Preloader Operavision
NCPA Beijing
25.10.2019 à 17h00 CET
vendredi, octobre 25, 2019 - 17:00

National Centre for the Performing Arts, Beijing

Carmen

 L'amour est un oiseau rebelle que nul ne peut apprivoiser.

Opéras | Bizet

Lorsqu'une gitane au tempérament rebelle est arrêtée, un soldat tombe sous son charme et la laisse s’échapper. Mais ayant tout risqué et tout abandonné pour être avec elle, il se laisse rapidement envahir par la jalousie.

 

Entre danger et désir, Carmen est un cocktail enivrant qui ne manque jamais d'éveiller les sens. La mezzo-soprano espagnole María José Montiel incarne la séduisante sevillana dans cette production festive de l’« Œuf géant » de Pékin. Diffusé le jour de l'anniversaire de Bizet, ce spectacle s'inscrit dans le cadre des événements d'OperaVision pour célébrer le premier World Opera Day le 25 octobre 2019.

Chanté en français.

Sous-titré en anglais et en mandarin.                                                                                                 

Disponible à partir du
25.10.2019 à 17h00 CET

jusqu'au
24.04.2020 à 12h00 CET

CarmenMaria Jose Montiel
Don JoséWarren Mok
EscamilloYuan Chenye
MicaëlaZhou Xiaolin
FrasquitaLi Xintong
MercédèsZhang Zhuo
RemendadoLiu Naiqi
ChœursChina NCPA Chorus
OrchestreChina NCPA Orchestra


MusiqueGeorges Bizet
LivretHenri Meilhac, Ludovic Halévy
Direction musicaleZhang Guoyong
Mise en scèneFrancesca Zambello
Réalisation vidéoTiziano Mancini

Acte I

Sur une place de Séville, une jeune fille du village, Micaëla, est  à la recherche de son fiancé, Don José, caporal des dragons, mais ne le trouve pas. Pendant leur pause de midi, les ouvrières de la manufacture de tabac se rassemblent sur la place. Parmi elles, Carmen, une jolie gitane qui rejette tous ses admirateurs, à l'exception de José. Elle lui jette une fleur au visage avant de s'éclipser. Après la pause, José ramasse secrètement la fleur.

Micaëla retrouve enfin José et lui remet une lettre de sa mère. Une émeute éclate soudainement à l'usine de tabac lorsque Carmen commence à se battre avec une autre ouvrière, la blessant avec un couteau. Carmen est arrêtée et José est chargé de la surveiller. Enthousiasmé par sa danse, le caporal la laisse partir et est lui-même arrêté pour manquement au devoir.

Acte II

Deux mois plus tard, dans une petite taverne, Carmen, ses amies et des officiers militaires boivent dans la bonne humeur. Un matador du nom d’Escamillo entre dans l’auberge et flirte avec Carmen, qui le rejette. Deux contrebandiers tentent d'entraîner Carmen dans une de leurs opérations, mais elle rejette leur offre car elle attend Don José, qui vient de sortir de prison.

Lorsque José arrive à la taverne, Carmen l'invite à danser. Elle exige de lui qu’il lui prouve son amour en désertant, mais José refuse. Alors qu'il se prépare à rejoindre sa caserne, le lieutenant des dragons entre à la recherche de Carmen. José et lui se battent et sont séparés par les contrebandiers qui refont surface. Après avoir attaqué un officier supérieur, José n'a plus d'autre choix que de rejoindre Carmen et les contrebandiers.

Acte III

Don José, Carmen et d'autres contrebandiers vivent dans les montagnes environnantes. José regrette d'avoir abandonné sa mère et Micaëla. Le jeune homme s'énerve et Carmen se rend compte qu'il la tuera peut-être un jour. Micaëla, qui est toujours éprise de José, risque sa vie pour le retrouver. Pendant ce temps, alors qu’Escamillo est à la recherche de Carmen, il tombe sur José. Comprenant les intentions du matador, José est envahi par la jalousie et décide de le tuer, mais les contrebandiers les interrompent juste à temps. Les contrebandiers découvrent Micaëla, qui supplie José de rentrer avec elle. Malgré les moqueries de Carmen, celui-ci décide d'abord de rester sur place avant d’accepter la demande de Micaëla lorsqu’il apprend que sa mère est gravement malade.

Acte IV

Les spectateurs et les marchands se pressent devant les arènes. Escamillo entre dans l'arène, prêt pour son combat, mais Carmen décide de rester à l’extérieur et de s’entretenir avec Don José. Celui-ci, les vêtements déchirés, la supplie de le pardonner, mais Carmen refuse obstinément. Ils entendent les applaudissements et les cris de joie de l'arène, saluant le triomphe d’Escamillo. Carmen est pressée de le rejoindre, mais José l'en empêche. Fou de colère, il la frappe à mort avec son poignard. Alors que les spectateurs quittent l'arène, ils trouvent Carmen étendue dans une mare de sang et José, envahi par le désespoir, qui avoue son crime.