Preloader Operavision
The Grange Festival

The Grange Festival

Candide

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Flash-back | Bernstein

Ce spectacle n'est plus disponible en vidéo à la demande, mais vous pouvez encore profiter des contenus annexes à la production.

Lorsque la proposition de mariage du jeune Candide à la fille d'un baron se retourne contre lui, l'étudiant naïf de la théorie de l'optimisme se lance dans un voyage autour du globe qui lui ouvre les yeux, découvrant peu à peu les horreurs de l'existence.

 

Transformer Candide de Voltaire, cette tirade cinglante contre la tyrannie et la prétendue morale, en une comédie musicale entraînante est une idée folle. Bernstein modifia son opérette d'innombrables fois avant de se décider pour la version finale. Cette production semi-scénique créée en 2018 au Festival de Grange commémore le 100e anniversaire du compositeur.

Narrateur/Pangloss/MartinRichard Suart
CandideRob Houchen
CunégondeKatie Hall
MaximilianCharles Rice
Vieille dameRosemary Ashe
PaquetteKitty Whately
Cacambo/Gouverneur/Vanderdendur/1er AgentRobert Murray
ChœursThe Grange Festival Chorus
OrchestreBournemouth Symphony Orchestra


MusiqueLeonard Bernstein
LivretRichard Wilbur
Direction musicaleAlfonso Casado Trigo
Mise en scèneChristopher Luscombe
Chef des ChœursTom Primrose

Acte I

En Westphalie, au château de Thunder-ten-Tronck, la maison ancestrale du baron, les enfants du baron, Cunégonde et Maximilien, ainsi que leur cousin illégitime, Candide, et la bonne, Paquette, reçoivent l’enseignement de leur tuteur, le Dr. Pangloss, qui leur explique que « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ».

Au grand désarroi du baron, Candide et Cunégonde tombent amoureux l’un de l’autre et Candide est banni de Westphalie. Les envahisseurs bulgares enlèvent Candide et massacrent le reste de la famille, sauf Cunégonde, qui est enlevée et finit par tomber dans la prostitution.

Bien qu'elle soit devenue la maîtresse d'un riche juif et du cardinal archevêque de Paris, elle aime toujours Candide.

Candide, secouru par des acteurs ambulants, continue à croire aux enseignements du Dr. Pangloss, qu'il rencontre par hasard. Candide et le Dr. Pangloss sont arrêtés pour leur philosophie libérale et emmenés à Lisbonne, où le Grand Inquisiteur ordonne de pendre Pangloss et de fouetter Candide. Une gentille vieille dame, mais excentrique, le sauve et le soigne, avant qu’il retrouve Cunégonde à Paris.

Lorsque le riche Juif, puis le cardinal archevêque, interrompent les retrouvailles des amants, Candide les tue tous deux par inadvertance. Candide, Cunégonde et la vieille dame fuient Paris pour Cadix, puis embarquent pour le Nouveau Monde.

Acte II

À leur arrivée à Montevideo, en Amérique du Sud, Paquette et Maximilien sont vendus comme esclaves. Par hasard, Candide, Cunégonde et la vieille dame arrivent au même endroit, mais Candide doit fuir lorsque la vieille dame le convainc qu'il est poursuivi pour le meurtre du juif et du cardinal archevêque. Lorsque Candide jure d'épouser Cunégonde, Maximilien s'y oppose et est accidentellement tué par Candide lors de leur affrontement.

Candide s'échappe alors dans la jungle sud-américaine et tombe sur la légendaire ville d'El Dorado, où tout est opulent et parfait. Fatigué par ce paradis, Candide s'en va, chargé de moutons, d'or et de pierres précieuses, et se dirige vers la colonie néerlandaise du Surinam. Là, il apprend que des pirates ont emmené Cunégonde à Venise.

Vanderdendur, un marchand hollandais, offre à Candide un bateau pour sauver Cunégonde, mais Candide découvre rapidement que la générosité du marchand est une imposture. Candide retrouve Cunégonde, Paquette et la vieille dame à Venise. Là, Candide utilise toutes leurs richesses restantes pour acheter la liberté de Cunégonde et de Maximilien, qui est en réalité toujours en vie.

Maintenant réunis, Cunégonde, Paquette, Maximilien, la vieille dame et le Dr. Pangloss rejoignent Candide qui décide de suivre son nouveau credo. Candide et sa « famille » hétéroclite s’installent à la ferme et ensemble, ils décident de « cultiver leur jardin ».

Une déclaration d’amour à Candide de Bernstein

En 1953, la célèbre dramaturge Lillian Hellman proposa à Leonard Bernstein d'adapter Candide de Voltaire pour la scène musicale. Le conte philosophique de Voltaire, paru en 1759, dresse un portrait satirique des philosophies populaires de son époque et vise plus spécifiquement l'Église catholique, dont les membres de l’Inquisition torturèrent à mort des hérétiques présumés dans le cadre de l'événement tristement célèbre de l’Autodafé (« acte de foi » en portugais). Observant une étrange ressemblance entre l'hypocrisie et la violence des purges de l'Inquisition ainsi que les méthodes employées par la House Un-American Activities Committee, alimentées par la propagande anticommuniste, Hellman se réjouit à l'idée d'établir des parallèles entre la satire cinglante de Voltaire et la politique américaine.

Operavision

« C'était l'époque de la Hollywood Blacklist... la censure télévisuelle, les pertes d'emploi, les suicides, l'expatriation et le refus de délivrer des passeports à quiconque était soupçonné d'avoir connu un communiste présumé. Je peux en témoigner ; mon propre gouvernement m'a refusé un passeport. D'ailleurs, Voltaire aussi... Il a répondu par la satire et le ridicule, et, par le rire, il a provoqué chez ses lecteurs l’auto-reconnaissance et l’autojustification : « Qui, moi ? Pas moi ». Ce qui produit la discussion, fait le débat – et le débat est, après tout, la pierre angulaire de la démocratie. Lillian et moi avons donc été naturellement attirés par l'esprit et la sagesse de Voltaire, et nous nous sommes rapidement mis au travail... »

 

– Bernstein, dans ses notes à propos d’une version concert de Candide en 1989

Hellman commença à travailler sur le livret, aidé par le poète John Latouche et Bernstein lui-même, qui écrivait de nombreuses saynètes de comédies musicales. Bientôt, le poète Richard Wilbur remplaça Latouche. Hellman, Bernstein et Wilbur travaillèrent régulièrement ensemble jusqu'en 1956, Bernstein composant simultanément West Side Story. En octobre de cette année-là, Candide fut prêt à être joué à Boston, où la poétesse et écrivaine Dorothy Parker contribua aux paroles de La Gavotte de Venise, tandis que Bernstein et Hellman complétèrent leurs propres paroles sur d'autres morceaux. La liste des paroliers illustres s'allongea de plus en plus.

Candide fit ses débuts à Broadway en tant que comédie musicale le 1er décembre 1956. La première production fut mise en scène par Tyrone Guthrie et dirigée par Samuel Krachmalnick. Ironiquement, ce qui attisa au départ l’intérêt de Hellman et Bernstein, à savoir la volonté d’exposer les dérives du pouvoir, fut aussi ce qui menaça la représentation. Guthrie appréhendait particulièrement la scène de l’Autodafé, qui se moquait sans vergogne de la House Un-American Activities Committee. Le contexte politique particulier choisi pour la création de la comédie musicale allait-il passer l’épreuve du temps ?

Quand on a quelque chose de déplaisant à dire, il faut le dire franchement (« candid »).

Oscar Wilde, The Importance of Being Earnest

Même si Candide regorge d'idées, son programme chargé l'alourdit quelque peu. Si la préparation de sa création fut longue, ses nombreuses révisions prirent davantage de temps encore. Considéré comme l'un des spectacles de Broadway les plus laborieux de l'histoire, il connut de nombreuses incarnations avant que Bernstein ne crée ce qu'il appela la « Version revue finale ». Il la présenta accompagnée du London Symphony – qu'il présidait – au Barbican en décembre 1989.

Que reste-t-il donc de l'interprétation enjouée et rythmée de la satire de Voltaire par Bernstein ? Bien que l’œuvre éradique tout espoir avec son portrait flagrant de la corruption morale et des catastrophes naturelles, Candide laisse inexplicablement l'auditeur dans un état d'esprit survolté. Conçue comme une « déclaration d’amour à la musique européenne », la partition fourmille de références à diverses formes de danse telles que la gavotte, la valse et la polka, et est entrelacée d'airs de bel canto, de comédie de type Gilbert et Sullivan, de grand opéra et de ce que Bernstein appelait le « tango juif ». La capacité de Bernstein à explorer les profondeurs de la dépravation humaine avec tant d'irrévérence et de légèreté montre tous les signes d'un coup de génie. En commençant par l'ouverture on ne peut plus transparente avec le sarcastique « Autodafé (What a Day) », Bernstein boucle la boucle avec le final « Cultiver notre jardin ». Il est vrai que dans le contexte de l'histoire, toute utopie est suspecte et exposée comme une imposture. Cependant, l'auditeur peut, seul, se permettre un moment d'optimisme sincère. Il ne s’agit plus d’un optimisme innocent mais l’attitude de celui ou celle qui ose espérer en dépit des difficultés.

Nous ne sommes ni purs ni sages ni bons,
Nous ferons du mieux que nous savons
Et nous cultiverons notre jardin.

Leonard Bernstein, Candide