Preloader Operavision
La Monnaie / De Munt

Une interview avec Scott Hendricks

« On voyait bien qu'ils ne savaient pas comment réagir ! » ​

Scott Hendricks joue le rôle-titre du scientifique obsessionnel dans Frankenstein, un nouvel opéra du compositeur Mark Grey. Quelques jours avant sa diffusion en direct sur OperaVision depuis La Monnaie / De Munt, nous nous sommes entretenus avec le baryton texan dans un café de Bruxelles pour discuter de son dernier travail.

OperaVision : Bienvenue à Bruxelles. Ou plutôt, bon retour parmi nous, puisque vous êtes déjà venu plusieurs fois. Vous avez joué à La Monnaie / De Munt dans Macbeth, Salomé, Il trovatore, La traviata, Un ballo in maschera, Sweeney Todd, Pagliacci, La Gioconda et maintenant Frankenstein. Cet endroit doit être comme une résidence secondaire pour vous.

Scott Hendricks : C'est définitivement une résidence secondaire. C'est comme à la maison. J'ai passé plus de temps à Bruxelles qu'à San Antonio ces dix dernières années.

OV : Frankenstein n'est pas la première fois que vous travaillez avec Mark Grey ; vous avez déjà joué et enregistré son œuvre chorale de 2009 intitulée Enemy Slayer : A Navajo Oratorio, qui s'inspire de la littérature orale et de la langue du peuple navajo amérindien.

SH : Oui, c'est pour baryton, chœur et orchestre, et il a également écrit la partie baryton spécialement pour moi. C'était surtout en anglais, mais il y avait une phrase ici et là en langue navajo. C'est absolument magnifique, l'histoire est géniale et très pertinente. Quand un soldat rentre chez lui et essaie de se réhabituer à la vie de tous les jours, c'est difficile, et les Navajos ont une cérémonie de purification pour cela. C'est juste magnifique. Nous voulons transformer la Tueuse ennemie en opéra. Je ne peux pas vous dire à combien d'intervenants j'ai parlé de cela, mais malheureusement il n'y a pas eu d'intérêt. Mais je ne vais pas abandonner, je pense toujours que quelqu'un devrait commander à Mark d'écrire un opéra basé sur ça. Je pense que ça se passerait très, très bien.

OV : Espérons qu'après le succès de Frankenstein, les gens verront le potentiel qu'il a en lui en tant que compositeur d'opéras de longue durée.

SH : Je pense que les gens le voient déjà.

 «  En général, j'évite de lire les critiques, mais cette fois, j'ai des gens qui m'envoient des critiques à gauche et à droite. La presse a été très positive. »

Scott Hendricks

OV : Vendredi soir, c’était la première de Frankenstein. Comment ça s'est passé ?

SH : C'était génial ! C'était génial. Je ne suis pas fan des premières ; je ne crois pas à la « magie de la première ». C'est un peu angoissant, en fait, parce que le couloir est rempli de gens et que les gens frappent à votre porte. Mais même si nous étions très concentrés, nous étions plutôt détendus. J'ai trouvé que c'était un super spectacle. En général, j'évite de lire les critiques, mais cette fois, j'ai des gens qui m'envoient des critiques à gauche et à droite. La presse a été très positive.

OV : L'un des moments les plus dramatiques de l'opéra se situe à la fin du premier acte, lorsque vous voyez Justine pendue à la fin d'un procès. Ce n'est pas quelque chose que l'on voit tous les jours sur scène.

SH : Et la réaction du public est : « Que s'est-il passé ?! On a vu qu'ils ne savaient pas comment réagir ! En fait, mon agent immobilier de San Antonio vient en Europe une fois par an, et elle est venue à la soirée d'ouverture. Elle dit qu'elle était restée debout jusqu'à 2 heures du matin après le spectacle en pensant à la pendaison, à la scène où je découpe les corps. On n'a pas vraiment ce genre de spectacle aux États-Unis, malheureusement. Elle a adoré, mais elle a été surprise. Ça fait réfléchir.

OV : Dans cette scène de tribunal, Victor essaie-t-il de se protéger ou de protéger la créature ?

SH : Lui-même. Il sait qu'on pourrait découvrir qu'il a créé cette chose et qu'elle est en train de commettre d'horribles crimes, alors il doit garder le silence. Personne ne doit le découvrir. C'est une scène très, très triste.

OV : Une autre scène triste, c’est votre dernière apparition de l'opéra, dans laquelle vous vous lamentez sur la mort de votre femme lors de votre nuit de noces. Dans l'opéra contemporain, vous n'avez pas vraiment la structure récitative et les arias des œuvres plus classiques, mais ce que vous chantez dans cette scène est ce qui se rapproche le plus d’une aria dans Frankenstein. Dans quelle mesure Mark Grey vous a-t-il impliqué dans le processus d'écriture ?

SH : Mark et moi sommes restés en contact pendant des années à propos du rôle de Victor, de la tessiture, de la gamme. Lui et sa femme vivent à 45 minutes au nord de San Francisco. J'ai pris l'avion en 2015 et nous nous sommes vus pendant trois jours. Je lui ai donné quelques idées, il m'a donné quelques bribes ici et là de ce sur quoi il travaillait. Nous travaillons tous les deux avec Sibelius, le programme de notation, alors il nous envoyait des fichiers et je les vérifiais. Il faisait ça avec tous les solistes, si je ne me trompe pas. Les pièces ont donc été faites sur mesure pour chacun d'entre nous. Le Dr Walton a été fait sur mesure pour Andrew Schroeder, tout comme Elizabeth pour Eleonore Marguerre et Victor pour moi. C'est merveilleux quand quelque chose s'adapte comme un gant, et c'est certainement le cas. Mark a apprécié les commentaires de chacun d'entre nous. C'est un homme très généreux. Il veut simplement que nous nous sentions aussi à l'aise que possible, et il s'est donné beaucoup de mal pour s'en assurer.

La Monnaie / De Munt

« Sans vie, inanimé »

OV : Mark Grey n'est pas seulement un compositeur, il est aussi concepteur sonore et, pour Frankenstein, il a intégré des sons électroniques dans l'orchestration.

SH : Les sons électroniques améliorent l’œuvre. Ils ne dominent certainement pas. Ils ajoutent quelque chose de très spécial. J'ai fait beaucoup d.'opéras qui ont incorporé l'électronique, la conception sonore, les patches de clavier et ainsi de suite.

OV : Après Frankenstein, vous vous rendrez au Komische Oper Berlin pour chanter dans un autre nouvel opéra, M – Une Ville cherche un meurtrier de Moritz Eggert. Puis vous jouerez Rigoletto au Bregenzer Festspiele. Comment gérez-vous votre charge de travail en tant que chanteur d'opéra professionnel ?

SH : Je n'ai jamais eu à équilibrer et organiser mon temps autant que ces deux derniers mois. Cela a été très difficile. Une fois que je me sentirai à l'aise avec M, je pourrai me détendre et me reposer un peu, parce que j'ai déjà fait Rigoletto auparavant. Je vais devoir le réapprendre, mais d'ici là, je serai en forme mentalement, physiquement et spirituellement, parce qu'en ce moment, c'est un défi. Mais j'adore les défis, c'est génial !

OV : M sera mis en scène par Barry Kosky et dirigé par Ainārs Rubiķis. Ils sont tous deux apparus récemment sur OperaVision : Barry avec sa nouvelle production de La bohème ; et Ainārs quand il a dirigé Die tote Stadt. Avez-vous déjà travaillé avec l'un ou l'autre d'entre eux ?

SH : Barry et moi avons travaillé ensemble sur La Fanciulla del West à l'Opernhaus Zürich en 2014. On s'entendait très, très bien. C'est comme ça que M est né. Je l'aime, c'est un mec super. Je pense que nous allons passer un bon moment à Berlin.

OV : Ensuite, Rigoletto à Bregenz sur la spectaculaire scène flottante. Vous y avez déjà joué dans Carmen....

SH : ...et dans Il trovatore, Tosca et André Chénier. Ce sera ma cinquième production sur la scène flottante. J'adore cet endroit. C'est très, très spécial. J'adore le vent et la pluie, les insectes qui rampent dans tes manches quand tu chantes et les moucherons qui volent dans ta bouche quand tu chantes une note aiguë. C'est juste que j'adore ça. Tu peux courir partout, sauter dans le lac, grimper ceci et cela. Tu dois être en bonne forme physique. C'est difficile, mais c'est tellement amusant. L'amphithéâtre peut accueillir 7 000 personnes et on sent l'énergie du public. Il y a beaucoup d'énergie de toute façon parce que Bregenz est un endroit spécial, que j’adore.

« Mon compositeur d'opéra préféré, point final. Et ce qu'il a fait de Shakespeare est tout simplement incroyable.» Scott Hendricks

Scott Hendricks

OV : Fin mars, OperaVision diffusera Falstaff du Garsington Opera. Ayant récemment joué Iago dans Otello à l'Opéra de Nouvelle-Zélande et le rôle-titre dans Macbeth ici à La Monnaie / De Munt, que pensez-vous de l'interprétation de Shakespeare par Verdi ?

SH : J'ai aussi joué trois fois Falstaff. Je joue Ford, et pour ce qui est du tempérament et du personnage, c’est celui auquel je m'identifie le plus, je choisirais même Ford plutôt que John Falstaff. Je ne suis pas tout à fait prêt pour lui. Mais quand il s'agit de Verdi et de Shakespeare, je pense qu'il est évident que c'est un génie qui adapte un autre génie. Verdi est un animal de théâtre. Son amour pour Shakespeare est évident, et c'est ce qu'on retrouve dans toutes ses œuvres qu'il a adaptées. On ne sait jamais comment un compositeur va adapter une histoire, parce qu'il l'interprète en écrivant l'opéra. Et puis nous, les chanteurs, nous sommes obligés de jouer leur interprétation. Mais Verdi s'y prend toujours bien, et il le fait d'une manière qui est flexible pour les interprètes. Vous pouvez le réaliser de tant de façons différentes sans trahir les intentions de Verdi. C'est mon compositeur d'opéra préféré, point final. Et ce qu'il a fait de Shakespeare est tout simplement incroyable.

La représentation complète de Frankenstein est disponible sur OperaVision jusqu'au 14 septembre 2019.​