Preloader Operavision
Enar Merkel Rydberg / Royal Swedish Opera

Royal Swedish Opera

Concert anniversaire Birgit Nilsson

Cette année, la soprano Birgit Nillsson aurait eu 100 ans. Le Royal Swedish Opera fête cet anniversaire en hommage à l’une des plus grandes cantatrices du 20e siècle, avec une distribution de luxe.

Concerts

Sous-titres non disponibles pour ce spectacle

Pour voir le programme du spectacle, veuillez vous rendre sur l'onglet "l'histoire".

Le concert sera précédé par une interview en studio en direct à 18h40 CET avec Birgitta Svendén, Directrice générale et artistique du Royal Swedish Opera, et la dramaturge Katarina Aronsson. Birgitta, elle-même chanteuse lyrique, partagera ses impressions sur Birgit Nilsson. Sous-titré en anglais.

Disponible à partir du
19.05.2018 à 19h00 CET

jusqu'au
17.11.2018 à 23h59 CET

SopranoNina Stemme
TénorMichael Weinius
SopranoCornelia Beskow
SopranoChristina Nilsson
OrchestreRoyal Swedish Orchestra


Direction musicaleAlan Gilbert

Programme 

Birgit Nilsson et le Royal Swedish Opera ont évolué à l'unisson. Après ses débuts en 1946 et son succès dans le rôle d’ Agathe dans Der Freischütz de Weber et de Lady Macbeth dans Macbeth de Verdi, le monde est devenu sa scène. En parallèle, elle est régulièrement revenue chanter à Stockholm. Le Royal Swedish Opera lui a permis d’interpréter pas moins de 35 rôles, dont beaucoup de prises de rôle. Elle y fait sa dernière apparition en Brünnhilde dans Die Walküre de Wagner en 1981.

 

Richard Wagner

TANNHÄUSER 

Ouverture

Dich teure Halle, Christina Nilsson

Carl Maria von Weber 

DER FRIESCHÜTZ

Agathes Wie nahte mir der Schlummer... Leise, leise, Cornelia Beskow 

Richard Wagner

DIE WALKÜRE

Winterstürme wichen dem Wonnemond  

Du bist der Lenz & Wehwalt heist… Michael Weinius, Cornelia Beskow 

Giacomo Puccini

TURANDOT

In questa reggia, Christina Nilsson

 

 -- ENTRACTE --

 

Giacomo Puccini

TOSCA

Vissi d’arte, Nina Stemme       

E lucevan le stelle, Michael Weinius   

Giuseppe Verdi 

AIDA

O Patria mia, Christina Nilsson                    

Richard Wagner

GÖTTERDÄMMERUNG

Siegfrieds Rheinfahrt, Nina Stemme 

Starke Scheite, Nina Stemme 

Le phénomène Birgit Nilsson

Birgit Nilsson était sans conteste la remarquable soprano dramatique de la deuxième moitié du 20e siècle. Ses notes aigues avaient un pouvoir et une brillance inégalés. Sa personnalité s’imposait sur la scène. Au faîte de sa gloire, elle était payée plus qu’aucun autre chanteur d’opéra, et cela était tout à fait mérité.

Pourtant, dans le fond, elle restait une simple fille de fermier qui aimait les animaux et la vie proche de la terre de sa Scanie native, au sud de la Suède. Elle était connue pour dire les choses comme elles étaient avec un sens de l’humour simple. Quand on lui a demandé quel était son secret pour l’interprétation d’Isolde, son rôle le plus connu, elle répondit : « une paire de chaussures confortable ».

Avec une telle longueur de voix, on se souviendrait forcément de ses rôles en particulier wagnériens, par-dessus-tout celui de Brünnhilde dans le Ring, et Isolde, et chez Richard Strauss, notamment Elektra et la femme du teinturier dans La femme sans ombre. Mais elle a tout autant brillé en Donna Anna chez Mozart et en Fidelio chez Beethoven, que dans des grands rôles dramatiques du répertoire italien tels que Lady Macbeth, Aida, Tosca et Turandot.

Nilsson décrivait Turandot comme un « rôle alimentaire ». C’est court, et sa déclamation haut-perchée ne lui faisait pas peur. À la fin de l’acte 2, face à la puissance d’un chœur et d’un orchestre entiers, sa voix courait sans effort à travers l’ensemble avec un effet dévastateur.

Malgré sa carrière internationale, Nilsson est restée loyale envers la Royal Swedish Opera, maison qui lui a donné ses premières opportunités et où elle a chanté 35 rôles différents entre ses débuts en 1946 et sa retraite en 1984. C’est donc en toute logique que le 100e anniversaire de sa naissance soit célébré dans ce théâtre magnifique et historique et que l’une des chanteuses prenant part à cet hommage soit sa compatriote Nina Stemme, reconnue comme l’une des plus grandes Isolde du 21e siècle.