Preloader Operavision
Bart Grietens

Dutch National Opera & Ballet

Der Zwerg

Un chef-d'œuvre sur le fait d'être différent

Opéras | Zemlinsky

La princesse d’Espagne reçoit un cadeau très spécial : une petite personne. Le nain ne semble pas conscient de sa petite taille, ce qui ne manque pas d’amuser tout le monde. Très vite des sentiments se développent, mais ont-ils la moindre chance dans un monde où l'apparence prime ?

 

Adapté d’une histoire d'Oscar Wilde, Der Zwerg (Le Nain) est peut-être l'opéra le plus connu et le plus fort de Zemlinsky. Cette représentation marque à la fois la première production de l'étoile montante Lorenzo Viotti en tant que directeur musical du Dutch National Opera et les débuts à l'opéra de la cinéaste et metteuse en scène de théâtre Nanouk Leopold. Le heldentenor Clay Hilley endosse le rôle-titre tandis que l'Infante Clara est interprétée par la soprano Lenneke Ruiten.

Nouvelle production de Dutch National Opera & Ballet, enregistrée le 12 septembre 2021 à Amsterdam.

 

Chanté en allemand. Sous-titres en anglais et néerlandais avec la possibilité de traduire automatiquement dans plus de cent autres langues.

Disponible à partir du
18.09.2021 à 19h00 CET

jusqu'au
18.12.2021 à 12h00 CET

Donna ClaraLenneke Ruiten
GhitaAnnette Dasch
Don EstobanDerek Welton
Le nainClay Hilley
Trois servantesJulietta Aleksanyan*, Inna Demenkova**, Maya Gour**
Deux fillesClaire Antoine**, Tinka Pypker**
*Alumni Dutch National Opera Studio
**Dutch National Opera Studio
ChœursChœur du Dutch National Opera
OrchestreNetherlands Philharmonic Orchestra


MusiqueAlexander Zemlinsky
TexteGeorg C. Klaren, d'après « The Birthday of the Infanta » de Oscar Wilde
Direction musicaleLorenzo Viotti
Mise en scèneNanouk Leopold
DécorsLeopold Emmen
CostumesWojciech Dziedzic
LumièresJames Farncombe
Chef des ChœursAd Broeksteeg
DramaturgieLuc Joosten
Réalisation vidéoLeopold Emmen
Assistant à la direction musicalAldert Vermeulen
Assistante à la mise en scèneAstrid van den Akker
RépétitionsErnst Munneke, Rupert Dussmann
Coach linguistiqueMiriam Kaltenbrunner
Responsable de productionAnne van Dooren
EditionBoosey & Hawkes

Lors de sa fête d'anniversaire, la princesse héritière du trône d'Espagne, l'Infante, reçoit un cadeau très spécial : une petite personne, censée lui remonter le moral. « Der Zwerg » (le nain) tombe rapidement amoureux de l'Infante et lui chante une chanson d'amour. À la surprise générale, le petit homme n'a aucune idée de son apparence et, bien qu'il se prenne pour un brave chevalier, il parvient à émouvoir tout le monde en chantant. La princesse joue et alterne entre attraction et répulsion. Il est évident qu'une relation pourrait se développer entre les deux, mais est-ce possible dans un monde ou les apparences priment ?

5 clés pour aborder Der Zwerg

Der Zwerg, le sixième opéra de Zemlinsky, est créé en 1922 à l'Opéra de Cologne à la demande et sous la direction du célèbre chef d'orchestre Otto Klemperer. Bien que la représentation soit bien accueillie par le public et que d'autres maisons d'opéra inscrivent l'œuvre à leur répertoire, Zemlinsky ne rencontre pas le succès qu'il espère à l’époque en tant que compositeur d'opéra.

1° Quand l'art s'inspire de la vie

Le compositeur autrichien Alexander Zemlinsky a été l'une des figures centrales de la vie musicale du début du 20e siècle, bien qu'il soit toujours resté dans l'ombre d'autres grands compositeurs. Il a été le professeur et l'ami de toujours d'Arnold Schoenberg. Alban Berg faisait également partie de son cercle d'amis. Une relation passionnée avec Alma Schindler, qui épousera plus tard Gustav Mahler entre autres, est l'une des raisons de l'intérêt de Zemlinsky pour l'histoire de Der Zwerg. Zemlinsky a écrit quelque neuf opéras et de nombreuses autres compositions, dont la Symphonie lyrique et Die Seejungfrau. Malgré sa conversion au protestantisme en 1906, son ascendance juive le contraint à fuir l'Autriche pour l'Amérique en 1938. Là-bas, sa carrière est écourtée et sa santé fragile met fin à son travail de composition. Il meurt d'une pneumonie en 1942.

Le nain doit représenter quelque chose de spirituel : de chaque homme envers chaque femme. Sa laideur doit être prise très généralement comme une image de tout sentiment d'infériorité...

Georg C. Klaren, librettiste

2° Une tragédie wildienne

Le livret de Der Zwerg est adapté d’un conte de fées littéraire d'Oscar Wilde, L'Anniversaire de l'infante de 1891. Zemlinsky s'était déjà intéressé à l'œuvre de Wilde : Eine Florentinische Tragödie (1917) était également tiré d’un fragment du drame de l'auteur irlandais. Le choix de Der Zwerg est dû au jeune parolier Georg Klaren (1900-1962), qui a proposé le thème à Zemlinsky. Georg C. Klaren a été captivé très tôt par les vues alors modernes sur la psyché humaine et la sexualité. Sur la base de cette fascination et de ces connaissances, il a librement adapté le conte de Wilde. Plus tard, Klaren a fait carrière comme scénariste et réalisateur de films et a réalisé, entre autres, la première adaptation cinématographique de Wozzeck de Büchner.

3° Mé/reconnaissable dans le miroir

Pour Der Zwerg, la méconnaissance, puis plus tard la reconnaissance du personnage principal de son propre reflet est un moment tragique. Le miroir en tant qu'élément central de la reconnaissance de soi et de la formation de l'identité humaine a été étudié en psychanalyse principalement par Jacques Lacan (1901-1981). Il souligne le fait que, dans l'image du miroir, nous nous identifions à une image qui nous est donnée de l'extérieur, par le miroir. Ainsi, nous sommes toujours, dans une certaine mesure, étrangers à l'image que nous avons de nous-mêmes. Comme l'a dit le poète Rimbaud : « Je est un autre ».

On se connaît très mal en tant que personne. Jeune homme, j'ai vu une fois dans la rue un visage de profil qui m'était très désagréable, voire dégoûtant. Je fus choqué lorsque je m'aperçus qu'il s'agissait de mon propre visage, que j'avais observé dans un miroir formé par deux miroirs qui se faisaient face.

Ernst Mach, scientifique et philosophe contemporain de Zemlinsky

4° Un philosophe autrichien bien singulier

« Car dans l’amour je veux me trouver moi-même, je veux me recevoir moi-même des mains d’autrui, ce que je veux de lui, c’est moi ! »

C'est ainsi que l'un des philosophes autrichiens les plus singuliers, Otto Weininger, a caractérisé la quête humaine de l'amour dans son ouvrage à succès mais particulièrement controversé Geschlecht und Charakter (Sexe et caractère). Le librettiste Georg Klaren était fasciné par Weininger et a intégré certaines de ses idées dans ses propres œuvres, dont Der Zwerg. Zemlinsky aussi, selon toute vraisemblance, a lu le livre de Weininger et a été fasciné par les idées psychologiques que Klaren a tirées de ce dernier pour le livret.

5° À travers l'objectif : du cinéma à l'opéra

La réalisatrice néerlandaise de cinéma et de théâtre Nanouk Leopold (Rotterdam, 1968) fait ses débuts à l'opéra avec Der Zwerg. Son premier film Îles Flottantes (2000) a concouru pour le Tiger Award du festival du film de Rotterdam, son deuxième film Guernesey (2005) a remporté deux Golden Calfs et a été sélectionné au festival de Cannes. Ses trois films suivants, Wolfsbergen (2007), Brownian Movement (2010) et Boven is het stil (2013) ont été sélectionnés au festival de Berlin et ont remporté plusieurs prix à l’international. En 2017, elle fait ses débuts en tant que metteuse en scène à l'Internationaal Theater Amsterdam. En contraste avec le réalisme pénétrant de ses films, elle va dans sa mise en scène de Der Zwerg vers la puissance de l'abstraction, le rapport et la tension entre les acteurs vivants et les projections vidéos sur scène.