Preloader Operavision
Anne-Sylvie Bonnet

Den Norske Opera & Ballett

Close

Une rare expérience cinématographique de ballet

Danse

Quatre femmes et un homme dansent en tutu sur de la musique baroque. Cinq danseurs privés de leurs représentations d'adieu présentent une danse de nostalgie et de distance - et la nécessité de dire au revoir pour repartir à zéro.

 

Dans Close (Nærme en norvégien), deux réalisateurs, deux chorégraphes et neuf danseurs se réunissent sur la spectaculaire scène principale de l'Opéra d'Oslo et offrent un tout nouveau ballet d'une expérience cinématographique rare. 5 Ballerinas de Melissa Hough et Distant Closeness (distante proximité) de Lucas Lima sont reliés par un entracte mettant en valeur l'opéra comme un organisme vivant.

Enregistrement en première mondiale du Ballet national de Norvège le 11 juin 2020.

 

Pour des raisons liées à l'obtention des droits musicaux, nous ne sommes pas en mesure de diffuser le spectacle Distant Closeness de Lucas Lima pour le moment. Nous nous efforçons de remédier à ce problème le plus rapidement possible.

Disponible à partir du
21.08.2020 à 19h00 CET

jusqu'au
20.11.2020 à 12h00 CET

Chorégraphie de Distant ClosenessLucas Lima
Chorégraphie de 5 BallerinasMelissa Hough
Réalisation de film de Distant ClosenessEmilie Norenberg
Réalisation de film de 5 BallerinasHaakon Mathisen
Musique de Distant ClosenessMax Richter
Musique de 5 BallerinasHeinrich Ignaz Biber
Conception de lumièresDorthe Wiig Andersen
Danseuses de Distant ClosenessCristiane Sá, Eugenie Skilnand, Kàri Freyr Bjørnsson, Stine Østvold et Victoria Amundsen
Danseuses et danseur de 5 BallerinasEugenie Skilnand, Maiko Nishino, Whitney Jensen, Erika Pastel et Silas Henriksen
PreludiumAvec Catharina Chen, Musique Johann Sebastian Bach

La danse au plus près

Après un prologue, au cours duquel la première violoniste Catharina Chen interprète la Sonate pour violon seul en sol mineur de Jean-Sébastien Bach devant un auditoire vide, le public est catapulté dans la pièce abstraite 5 Ballerinas de Melissa Hough. Non seulement première danseuse du Norwegian National Ballet, Hough est aussi chorégraphe. Ici, elle met en scène cinq danseurs : Eugenie Skilnand, Maiko Nishino, Whitney Jensen, Erika Pastel et Silas Henriksen. Sans se toucher, elles se tissent les unes autour des autres en toute proximité. Bien qu'ils se déplacent souvent de manière analogue, de subtils décalages peuvent être perçus. Dans une critique de Dance Europe, Gerard Davis la considère comme « particulièrement habile à absorber la musique dans son vocabulaire physique et le baroque propulsif d'Heinrich Ignaz Biber est un clin d'œil parfait pour son mélange d'élégance classique et d'armure idiosyncrasique ».

Bien qu'il s'agisse d'une œuvre influencée par la vie en période de pandémie, elle n'est pas assujettie à ses contraintes.

Gerard Davis

Distant Closeness a été créé à l'occasion de la prise de retraite de 5 danseurs cette saison après qu'ils aient passés 20 ans dans la compagnie du Norwegian National Ballet. En raison des restrictions imposées par le confinement, l'Opéra d'Oslo a été fermé et toutes les représentations de ballet ont dû être annulées. En conséquence, Cristiane Sa, Eugenie Nyberg Skilnand, Kári Freyr Björnsson, Victoria Francisca Amundsen et Stine Østvold allaient manquer leur spectacle d'adieu en juin.

Le danseur et chorégraphe Lucas Lima a grandi « en regardant ces 5 magnifiques danseurs de la compagnie, des amis qui m'ont inspiré et qui ont été mes mentors, tant de personnes qui ont façonné ma vie d'artiste, je ne pouvais donc pas les voir quitter la compagnie après 20 ans sans avoir eu l'occasion d'une ‘dernière danse’ sur scène ». Il a créé Distant Closeness, qui place chaque danseur sous un éclairage différent sur scène. Si ce positionnement est né de la distanciation sociale, il est devenu une revendication artistique leur donnant une dernière occasion d'avoir leur propre lumière, leur propre place pour briller comme ils l'ont fait au cours de leur carrière.

Comme son titre l'indique, la pièce traite de différentes notions de distance et de proximité. Elle réfléchit à ce que signifie être éloigné l'un de l'autre au milieu de la pandémie de coronavirus. Elle transcende également ce contexte spécifique, en demandant ce que signifie se sentir éloigné dans des moments d'incertitude et d'anxiété face à un avenir inconnu après 20 ans de carrière active dans la danse. Malgré la distance physique et existentielle, la pièce célèbre également le fait d'être proche sur scène avec des collègues de toute une vie et de se sentir proche de la fin d'un chapitre de leur vie.

« C'est vraiment une célébration de leurs belles carrières », dit Lima. «  C'était une expérience bouleversante où j'ai créé les pas et les mouvements spécialement et spécifiquement pour chacun des danseurs en respectant leur corps et leur corporéité, accompagnés par la musique étonnante de Max Richter. »