Preloader Operavision
Sandra Then

Carmen, un monde à part

Le dramaturge Martin Mutschler en conversation avec la metteuse en scène Barbora Horáková

Martin Mutschler, Dramaturge: Vous avez souvent mentionné que Carmen est « un monde » pour vous. Que voulez-vous dire par là ?

Barbora Horáková, Metteuse en scène: Je veux dire que la figure de Carmen ne peut être nourrie que par ses émotions les plus profondes, par ses expériences personnelles. Il n'y a pas de formule pour incarner le personnage, pour une chanteuse c'est un grand défi. En tant que réalisateur, je peux montrer les voies, mais la chanteuse doit les sentir.

Martin Mutschler: Presque en contradiction avec cela, la figure de Carmen me semble d'abord comme un espace vide dans la pièce qu'il est difficile de définir. Semblable au Don Giovanni de Mozart, elle semble être plus un principe qu'un personnage vivant. Cela peut également avoir un rapport avec l'histoire de la réception de l'opéra, qui a transformé Carmen en vampire, en femme fatale. Comment remplir le vide mentionné ci-dessus ?

Barbora Horáková: J'aime le mot principe : pour moi, Carmen est comme une vague, dont on devine la forme, dont on voit le rapport de force, mais dont on ne peut pas prévoir la nature - à quelle point l'eau est-elle salée ou dangereuse, est elle est froide ou chaude, vous devez le découvrir ensemble.

Martin Mutschler: Vous faites allusion à la force naturelle de la figure ...

Barbora Horáková: À l'époque de Bizet, Carmen représentait quelque chose dont les gens avaient peur. Aujourd'hui, d'autres choses nous effraient : nous ne savons plus ce qu'est la liberté et où se trouvent nos propres limites. Je dois souvent penser à la question centrale de Dostoïevski et de ses frères Karamazov : Y a-t-il encore de la morale dans un monde où l'on peut ne plus croire en Dieu ? Là où il n'y a plus de barrières extérieures, la peur qui vous empêcherait de franchir les frontières disparaît.

Martin Mutschler: Mais cette liberté n'est pas un risque extérieur, mais une peur de ce qui est à l'intérieur de soi. De quoi Carmen a-t-elle peur ?

Barbora Horáková: Peut-être a-t-elle peur de tomber amoureuse parce qu'elle craint de perdre son amour dans le lien. Mais je crois que le spectre du personnage est plus large, et cela a quelque chose à voir avec notre lecture du personnage : nous dépassons certaines idées reçues sur Carmen en montrant une femme jeune et pleine de vie, qui lutte également contre l'impossibilité de la promotion sociale.

Martin Mutschler: Notre production se déroule - pour citer Bruce Springsteen - dans « l'obscurité à la périphérie de la ville »: il s'agit de frontières entre les milieux sociaux, mais aussi de lieux où notre civilisation post-industrielle s'effiloche. La scénographie montre des parties d'un stade abandonné qui faisait autrefois partie d'une architecture représentative mégalomaniaque, mais qui n'est plus qu'une ruine témoignant de l'échec d'un avenir lointain. À travers l'« obscurité » dans laquelle se produisent des choses dont le « centre-ville » ne fait que rêver, ce lieu a également le potentiel de fonctionner selon des lois différentes de celles du centre illuminé de la société. D'où vient votre inspiration pour ce milieu ?

Barbora Horáková: J'ai toujours trouvé les stades abandonnés fascinants : comment les individus leurs redonnent vie en se les ré-appropriant tout simplement. D'autre part, j'ai aussi été inspirée par ces lieux intermédiaires que l'on voit parfois sur les photos des zones de guerre : Des soldats stationnés en Syrie jouent au football entre les ruines avec les enfants des habitants. Un enfant et un soldat jouant au ballon ensemble : cela donne soudain une sensation très chaleureuse aux endroits dénudés et détruits. La chanteuse espagnole Rosalía a été une autre source d'inspiration. Elle a grandi dans la banlieue de Barcelone, dans une résidence construite non loin d'une usine de Seat et Chupa Chups. Dans des interviews, elle décrit ce que cela signifiait pour les adolescents de transformer ces lieux en un grand théâtre d'ombres la nuit. Jouer pour vivre, pour survivre - c'est là que la danse entre en jeu. Rosalía s'est découvert une passion pour la très ancienne du flamenco et a pu la transformer en quelque chose de nouveau et de tendance.

Martin Mutschler: La culture pop utilise cette tenue industrielle et lui donne son propre glamour dans un acte fou de responsabilisation sociale. On peut également le voir dans les vidéos de Rosalía, où les parkings et les installations portuaires sont soudainement transformés en scènes - et dans le processus, les mondes visuels ordinaires sont ébranlés par une nouvelle combinaison de symboles. Je vois des parallèles avec le contraste saisissant qui existe déjà dans Carmen de Bizet : Le drame, la luxure et le jeu sont déjà juxtaposés de façon transparente dans le genre de l'Opéra comique, les différences ne sont tout simplement pas nivelées. Bizet se rapproche ainsi beaucoup plus de la réalité de la vie des gens, car qu'est-ce que le réalisme si ce n'est la dure simultanéité de mondes inconciliables ?

Barbora Horáková: Prenez la « Chanson bohémienne » de Carmen : on y sent une incroyable légèreté et une liberté sous lesquelles se cache le danger - et la légèreté et la liberté sont toutes deux extrêmes. Je pense que c'est la raison pour laquelle Carmen est si populaire : les mélodies ne sont pas si connues seulement parce qu'elles sont magnifiques. La « Habanera » est aussi une chanson de séduction et, en même temps, elle parle du danger de l'amour, auquel on peut se brûler.

Martin Mutschler: Les danseurs supplémentaires nous ont donné l'occasion de remplacer la chorale qui manquait sur scène par un collectif plus petit. Ces danseurs se produisent désormais eux-mêmes en chœur, en corps de ballet - et offrent au public un véritable spectacle.

Barbora Horáková: Il était important pour moi que notre arrangement ne devienne pas un kaléidoscope d'instantanés, mais une histoire avec un début et une fin. Carmen de Bizet commence comme une opérette et se termine comme un drame - la pièce doit donc aussi montrer la passion de Carmen pour la danse. Après tout, la vie elle-même est un spectacle constant - nous nous filmons, nous voulons nous montrer en beauté et nous sentir vivants.

Martin Mutschler: Tout au long de la pièce, José semble dire à Carmen : « Dis-moi comment vivre ! » Parce qu'elle sait et qu'il pourrait apprendre d'elle. Mais il détruit sa chance de vivre en la tuant. Elle lui doit la réponse parce qu'il est trop tard : il a tout détruit. Tout ce que nous entendons, c'est sa respiration. Mais en même temps, sa respiration est aussi une réponse à sa question, parce qu'elle signifie : « Ici, dans l'instant, on vit avec chaque respiration.» 

Barbora Horáková: En fait, Don José arrive trop tard avec tout, car il s'accroche à son passé. Il ne peut pas regarder vers l'avenir. La tragédie de Carmen, en revanche, est qu'elle a peur de regarder à la fois en arrière et en avant ; son refuge est de ne vivre que dans l'instant présent. À quoi ressemblerait pour elle un avenir ? On ne peut pas vivre au jour le jour. Là encore, tout est une question d'équilibre. La vie est imprévisible. Comment y faire face ?