Preloader Operavision
Javier del Real | Teatro Real

Teatro Real

Il trovatore

L'amour est fugace. Mais la vengeance est éternelle.

Opéras | Verdi

Alors que l’Aragon traverse un moment d’agitation, un comte jaloux se bat pour le cœur d'une noble dame. Mais le coeur de la dame appartient déjà à un troubadour passionné dont la mère détient un terrible secret.

 

Le chef d’oeuvre de Verdi déborde de tension dramatique et de génie musical, et met en scène une histoire qui s'intensifie tout au long du récit. Maria Agresta joue la malheureuse Leonora aux côtés de Ludovic Tézier et Francisco Meli, ses admirateurs rivaux, dans cette nouvelle production du Teatro Real.

Chanté en italien

Sous-titres en anglais, français, allemand, espagnol et possibilité de traduire automatiquement dans 114 langues.

Disponible à partir du
06.07.2019 à 21h00 CET

jusqu'au
06.01.2020 à 12h00 CET

Le comte de LunaLudovic Tézier
LeonoraMaria Agresta
AzucenaEkaterina Semenchuk
ManricoFrancesco Meli
FerrandoRoberto Tagliavini
InésCasandre Berthon
RuizFabián Lara
Un messagerMoisés Marín
ChœursTeatro Real
OrchestreTeatro Real


MusiqueGiuseppe Verdi
LivretSalvadore Cammarano
Direction musicaleMaurizio Benini
Mise en scèneFrancisco Negrín
DécorsLouis Desiré
CostumesLouis Desiré
LumièresBruno Poet
Chef des ChœursAndrés Máspero

Acte I

Dans la salle de garde du palais d'Aragon, le capitaine Ferrando ordonne à ses hommes de monter la garde pendant que le comte di Luna attend sous la chambre de la dame Leonora. Le comte est amoureux de Leonora mais elle est amoureuse d'un troubadour appelé Manrico. Afin de maintenir les gardes éveillés, Ferrando raconte l'histoire suivante à propos du comte.

Il y a de nombreuses années, une gitane jeta un sort au petit frère du comte et le rendit faible et malade. Le roi la condamna à être brûlée sur le bûcher. Alors qu'elle brûlait, la gitane ordonna à sa fille, Azucena, de la venger. Azucena enleva alors le bébé affaibli et le jeta dans le feu aux côtés de la gitane. Bien que les os d'un nourrisson aient été retrouvés dans les cendres, le roi refusa de croire qu'ils appartenaient à son fils. Quelques années plus tard, alors qu'il était sur son lit de mort, il ordonna à son fils, Di Luna, de chercher et de punir Azucena.

Dans sa chambre, Leonora se confie à son amie Inès et lui dit qu'elle aime Manrico. Elle entend la voix de Manrico dehors, au loin, et court pour l'accueillir. Dans le noir, elle confond Di Luna avec Manrico, mais heureusement, Manrico apparaît bientôt. Elle court vite à ses côtés pour l'embrasser. Dans un accès de jalousie, Di Luna provoque Manrico en duel, et ce dernier accepte.

Acte II

À l'intérieur du camp gitan, Azucena se souvient de l'appel à la vengeance de sa mère. Elle raconte à son fils, Manrico, une histoire qui a changé sa vie : quand elle a essayé de tuer le fils du roi, elle a attrapé par erreur son propre bébé et l'a jeté dans le feu. Manrico réalise alors qu'il n'est pas son fils biologique, mais lui promet que son amour pour elle est inchangé. Il jure à sa mère qu'il l'aidera à se venger et regrette que quelque chose l'ait empêché de tuer Di Luna alors qu'il avait gagné le duel. Un messager arrive en annonçant que Leonora, croyant que Manrico était mort, est entrée au couvent. Déterminé à l'arrêter, Manrico se précipite au couvent malgré les objections de sa mère.

À l'extérieur du couvent, Di Luna attend le bon moment pour enlever Leonora. Elle et les moniales apparaissent en procession et Di Luna met son plan à exécution. À ce moment précis, Manrico arrive et sauve Leonora. Les deux se mettent rapidement en route main dans la main, échappant à Di Luna et à ses hommes.

Acte III

Di Luna s'est installé non loin du château où se trouvent Manrico et Leonora. Ferrando fait venir Azucena après l'avoir trouvée dehors. Elle prétend chercher son fils perdu. Quand Di Luna révèle son identité, Azucena montre sa surprise. À ce moment, Ferrando la reconnaît comme la meurtrière du frère cadet de Di Luna. Di Luna ordonne qu'elle soit brûlée sur le bûcher.

À l'intérieur du château, Manrico et Leonora sont sur le point de se donner la main en mariage. Alors qu'ils prononcent leurs vœux, Ruiz, l'ami de Manrico, se précipite pour leur dire qu'Azucena a été capturée et condamnée à brûler sur le bûcher. Arrêtant tout, Manrico convoque ses hommes et se prépare désespérément à attaquer.

Acte IV

Manrico a été capturé avec sa mère. Ne voulant rien d'autre que sauver l'homme qu'elle aime, Leonora s'engage à donner sa main à Di Luna en échange de la liberté de Manrico. Mais avant qu'il puisse la posséder, elle avale secrètement du poison.

Dans leur cellule, Manrico réconforte sa mère vieillissante, qui s'endort. Leonora arrive et pousse Manrico à s'échapper. Cependant, après avoir entendu parler du marché qu'elle a conclu avec Di Luna, Manrico se sent trahi et refuse de quitter sa cellule. En quelques instants, les effets du poison commencent à se faire sentir. Alors qu'elle meurt dans les bras de son bien aimé, Leonora avoue qu'elle préfère mourir avec lui plutôt que d'en épouser un autre. Après avoir entendu les dernières paroles de Leonora, le comte ordonne l'exécution de Manrico. Azucena se réveille et essaie d'arrêter Di Luna, mais il est trop tard. Elle crie que sa mère a finalement été vengée, car Di Luna a tué son propre frère.

Manrico, le héros verdien et la force du destin

Par Joan Matabosch  

L'action de Il trovatore se déroule au XVe siècle, pendant la guerre civile qui opposa Jacques II dit l’Infortuné - Comte d'Urgell et prétendant à la couronne d'Aragon après la mort de Martin dit l’Humain - à Ferdinand Ier d’Aragon dit le Juste de la Maison de Trastámara, qui fut finalement proclamé roi par le compromis de Caspe en 1412. C'est dans ce contexte que le dramaturge Antonio García Gutiérrez situe sa tragédie El trovador, créée au Teatro del Príncipe de Madrid en 1836 et qui rencontre un succès considérable.

L'écrivain et journaliste libéral Mariano José de Larra a été l'un des premiers à faire tomber la pièce de son piédestal et à la considérer simplement comme une œuvre « totalement romantique ». Des années plus tard, le romancier réaliste Benito Pérez Galdós dira que le texte de García Gutiérrez cache « un fond révolutionnaire sous son manteau de chevalerie ; les gens du peuple y sont magnifiés, l'homme abandonné et provenant d’une ascendance obscure a été forgé et rendu plus fort par la solitude ; et les classes supérieures, qui sont vues sous un mauvais jour, sont présentées comme égoïstes, tyranniques, sans loi ou humanité ».  

En effet, comme l'a dit Larra, l'œuvre est « entièrement romantique » : d'abord parce qu'elle se déroule dans le monde chevaleresque et romantique du Moyen-Âge - un château, un champ de bataille, un cloître et une prison - que les romantiques ont toujours préféré au monde classique ; ensuite parce que le protagoniste échappe radicalement à l'archétype du classicisme, qui était celui du puissant homme face au devoir qui l'attend.  

Manrico, le protagoniste d'Il trovatore, incarne l'essence même du héros romantique tragique, contraint de jouer le jeu de la vie alors qu’il tient dans ses mains des cartes marquées d’un destin contraire : c'est un hors-la-loi social qui se prend pour le fils d'une gitane ; c'est un rebelle politiquement engagé dans la dynastie vaincue d'Urgell ; c'est une âme sensible qui, en troubadour, se consacre à la composition de poèmes, chantés par des ménestrels ; il rejette les normes sociales et tout sens de l'autorité ; et de plus, il est amoureux d’une servante qui est, en principe, totalement intouchable.  

Mais nous découvrons rapidement que la femme aimée aime Manrico en retour et qu'elle remet elle aussi en question ces normes sociales, indifférente à la menace que représente le fait d'avoir un amant d'origine si modeste. En revanche, le comte Di Luna est l'incarnation même de l'anti-héros romantique : puissant, appartenant à la faction victorieuse de Trastámara, cruel, implacable et rejeté par celle qu'il désire.  

L'action est délimitée par deux obsessions - la passion pour l'amour et la passion pour la vengeance - qui convergent précisément dans la figure de Manrico. Elles sont jouées par les deux protagonistes féminines : l'aristocrate Leonora, l'amante de Manrico, et la gitane Azucena, qui l'a élevé depuis sa naissance et qu'il croit être sa mère biologique. À travers ces deux intrigues, Manrico devient la victime tragique des intrigues de Di Luna.  

C'est le croisement fatidique des passions amoureuses et vengeresses qui conduit l'un des frères à exécuter l'autre sans le savoir. C'est pourquoi Galdós a dit : « le fait que les deux rivaux soient frères est important : ce n'est rien d'autre que le principe d'égalité, proclamé de façon dramatique ». Tout cela dans l'idée très verdienne d'une « force du destin » qui entre en collision avec les efforts du héros. Selon l'historien Pierre Milza, « Verdi a eu son propre style unique dès le début de sa carrière, donnant à toutes ses œuvres un ton pessimiste et prométhéen. Pessimiste, puisque le héros de Verdi est vaincu à la fin, tout comme l'homme dans sa lutte contre la mort. Prométhée, puisque sa lutte physique contre son destin légitime son existence et l'élève au niveau de la grandeur ».

Joan Matabosch est le directeur artistique du Teatro Real.