Preloader Operavision
Martynas Aleksa

Klaipėda State Music Theatre

Le Vaisseau fantôme

Avez-vous vu le vaisseau mort, son mât noir et sa voile rouge ?

Opéras | Wagner

Un capitaine est condamné à naviguer sur les mers du monde pour l'éternité, et n'est autorisé à rejoindre la terre ferme qu'une fois tous les sept ans. Trouvera-t-il l'amour d'une femme fidèle pour briser la malédiction ?

 

Dans cette production à grande échelle et en plein air du Klaipeda State Music Theatre, l'opéra de Richard Wagner est joué à quelques kilomètres à peine de l'endroit où les premiers motifs du Vaisseau fantôme sont nés, dans les tempêtes en mer Baltique. Parmi les structures colossales et les palans d'un chantier naval historique, le décor à lui seul enflamme l'imagination du public. La vision audacieuse du metteur en scène Dalius Abaris est filmée dans la lumière d'une soirée d'été sur la côte lituanienne et bénéficie des dernières technologies d'enregistrement sonore.

Enregistré le 1er août 2021 sur le chantier naval Paul Willy Lindenau à Klaipėda.

 

Chanté en allemand. Sous-titres en anglais avec la possibilité de traduire automatiquement dans plus de cent autres langues.

Disponible à partir du
02.04.2021 à 19h00 CET

jusqu'au
03.07.2021 à 12h00 CET

Le HollandaisAlmas Švilpa
SentaSandra Janušaitė
DalandTadas Girininkas
EricAndris Ludvigs
Le pilote de DalandRafailas Karpis
MaryDalia Kužmarskytė
ChœursKlaipėda State Music Theatre Choir
OrchestreKlaipėda State Music Theatre Symphony Orchestra


MusiqueRichard Wagner
TexteRichard Wagner
Direction musicaleModestas Pitrenas
Concept et direction artistiqueDalius Abaris
Mise en scèneGediminas Šeduikis
DécorsDalius Abaris, Sigita Šimkūnaitė
LumièresAndrius Stasiulis
Costumes et maquillageSandra Straukaitė

La légende du Hollandais volant

Sur le voyage du retour, une tempête furieuse a fait échouer le bateau de pêche dans une crique. Le timonier tente de garder le moral avec une chanson mais s'endort, tout comme le reste de l’équipage épuisé et Daland, le capitaine du navire. Alors que la tempête s'intensifie, un étrange navire apparaît. Son capitaine, au visage pâle, est le légendaire Hollandais volant, condamné à errer éternellement sans être inquiété par les tempêtes ou les pirates. Il ne peut trouver la paix ni en mer, ni sur la terre ferme où il n’est autorisé à descendre qu’une fois tous les sept ans à la recherche du grand amour, son seul espoir de salut. Le Hollandais demande au capitaine Daland de l'héberger en lui proposant toute sa fortune en échange. Tenté par la perspective de la richesse, Daland offre volontiers la main de sa fille, Senta. Une lueur d'espoir brille dans l'âme du Hollandais : y a-t-il une chance qu'il retrouve sa patrie perdue dans la famille de Daland et la rédemption ultime à travers l'amour de la fidèle Senta ? Pendant ce temps, les marins saluent un vent arrière et préparent leurs navires à prendre la mer.

En attendant le retour du bateau de Daland, les filles travaillent dans la couchette et chantent. Senta, qui regarde un vieux médaillon avec l'image d'un marin au visage pâle, est inconsciente de ce qui l'entoure. Ses amies la taquinent au sujet du chasseur Erik, son ardent prétendant. Senta, sans se soucier de leurs remarques, chante une ballade qu'elle a appris dans son enfance : celle du marin errant dont le mystérieux navire est condamné à rester en mer pour toujours. Tous les sept ans, il rejoint la terre ferme à la recherche d’une jeune fille qui l'aimerait au point de lui déclarer fidélité éternelle. Sa malédiction prendrait fin s'il en trouvait une, mais il n'y parvient jamais. Les amis de Senta sont émus par le destin du vagabond, tandis qu'elle est persuadée qu’elle sera celle qui sauvera le Hollandais Volant de la malédiction. Les paroles de Senta surprennent Erik, qui est pris d'un étrange pressentiment. Il raconte un rêve dans lequel il a vu le père de Senta revenir avec un mystérieux étranger ressemblant à celui représenté sur le médaillon. Senta est maintenant convaincue de son destin. Erik part en désespoir de cause. Daland arrive à l'improviste chez lui avec le Hollandais et raconte à Senta leur rencontre et la proposition lucrative de son compagnon en échange du mariage. Mais Senta remarque à peine son père, même lorsqu'il présente son invité comme son fiancé. Le Hollandais ne détourne pas son regard de Senta, espérant que son amour et sa fidélité lèveront sa malédiction. Daland laisse les deux hommes seuls.

Les marins célèbrent leur retour à terre en toute sécurité. Ils appellent le navire du Hollandais, invitant l'équipage à les rejoindre, mais le navire reste sombre et silencieux. Les marins de Daland se moquent du mystérieux équipage et taquinent les filles en leur parlant du bateau fantôme et de son capitaine. Soudain, une tempête se lève et des chants féroces se font entendre depuis le vaisseau fantôme. Les hommes de Daland tentent d'étouffer leurs gémissements avec des chants joyeux mais, vaincus par la peur, ils finissent par se retirer.

Apprenant les fiançailles de Senta, Erik tente de dissuader cette dernière de lier sa vie à cet étrange individu. Senta ne veut pas l'écouter, car elle a fait un serment. Il s’agit pour elle d’une mission suprême. Erik lui rappelle alors les jours heureux passés ensemble et son amour pour elle. Le Hollandais, voyant Senta avec Erik, est frappé par un sentiment de perte, croyant que Senta aussi n'a pas réussi à lui rendre une fidélité sans faille. Il révèle son secret et part vers son navire pour poursuivre son errance sans fin. Les tentatives d'Erik et de Daland pour retenir Senta sont vaines : elle suit le Hollandais, déterminée à le sauver de la malédiction...

Le Vaisseau fantôme est de retour à bon port

Un prélude orageux

Richard Wagner épouse l’actrice allemande Wilhelmine 'Minna' Planer à l’hiver 1836. Leur relation est tumultueuse, les crises de jalousie et de possessivité du compositeur laissant fréquemment Minna en larmes. L'actrice a également du mal à faire face aux dettes de son mari et aux menaces de ses créanciers. Six mois plus tard, elle le quitte pour un autre homme.
Pour échapper à ce fiasco, Wagner s’installe à Riga (appartenant alors à l’Empire russe), où il devient, à seulement 26 ans, directeur musical du Court Theatre et engage la sœur de Minna comme chanteuse. La femme de Wagner décide finalement de le rejoindre à Riga, mais leur mode de vie somptueux, au-delà de leurs moyens, les conduit à accumuler encore plus de dettes impayables. Le couple a l'intention de fuir ses créanciers mais, après avoir soupçonné leur plan, les autorités confisquent leurs passeports.

Sans se décourager, et malgré le risque de se faire tirer dessus par les gardes-frontières, ils entrent illégalement en Prusse. Ils prennent une charrette pour atteindre la côte mais celle-ci se renverse en cours de route, écrasant Minna et provoquant une fausse couche. Ils atteignent finalement le port de Pillau (aujourd’hui Baltiysk à Kaliningrad) et mettent le cap sur Londres à bord du navire Thétis, qui traverse une tempête et est contraint d'accoster dans un fjord norvégien. Le temps et le littoral marquent l'imagination de Wagner et il interroge les marins sur la légende du « Hollandais volant ». Après un voyage terrifiant de 24 jours - qui aurait dû prendre huit heures, Wagner arrive en toute sécurité à Londres, sa femme à ses côtés et son prochain opéra en tête.

La légende du Hollandais volant

Le mythe d'un navire fantôme condamné à naviguer sur les océans pour toujours est probablement né de l'âge d'or de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales au 17ème siècle. La première référence imprimée est apparue dans les carnets de voyage de John MacDonald en 1790: Travels in various parts of Europe, Asia and Africa during a series of thirty years and upward, récit au cours duquel des marins voient le « Hollandais volant » lors d’une tempête. Au cours du demi-siècle suivant, plusieurs histoires inspirées de la légende ont été publiées, notamment « The Message of the Ancient Mariner » et « Vanderdecken's Message Home » de Samuel Taylor Coleridge.

Le roman satirique de Heinrich Heine, Aus den Memoiren des Herrn von Schnabelewopski (Les Mémoires de Monsieur von Schnabelewopski), fut le premier à introduire ce capitaine maudit touchant terre tous les sept ans, avec pour chance d’être sauvé par la dévotion d'une épouse fidèle. Heine présente ce pouvoir d’un amour rédempteur sur le ton de l’ironie, mais lorsque Wagner a écrit son libretto pour Le Vaisseau fantôme, il a pris le thème sérieusement et à la lettre. Le mythe du « Hollandais volant » a été repris dans d'innombrables adaptations, telles que le film Disney Pirates des Caraïbes sorti en 2006: Le Secret du coffre maudit.

Un événement historique dans un cadre historique

Après 160 ans et d'innombrables adaptations, Le Vaisseau fantôme revient enfin sur les rives de la mer houleuse sur laquelle l'idée de l'opéra est venue à Wagner. En août 2020, Klaipėda State Music Theatre a mis en scène sa production de l'opéra en Lituanie : le projet ne pouvait pas être plus ambitieux et a été salué dans le pays comme l'un des événements culturels majeurs de l'année.

La représentation a eu lieu à Klaipėda sur le chantier naval Paul Willy Lindenau dont les énormes structures et palans constituent le cadre spectaculaire de l'opéra. Mis en scène en plein air, 1 000 spectateurs ont pu assister au spectacle en respectant les mesures de distanciation sociale au cours d’une expérience communautaire rare en cette année de multiples confinements.

La mise en scène dans un terminal pour navires de croisière a donné du fil à retordre ) l'équipe créative autour du directeur artistique Dalius Abaris, qui a dû faire face à la pluie et à de fortes rafales de vent. Grâce aux ingénieurs du son et à une technologie audio de pointe, les chanteurs et l'orchestre semblent jouer dans une salle de concert. Mais les conditions météorologiques extrêmes n'ont pas été le seul facteur de complication de la production : les ingénieurs du son ont également dû composer avec les interprètes qui se déplaçaient constamment sur une scène de 50 mètres et même au-delà. Abaris explique : « C'était un grand défi, non seulement pour l'équipe du son, mais aussi pour les artistes. Lorsque des personnes sont séparées par une distance de plus de 40 mètres, la visibilité des systèmes de contrôle et la relation avec le chef d'orchestre doivent être impeccables. »

Salué aussi bien par la critique que par l’audience, le spectacle du Klaipėda State Music Theatre a été nominé aux Lithuanian Theatre Awards qui décernent les prix les plus importants des arts du spectacle en Lituanie. Sur les cinq nominations dans les catégories du meilleur metteur en scène, de la meilleure scénographie et du meilleur soliste, deux Golden Cross of the Stage ont été attribuées à l'équipe de création du Vaisseau fantôme : Dalius Abaris a été désigné meilleur metteur en scène et Tadas Girininkas meilleur soliste.