Preloader Operavision
Maria Bratos

Croatian National Theatre in Zagreb

Ero the Joker

À l'opéra comme à la guerre, tous les coups sont permis

Flash-back | Gotovac

Ce spectacle n'est plus disponible en vidéo à la demande, mais vous pouvez encore profiter des contenus annexes à la production.

Afin de trouver une femme qui l’aimera sincèrement, un jeune filou se déguise en miséreux. Mais pour obtenir la bénédiction des parents de la jeune femme, il devra avoir plus d'un tour dans son sac.

 

Figurant au répertoire du Croatian National Theatre depuis sa création en 1935, l’opéra-comique de Jakov Gotovac est un hymne à la vie rurale. Il atteint son paroxysme lors d’un ballet vigoureux au tempo frénétique - une célébration de la musique et de la danse dalmates.

ĐulaValentina Fijačko Kobić
Mića (Ero the Joker)Stjepan Franetović
Doma, la belle-mère de ĐulaDubravka Šeparović Mušović
Marko, le père de ĐulaSiniša Štork
Sima, le meunierLjubomir Puškarić
Čobanče, le bergerAna Zebić Kostel
Momče, un jeune hommeNeven Mrzlečki
ChœursChœur du Croatian National Theatre
OrchestreOrchestre du Croatian National Theatre


MusiqueJakov Gotovac
Direction musicaleJosip Šego
Mise en scèneKrešimir Dolenčić
DécorsDalibor Laginja, Ante Serdar
CostumesInga Kostinčer (rénovés par Dženisa Pecotić)
ChorégraphieMargareta Froman, Vatroslav Krčelić (mise à jour par Sonja Kastl)
Chef des ChœursLuka Vukšić

Acte I

Sur le sol d'une grange, Đula décortique le maïs avec ses amis. Elle rêvasse à propos d'un étranger qui lui a récemment envoyé des cadeaux. Soudainement, Mića, un jeune garçon vêtu d’une manière pauvre, sort d’une botte de foin. Il se présente comme Ero le Joker, et il dit à Đula que sa défunte mère lui envoie son amour. La belle-mère de Đula, Doma, interrompt cette rencontre. Elle ordonne à Đula de continuer ses corvées et réprimande Mića lorsqu'il propose de l'aider. Mića avertit Doma que son ragoût est sur le point de brûler et elle s'en va, en colère. Désormais seule avec Đula, Mića admet que c'est lui qui lui a envoyé les cadeaux. Đula tombe amoureuse de lui et ils acceptent de se rencontrer près du moulin du village juste avant que le père de cette dernière, Marko, n'arrive à la maison.

Mića demande à Marko un logement, mais Marko le renvoie parce qu'il est vêtu de haillons. Doma a entendu des rumeurs selon lesquelles une mystérieuse personne d'un autre monde serait en ville. Elle veut savoir comment se porte son défunt premier mari, Matija. Mića dit à Doma que dans cet autre monde, tout doit être payé comme ici sur Terre et que son défunt mari est fauché. Contrarié, Doma rassemble l’ensemble des économies de Marko et les remet à Mića. Il s'en va joyeusement, en promettant de remettre l'argent à Matija. Lorsque Marko voit Doma en larmes, elle lui raconte toute l'histoire. Il alerte ses hommes et tout le village commence à courir après le voleur.

Acte II

Au moulin, Sima le meunier chante joyeusement pendant que les femmes du village arrivent avec leur grain. La dernière arrivée est Doma, qui demande que son grain soit moulu en premier. Dans la rangée qui suit, Doma insulte les autres femmes et Sima s'empare de Đula. La belle-fille se lamente sur sa défunte mère et quitte ensuite le moulin, mais oublie de prendre le sac de nourriture du cheval.

Pendant le nettoyage du moulin, Sima entend un bruit de sabots qui se rapproche au loin. C'est Marko à la poursuite du voleur, mais le meunier croit à tort que Marko le poursuit en raison de son combat avec Doma et Đula. Lorsqu'effrayé, il se cache, Mića se faufile dans le moulin et se déguise en Sima. Marko arrive au moulin et demande dans quelle direction le voleur est allé. Prétendant aider, Mića envoie Marko dans la direction du meunier, en lui promettant de garder son cheval pendant qu'il cherche le voleur.

Đula revient chercher le sac de nourriture oublié. Elle est surprise de trouver Mića à cet endroit et est en colère contre lui pour être parti sans lui dire au revoir. Les paroles sincères de Mića l’adoucissent et la convainquent de son amour et de ses intentions honnêtes. Alors, Đula accepte de fuir avec lui. Marko et ses hommes attrapent Sima et l’accusent de collusion avec le voleur. Soudain, ils voient Mića se précipiter dans les airs sur le cheval de Marko avec Đula. Marko se rend compte qu'il a également été escroqué et fait la paix avec Sima.

Acte III

À la fête du village, Doma décide de quitter Marko après une bagarre. Sima dit à Marko qu'il a vu Đula dans un autre village, où elle vit dans un grand domaine avec Ero le Joker, dont le vrai nom est Mića. Le couple arrive à la foire en habits élégants et les gens du village les accueillent joyeusement. Marko et Doma sont toujours en colère contre Mića. Il leur raconte alors son histoire : c'est un riche propriétaire qui a été chargé par sa mère de se présenter devant son amour en tant que pauvre. Maintenant qu’il a Đula pour toujours, il rend l’argent à Doma et le cheval de Marko. Tout le monde se réconcilie et se joint au chant et à la danse.

5 clés pour aborder Ero the Joker

1° Loi et Musique

Le compositeur croate Jakov Gotovac est né à Split le 11 octobre 1895, où il a terminé ses études secondaires et a composé pour la première fois. En 1913, il commence à suivre des cours d'harmonie auprès du compositeur Antun Dobronić et s'inscrit également à l'Université de Droit de Zagreb. Au début de la Première Guerre mondiale, Gotovac rentre chez lui, où il suit des cours d'instrumentation et d’orchestration auprès de l'éminent chef d'orchestre et chef de chœur tchèque Cyril Metoděj Hrazdira. Après avoir remporté un prix pour sa première composition sérieuse, Two Scherzos, op. 1, il est invité à Vienne par une maison d'édition musicale. Il reste dans la ville pendant un an, assistant avec enthousiasme aux conférences du compositeur, enseignant et critique autrichien Joseph Marx à l'Académie de Musique. C'est là qu'il a décidé d'abandonner ses études de droit et de se consacrer à la musique.

2° Un engagement à vie

Au début des années 1920, Gotovac s’installe à Šibenik, où il est actif au sein de la Philharmonic Society de la ville. Il y fait la connaissance de la primadonna Maja Strozzi-Pečić, qui invite le compositeur à Zagreb. Gotovac rejoint le personnel du Croatian National Theatre in Zagreb en tant que répétiteur de musique. Il restera au théâtre jusqu'à sa retraite, 35 ans plus tard, gravissant les échelons pour en devenir Directeur de l'Opéra. Durant cette période, il compose plusieurs opéras, dont Ero the Joker ; son plus populaire. Comme dans plusieurs de ses œuvres, il s'inspire du folklore croate et de la musique traditionnelle. Il est représentatif du romantisme national tardif en vogue dans toute l'Europe à l'époque. Ero the Joker a depuis été présenté dans quatre-vingt théâtres du monde entier et traduit en neuf langues. Il est de loin l’opéra le plus joué de Gotavac. Le compositeur est décédé en 1982 après avoir vu tous ses opéras mis en scène, à l'exception de son opéra-oratorio Petar Svačić, basé sur le dernier roi de Croatie.

3° Ascension et chute

Milan Begović est un écrivain, dramaturge, librettiste, critique et traducteur croate né en 1876 dans le petit village de Vrlika. À partir de 1909, il travaille comme dramaturge au Deutsches Schauspielhaus de Hambourg avant de devenir dramaturge et metteur en scène au Neue Wiener Bühne de Vienne. Après la Première Guerre mondiale, il revient en Croatie pour écrire et enseigner à Zagreb. Son drame de 1926, Adventurer Before the Door, remporte un vif succès et Begović est rapidement nommé directeur du théâtre au Croatian National Theatre in Zagreb, où Gotovac travaille également comme répétiteur de musique. Rapprochés par leur amour mutuel pour le folklore, les deux hommes deviennent amis ainsi que collaborateurs créatifs. Leur partenariat culmine avec Ero the Joker, joué pour la première fois au National Theatre en 1935. Parallèlement à cet opéra et à sa pièce à succès précédente, on se souviendra mieux de Begović pour sa dernière comédie sentimentale American Yacht in the Port of Split. Après la Seconde Guerre mondiale, il est jugé comme ayant collaboré avec l’État Indépendant de Croatie en temps de guerre. Il meurt à Zagreb en 1948 et, en raison de sa brouille avec le régime, sa mort ne fut ni annoncée ni honorée.

4° Jet de Dalmatie

Aujourd'hui c’est une ville de 828 habitants située dans le comté croate de Split-Dalmatie. Mais lorsque Begović y naquit en 1876, Vrlika était un village du royaume de Dalmatie, terre de l'empire autrichien. Le librettiste l'utilisa comme décor pour Ero the Joker et ses traditions, costumes, musique et danse ont tous fait leur entrée dans l'opéra. Vrlika a depuis honoré son fils préféré d’une statue dans le parc Česma de la ville, où l’eau jaillit d’une source avant de se jeter dans la rivière Cetina. Il s’agit d’un lieu de rassemblement central pour les habitants de la ville et c’est l’endroit où se tient la foire du village dans l’acte III d’Ero the Joker. C’est aussi la scène d’une représentation annuelle d’opéra en plein air, qui se déroule dans le cadre du Split Summer Festival. Mais les traditions de Vrlika ne s’animent pas que pour une nuit dans l’année ; la ville abrite le KUU ‘Milan Begović’, un ensemble folklorique dont les membres se consacrent à la préservation et à la célébration de la culture même dont Gotovac et son librettiste étaient si épris.

5° Acclamation internationale

Le chef d'orchestre allemand Wilhelm Furtwängler a un jour déclaré: "Aujourd'hui, aucun courage n'est nécessaire pour accumuler les plus absurdes - aussi appelés les plus audacieux -  accords, mais un courage particulièrement grand est nécessaire pour composer un seul accord pur ou un simple phrasé." Partout où Ero the Joker a voyagé, l'opéra et son créateur ont reçu des critiques élogieuses. Dans un article paru dans le journal Sarre-Volksstimme en 1956, Robert Hahn définit Gotovac comme un compositeur doté du courage décrit par Furtwängler: « Gotovac est resté fidèle à la langue de son peuple. La mélodie folklorique est l'alpha et l'oméga de son expression que ce musicien expérimenté et bien éduqué pare d'une tenue scintillante et moderne pour orchestre. C’est un langage intemporel - une composition en accord avec le temps. »