Preloader Operavision
Marek Olbrzymek/National Theatre Brno

Janáček et Brno sont intimement liés

Une entrevue avec Jiří Heřman, directeur artistique du festival international Janáček Brno

Jakub Čáp

En seulement sept éditions, le festival international Janáček Brno s’est positionné comme un incontournable dans le paysage des festivals culturels européens en gagnant le prestigieux prix des International Opera Awards pour le meilleur festival de 2018. Pouvez-vous nous en dire plus sur sa spécificité et sa mission ?

Le festival international Janáček Brno se déroule dans la ville où il a vécu et travaillé - la plupart de ses œuvres ont eu leur première mondiale ici. Le public venu du monde entier peut ressentir l’atmosphère unique de la ville avec un programme riche de productions internationales de théâtre et de concerts en moins de trois semaines.

La mission du festival est de présenter le travail de Janáček à travers le plus grand choix d’interprétations possible. L’ouverture du festival revient traditionnellement à l’ensemble de l’opéra Janáček qui s’est continuellement consacré au travail de Janáček et coopère avec les principaux interprètes tchèques et étrangers. La confrontation d’interprétations par les ensembles étrangers durant le festival dévoile encore plus le travail du compositeur tchèque le plus joué dans le monde.

Comment conciliez-vous cet ancrage local avec l’ouverture du festival à une plus large appréciation du travail de Janáček au regard d’autres courants musicaux et artistiques de ses contemporains européens ?

Janáček et ses œuvres ont rapidement trouvé leur chemin au-delà des frontières. Bien sûr, un des objectifs du festival est de proposer au public les œuvres de Janáček dans le contexte d’autres compositeurs – à la fois ses contemporains et ceux qu’il a inspiré et continue d’inspirer. Chaque année, le festival s’articule autour d’un thème distinct que l’on retrouve tout au long du programme.

2020 a été une année difficile pour le spectacle vivant dans le monde entier. Alors que l’édition 2020 de votre festival a néanmoins pu garder bon nombre de ses événements prévus, d’autres comme le Récital Pavol Breslik ont été reprogrammé à cette année. Quels sont les défis et les avantages inattendus de l’étalement du festival biannuel sur deux ans ?

Les spectacles et concerts ayant été reprogrammé pour cette année sont également devenus un prélude symbolique et une invitation à assister au festival 2022 l’année prochaine – c’est un avantage. Un défi majeur a été de reprogrammer et de maintenir la qualité artistique de la mise en scène des spectacles à plus d’un an d’écart pour que l’on puisse les présenter au public, y compris les diffusions en ligne. Je suis ravi que nous puissions présenter Destin (Osud) de Janáček au public dans le monde entier à travers l’excellent projet international OperaVision, réalisé par Robert Carsen et dirigé par le chef d’orchestre de l’Opéra de Janáček NdB, Marko Ivanović Janáček.

En effet, le retour de la production de Robert Carsen de Destin, dont la première a été joué seulement 30 ans après la mort de Janáček, est peut-être le temps fort du festival. Qu’est-ce qui rend cette production – l’entrevue de cet opéra avec ce metteur en scène – si unique ?

Janáček est un des compositeurs préférés de Robert Carsen, il a déjà réalisé six opéras de Janáček. Je suis très content qu’il ait accepté la proposition de mettre en scène Destin avec notre ensemble. Destin n’est pas une œuvre commune sur la scène internationale : trouver la clé du livret n’est pas toujours facile au vu des nombreux niveaux de temps dans l’intrigue de l’opéra qui traite du destin tragique du compositeur Živný et de son histoire d’amour insatisfaite. Robert Carsen, pour la première fois dans l’histoire de la représentation de cette œuvre, a tenté une clé d’intéprétation unique en divisant le rôle du compositeur entre deux solistes représentants le compositeur dans sa jeunesse et à la fin de sa vie. La conception scénographique de Radu Boruzescu est aussi unique – un espace de la salle de concert du Conservatoire qui, dans les souvenirs de Živný, se transforme en différents décors tels que Luhačovice ou l'appartement du compositeur, pour finalement redevenir le décor de la salle de concert du Conservatoire, où l'œuvre fatidique de la vie de Živný est censée être présentée.

Pouvons-nous avancer un aperçu de l’avenir du festival ? Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce que vous programmez pour l’édition de 2022 ?

La huitième édition annuelle du festival Janáček Brno en 2022 a pour thème « Quo Vadis », une citation extraite de la cantate spirituelle de Feliks Nowowiejski, que Janáček a toujours voulu représenter à Brno mais n’a jamais réussi. Elle possède un véritable message humaniste qui se retrouve dans l’œuvre de Janáček, tout particulièrement dans les œuvres d’inspiration slave. Je suis vraiment ravi que le festival rassemble tous les chefs d’orchestre tchèques de renommée mondiale les plus importants, Jakub Hrůša, Tomáš Hanus, Tomáš Netopil et Marko Ivanović. Il y a plus de deux, Jakub Hrůša s’est rapproché de moi avec l’idée de mettre en scène l'opéra De la maison des morts en même temps que Messe glagolitique sur scène. Cette représentation va inaugurer le festival et sera également diffusée en direct dans le cadre du programme OperaVision dont nous sommes membres. Le festival va accueillir deux compagnies d’opéras internationales majeures – Grand Théâtre de Genève avec une nouvelle représentation de Katja Kabanova réalisée par Tatjana Gürbaci avec la musique de Tomáš Netopil et l’Opéra national du pays de Galles avec L’Affaire Makropoulos réalisée par Olivia Fuchs et dirigée par Tomáš Hanus. Le Théâtre national de Prague sera également présent avec une nouvelle production de Katja Kabanova et Flammen de Schulhoff, réalisée par Calixtus Bieito.

Pour la série de concert, j’attends avec impatience la cantate Quo Vadis mentionnée précédemment, dirigée par John Fiore avec l’Orchestre de l’Opéra Janáček, les concerts de l’Orchestre de la Suisse Romande, de l’Opéra national du pays de Galles et de l’Orchestre de la radio tchèque. La série de concert présentera des ensembles de hauts niveaux comme le quatuor Pavel Haas, le quatuor Zemlinsky et Zápisník zmizelého (Cahier des disparus) de Janáček en deux versions. Le premier est une représentation internationalement acclamée avec J. Drake, Nicky Spence et Václava Krejčí Housková, et le second est une représentation avec un arrangement musical de Miloš Štědroň avec Iva Bittová, interprète également connue, et Jaroslav Březina, ténor tchèque de premier plan. Il y a tellement à attendre, la prévente des tickets pour le superbe programme de l’édition de 2022 sera ouverte le 30 novembre lors du dernier concert du festival pour l’année 2020-2021, diffusé en direct sur OperaVision, par Pavol Breslik.