiographique, a eu un impact profond sur ses lecteurs de l'époque et a propulsé son jeune auteur sur le devant de la scène littéraire internationale. Dans le roman, Werther est dépeint comme un jeune rêveur passionné. Toutes les impressions sensorielles sont vécues avec force, et quand il tombe amoureux de Charlotte, malgré ses fiançailles, la raison fait place à des émotions féroces. Ligne par ligne, le lecteur peut suivre la vie émotionnelle de Werther, qui devient de plus en plus douloureuse chaque jour. Il ne peut pas obtenir ce qu'il aime tant, et cette douleur intérieure devient si insupportable qu'il finit par se suicider.

2° L'âge de l'anxiété

Un peu plus de 100 ans plus tard, le roman connaît un regain d'intérêt avec l'opéra de Jules Massenet, achevé en 1887. La description détaillée de Goethe des sentiments intérieurs, du pessimisme de la fin tragique de Werther et la question de la place des femmes dans la société ont résonné avec les inquiétudes de la France de la fin du siècle. Les trois librettistes de Massenet - Édouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann - ont interprété le roman comme des Parisiens contemporains, mais ont conservé l'action à Wetzlar, la ville hessoise où Goethe avait vécu à l'époque. Le résultat est un drame intime et efficace dans lequel Charlotte et Werther se battent jusqu'à ce qu'ils s'embrassent et s'ouvrent l'un à l'autre mais il est déjà trop tard.

3° Mélodies et motifs

Pour Massenet, c'était un texte difficile à mettre en musique. Certes, il était un maître de la mise en ton atmosphérique, mais la vie intérieure de l'âme exigeait une prise en main particulière. Comme beaucoup de compositeurs des années 1880, il s'est inspiré des leitmotivs de Richard Wagner. Sans copier directement l'Allemand, décédé deux ans avant le début des travaux sur Werther, Massenet a pu planter des motifs musicaux mémorables pour illustrer des moments émotionnels et dramatiques particuliers. Insérés dans un flot de mélodies romantiques, ils ont contribué à refléter la tension ressentie par les deux protagonistes, Werther et Charlotte. Massenet a ainsi pu distinguer l'action extérieure de l'action intérieure à l'aide d'instruments de musique et créer en même temps profondeur et contraste dans l'ensemble de l'œuvre.

Pour le chef d'orchestre Francesco Pasqualetti, l'orchestre de Werther chante une mélodie et les chanteurs l'accompagnent sur scène. De cette manière-là, Massenet renverse la définition habituelle de l'écriture d'opéra. « C’est comme si l’orchestre disait ou chantait ce qu’il n’est plus permis de dire avec la voix. Ce qui ne peut pas être dit avec la voix. »

4° Une feuille de papier froissée 

Le metteur en scène Stefano Vizioli s'est vu confronté à des difficultés inattendues lorsqu'il s'est mis à mettre en scène Werther. Convaincu de la signification fondamentale du contact physique et du langage corporel comme vecteur d'expression vocale, il s'inquiétait de la manière dont il serait capable de produire l'opéra avec les mesures de sécurité actuelles. Comment se déroulerait la scène du baiser? Et celle des enfants qui jouent?

L'inspiration est venue lorsque le scénographe Emanuele Sinisi et lui ont imaginé une grande feuille de papier blanc froissée par une main nerveuse, « une feuille qui accueille parfois des mots qui sont composés et brisés, tachés d'encre qui s'écoule, des mots qui deviennent des larmes ou du sang ». Ce stratagème scénographique relie l’action au roman épistolaire original de Goethe, tout en justifiant poétiquement la distance entre les personnages.

5° Une scène pour de jeunes chanteurs talentueux

S'appuyant sur les talents émergents de la 71ème édition du Concours AsLiCo pour les jeunes chanteurs d'opéra (6 janvier 2020), cette production perpétue la longue tradition de mise en scène d'opéra de haut calibre, mettant en vedette les chanteurs lauréats du concours. D'autres finalistes et lauréats des éditions précédentes ont également rejoint la distribution. Avant de commencer les preuves, les chanteurs ont suivi pendant une année l'AsLiCo Academy, y compris des masterclasses avec les célèbres chanteurs italiens Silvia Dalla Benetta et Roberto De Candia, Marco Vinco et Sonia Ganassi. La formation s'est poursuivie pendant les mois du confinement avec des cours de diction et de langue.