Preloader Operavision
Garsington Opera

Garsington Opera

Falstaff

Quand Verdi a le dernier mot, le monde entier est une plaisanterie.

Opéras | Verdi

Le dépravé Falstaff, aux célèbres yeux baladeurs, rencontre enfin son égal lorsque ses plans sournois pour résoudre ses problèmes d'argent pousse les trois joyeuses épouses de Windsor à conspirer pour lui donner une leçon.
 

Après Macbeth et Otello, Verdi donne vie au grand personnage comique de Shakespeare dans ce dernier opéra spectaculaire. Le chef d'orchestre Richard Farnes fait ses débuts au Garsington Opera dans cette nouvelle production mise en scène par Bruno Ravella, lauréat du Prix de la critique Claude Rostand.

Chanté en italien
Sous-titres en français, anglais, allemand et possibilité de traduire automatiquement dans 114 langues.

Disponible à partir du
28.03.2019 à 19h00 CET

jusqu'au
27.09.2019 à 23h59 CET

Sir John FalstaffHenry Waddington
Alice FordMary Dunleavy
FordRichard Burkhard
Mistress QuicklyYvonne Howard
NannettaSoraya Mafi
FentonOliver Johnston
Meg PageVictoria Simmonds
Dr. CaiusColin Judson
BardolfoAdrian Thompson
PistolaNicholas Crawley
Page (silencieux)Ansh Shetty
ChœursChœur de l'opéra de Garsington
OrchestrePhilharmonia Orchestra


MusiqueGiuseppe Verdi
LivretArrigo Boito
Direction musicaleRichard Farnes
Mise en scèneBruno Ravella
DesignerGiles Cadle
LumièresMalcolm Rippeth
Mise en mouvementTim Claydon

Acte I

Le docteur Caius est venu se plaindre auprès de Sir John Falstaff que Bardolfo et Pistola, les compagnons indisciplinés de Falstaff, l'ont fait boire et l'ont volé. Ils se moquent de lui jusqu'à ce qu'il quitte l'auberge en furie. Le propriétaire lui présente une facture et il devient clair que Falstaff est chroniquement à court de fonds. Il espère remédier à la situation en ébauchant un plan pour séduire deux femmes, Alice Ford et Meg Page, les épouses des riches hommes de Windsor. Lorsque Bardolfo et Pistola refusent de faire partie de ses plans, Falstaff est scandalisé par leurs excuses inventées de toutes pièces et les jette dehors.

Alice et Meg découvrent qu'elles ont reçu des lettres d'amour identiques de la part de Falstaff et décident de lui donner une leçon. Mrs Quickly accepte de les aider en l'attirant à un rendez-vous. Entre-temps, Bardolfo et Pistola ont informé Ford des plans de Falstaff, dans l'espoir d'une récompense financière. Ford décide de tester la vertu de sa femme en rendant visite à Falstaff déguisé et en prétendant lui demander son aide pour la séduire. Sa fille, Nannetta, et son amant, Fenton, s’arrachent des baisers dès qu'ils en ont l'occasion.

Acte II

Bardolfo et Pistola supplient d'être autorisés à retourner au service de Falstaff. Mrs Quickly vient donner à Falstaff les réponses de Meg et d'Alice, l'invitant à rendre visite à Alice plus tard dans la journée. Les choses semblent se dérouler de façon encore plus satisfaisante lorsque Falstaff se voit offrir de l'argent comptant par un étranger qui se fait appeler Brook (il s’agit en réalité de Ford déguisé) afin de séduire Alice. Falstaff donne son accord avec empressement et, pendant qu'il se prépare à une conquête amoureuse, Ford s'emporte contre sa femme et son infidélité présumée.

Nannetta déplore le fait que son père essaie de la marier au docteur Caius. Alice la rassure et, avec Meg et Mrs Quickly, se prépare à recevoir Falstaff. Elles ont l'intention de faire semblant que son mari est rentré à la maison de manière inattendue et de le forcer à se cacher dans un panier à linge. Tout se déroule comme prévu jusqu'à ce que Mrs Quickly annonce que Ford est vraiment sur le chemin du retour, déterminé à surprendre Falstaff avec sa femme infidèle. Dans le chaos qui s'ensuit, Falstaff et le linge sale sont déversés dans la Tamise et les seuls amoureux découverts sont Nannetta et Fenton. Ford est forcé d'admettre qu'il a eu tort de suspecter Alice.

Acte III

Falstaff s'insurge contre l'injustice de son traitement et Mrs Quickly a du mal à le convaincre d’accepter une seconde invitation d'Alice. Finalement, il accepte de la rencontrer ce soir-là dans la forêt de Windsor où, selon la légende locale, des sorcières se rassemblent et le fantôme de Herne le Chasseur est parfois vu. Mrs Quickly lui conseille d'effrayer tous ceux qui pourraient le voir en adoptant l'apparence d'Herne le Chasseur, portant des bois de cerf sur la tête. Falstaff ne sait pas que tout le monde à Windsor a l'intention de le piéger et qu'ils ont tous l'intention de passer la nuit dans la forêt, portant divers déguisements. Ford se réjouit à l'idée de se venger de Falstaff et est également déterminé à forcer sa fille à épouser le docteur Caius. Mrs Quickly l'entend et trouve un moyen de le piéger aussi, en habillant quelqu'un d'autre avec le costume de Reine des Fées de Nannetta.

À l'approche de minuit, les gens commencent à se rassembler dans la forêt. Falstaff apparaît et fait des efforts acharnés pour séduire Alice. Alors que des bruits surnaturels se font entendre au loin, elle s'enfuit, laissant Falstaff seul et tourmenté face aux citadins déguisés. Ce n'est que lorsqu'il reconnaît le nez rouge flamboyant de Bardolfo que le tour est découvert. Ford se moque de Falstaff et donne ensuite sa bénédiction à l'union de deux couples, en supposant qu'un couple soit Caius et Nannetta. Quand ils enlèvent leurs déguisements, il découvre qu'il a approuvé le mariage de Nannetta avec Fenton et que le docteur Caius a été uni à Bardolfo. Les femmes se réjouissent de leur triomphe sur les soupçons et les vanités des hommes et Falstaff emmène tout le monde dans un dernier éclat de rire.

5 choses à savoir sur Falstaff

1° Un Bacchus anglais

« C'est un ivrogne, un menteur et un tricheur », selon le critique de théâtre Paul Taylor. « Pourtant, il a été décrit comme "la personnification de l'Angleterre"». Le gros chevalier Sir John Falstaff apparaît dans trois pièces de Shakespeare : Henry IV, partie 1 et partie 2, dans laquelle son habitude de consommer des boissons alcoolisées avec des voyous au Boar's Head Inn fait de lui le compagnon parfait pour le prince Hal, l'égaré, et Les Joyeux Comères de Windsor, dans laquelle, après avoir connu des moments difficiles, il tente de courtiser deux riches femmes mariées - en leur envoyant des lettres d'amour identiques. Avec ses bouffonneries à la fois dégoûtantes et attachantes, Falstaff fut un succès immédiat ; le public élisabéthain se pressant pour voir son personnage préféré, qui parvint toujours à attirer la foule même après la mort de Shakespeare, alors que ses autres pièces devinrent moins populaires.

2° Le diable ne me condamnera pas

À la fin des années soixante-dix, Verdi avait composé 27 opéras, dont deux basés sur des tragédies shakespeariennes, Macbeth et Otello. Écrivant à son librettiste, Arrigo Boito, le maestro italien s'inquiète du « grand nombre d'années » de son âge. Il a dû envisager la possibilité très réelle que toute nouvelle entreprise entre eux pourrait être laissée inachevée. Néanmoins, alors qu'il était encore en bonne santé, Verdi s'est contenté d'essayer d'écrire une autre œuvre pour la scène. Pendant des décennies, il avait voulu adapter le Roi Lear en opéra, mais à cause de sa vieillesse, il a reconnu que c'était tout simplement un trop grand défi. Il décide plutôt d'écrire son premier opéra comique en cinquante ans. Ce revirement inattendu à la fin de la carrière de Verdi a été encouragé par Boito, qui a déclaré : « Après avoir exprimé toutes les tristesses et les lamentations du cœur humain, finir avec un éclat de rire puissant - ceci étonnera le monde ! »

3° L'esprit de Shakespeare

Verdi s'est tourné vers Falstaff. De Salieri à Gordon Getty, ce bouffon vantard, bruyant et obèse a été - et continue d'être - un aimant pour les compositeurs ambitieux désireux de partager sa vie créative posthume. Mais parmi des douzaines d'adaptations musicales admirables, la plus célèbre est de loin le Falstaff de Verdi, son dernier et sans doute son plus grand opéra. Débordant d'esprit et de belles mélodies, cet exemple suprême d'opéra comique italien du XIXe siècle capture l'esprit de la comédie shakespearienne mieux que quiconque depuis l'homme de théâtre lui-même. Après toute une vie d'écriture de tragédies sanglantes et passionnantes, c'est Verdi qui a eu le dernier mot.

4° Attente impatiente

Pour le baryton-basse acclamé Henry Waddington, ce fut un plaisir de faire ses débuts dans le rôle de Falstaff : « Tout au long de ma carrière, j'ai eu le privilège de jouer de nombreux rôles comiques, mais je ne peux vous dire combien je suis heureux d'avoir été invité à interpréter Sir John dans cette nouvelle production de l'opéra comique de Verdi. Falstaff est bien connu comme l'un des grands personnages comiques de Shakespeare et Verdi lui donne vie dans sa partition spectaculaire ». Waddington dit que c'est un rôle difficile à la fois vocalement et dramatiquement, mais que c'est ce qui en fait l'un des rôles les plus convoités dans le répertoire baryton-basse. « J'ai hâte ! »

5° Une fille qui sait ce qu'elle veut

La soprano Soraya Mafi fait ses débuts à Garsington dans le rôle de Nannetta, la fille de Ford et d'Alice. « Nannetta a toujours été le rôle que mes professeurs et mes mentors m'ont recommandé d'étudier », explique Mafi. « Avec une voix jeune et légère, il n'y a pas beaucoup d'autres Verdi à ma portée, c'est donc un privilège de chanter de la musique de mon compositeur préféré à ce stade précoce de ma carrière. En tant que personnage, j'aime que Nannetta soit une fille qui sait ce qu'elle veut. Je peux m'y retrouver ! »