Preloader Operavision
Patrik Borecký | National Theatre Brno
02.10.2019 à 18h00 CET
Mercredi, octobre 2, 2019 - 18:00

National Theatre Brno - Janáček Brno Festival

Jenůfa

Un visage écorché vaut mieux qu’une âme meurtrie.

Opéras | Janáček

Lorsqu'une belle jeune femme tombe enceinte de façon inattendue, elle apprend que l'amour est parfois superficiel.

 

Janáček a condensé la sinistre histoire d'infanticide et de rédemption de Gabriela Preissová en un drame magistral et effrayant. Le sort tragique des protagonistes est présenté avec un réalisme dépourvu de sentiments, qui ne peut qu’appeler une réponse emplie de compassion profonde. Cet opéra, que Janáček mit neuf ans à élaborer et dont la première eut lieu il y a 115 ans au Théâtre national de Brno, sa ville natale, est sans doute le premier à déployer aussi clairement le style particulier du compositeur.

Chanté en tchèque

Sous-titres bientôt disponibles en allemand, anglais, français et possibilité de traduire automatiquement dans 114 langues.

Disponible à partir du
02.10.2019 à 18h00 CET

jusqu'au
01.04.2020 à 23h59 CET

Grand-mère BuryjovkaJitka Zerhauová
Laca KlemeňJaroslav Březina
Števa BuryjaTomáš Juhás
KostelničkaSzilvia Rálik
JenůfaPavla Vykopalová
StárekIvan Kusnjer
Le maireLadislav Mlejnek
L'épouse du maireJarmila Balážová
KarolkaEva Štěrbová
PastuchyňaStanislava Jirků
BarenaLenka Schallenberger
JanaMartina Mádlová
TanteIvona Špičková
ChœursJanáček Opera of the National Theatre Brno
OrchestreJanáček Opera of the National Theatre Brno


MusiqueLeoš Janáček
LivretLeoš Janáček
Direction musicaleMarko Ivanović
Mise en scèneMartin Glaser
DécorsPavel Borák
CostumesMarkéta Sládečková
LumièresMartin Špetlík
ChorégraphieMário Radačovský
Chef des ChœursJosef Pančík
DramaturgieOlga Šubrtová

Acte I

La belle Jenůfa craint que son bien-aimé Števa ait été enrôlé dans l'armée. Elle attend son enfant et son départ mettrait en péril leur futur mariage. Le demi-frère de Števa, Laca, est lui aussi amoureux de Jenůfa et lui pose des questions le concernant. Števa arrive enfin avec ses amis et ses musiciens - il n'a finalement pas été enrôlé et célèbre la bonne nouvelle en buvant et en dansant. La belle mère de Jenůfa, Kostelnička, désapprouve le comportement de Števa et celui de ses amis. Devant tous, elle annonce qu'elle ne donnera son accord pour un mariage entre Jenůfa et Števa qu'après une année de mise à l’épreuve, pendant laquelle Števa ne sera pas autorisé à boire. Laca convainc Jenůfa que Števa ne l'aime que pour sa beauté, et lors de cette discussion tumultueuse, il lui entaille le visage avec un couteau.

Acte II

Honteuse du nouveau visage de Jenůfa, Kostelnička la cache dans sa maison et prétend qu'elle est partie pour Vienne. Entre-temps, Jenůfa a donné naissance à un fils. Pendant que Jenůfa dort, Kostelnička se lamente devant Števa et le supplie d'épouser Jenůfa. Pour Števa, cependant, le visage meurtri de Jenůfa l'a rendue laide. De plus, il est déjà fiancé à la fille du maire. Laca arrive et demande à Kostelnička de lui remettre Jenůfa. Quand Kostelnička lui apprend que Jenůfa a donné naissance à l'enfant de Števa, il est choqué. En désespoir de cause, Kostelnička ment et raconte que l’enfant est mort immédiatement après sa naissance. Dès que Laca part, Kostelnička noie l'enfant dans une rivière glacée et persuade Jenůfa qu'elle a dormi pendant plusieurs jours à cause de la fièvre et que le petit garçon est mort entre-temps. Jenůfa, dévastée, accepte le mariage avec Laca.

Acte III

Pendant les préparatifs du mariage de Jenůfa et Laca, on apprend qu'un enfant a été retrouvé mort dans la rivière. Jenůfa reconnaît le bonnet de son petit garçon et suspecte l’assassinat. Kostelnička admet son crime devant les invités réunis. Avant que le maire ne l'emmène au tribunal, Jenůfa lui pardonne, car elle comprend qu'elle l'a fait par amour pour elle. Jenůfa croit que Laca ne voudra plus d'elle et le renvoie. Cependant, celui-ci veut toujours être à ses côtés et promet qu'il restera avec elle même dans les moments difficiles. Jenůfa se rend compte qu'elle a trouvé son véritable amour et que « Dieu en est satisfait ».

5 clés pour aborder Jenůfa

1. Réalisme non sentimental

Jenůfa est l'une des œuvres les plus célèbres de Janáček. Elle trouve son origine dans un drame réaliste de Gabriela Preissová intitulé Její pastorkyňa (« Sa belle-fille »), que Janáček a adapté en livret d'opéra. Bien qu'il ait dû raccourcir considérablement le texte du drame, le compositeur est tout de même parvenu à accentuer l'impact de cette tragique histoire de la Moravie rurale.

2. Des personnages hauts en couleur

Aux côtés de la malheureuse héroïne Jenůfa, les personnages de l’opéra incluent l’instable et dépensier Števa, le féroce Laca qui dissimule un cœur d’or, ainsi que l'implacable Kostelnička, dont les efforts pour maintenir sa situation et le respect qu’elle inspire au sein du village l’amènent à tuer l'enfant de Jenůfa. Janáček a su capturer l'essence de chaque individu dans un drame magistral et condensé qui fait froid dans le dos tout en éveillant chez le spectateur un profond sentiment de compassion et de compréhension.

3. Un processus douloureux

Il fallut à Janáček près de neuf ans pour créer Jenůfa. Il termina le premier acte de l'opéra en 1897, tandis que le deuxième et le troisième furent élaborés dans des circonstances extrêmement tristes pour la famille Janáček. En 1902, la fille du compositeur, Olga, tomba gravement malade lors d'une visite chez son oncle à Saint-Pétersbourg. Janáček acheva le deuxième acte de l'opéra après le retour d'Olga, et le troisième très peu de temps avant sa mort en février 1903. Il dédia Jenůfa à la mémoire de sa fille.

4. Une superproduction à Brno

Janáček souhaitait que la première ait lieu au Théâtre national de Prague, mais cela lui fut refusé car l'opéra n'était pas jugé digne d'être joué sur la grande scène tchèque. La première représentation eut donc eu lieu dans sa ville natale de Brno en janvier 1904, et ce fut un grand succès. Jenůfa y fut de nouveau joué en 1906 et 1911, et le premier arrangement pour piano fut publié par le Friends of the Arts Club en 1908.

5. La conquête de la capitale

Malgré l'enthousiasme de Brno pour son opéra, Janáček estimait que le théâtre était en si mauvais état qu'il n'était pas adapté aux représentations de son œuvre novatrice. Il tenta à plusieurs reprises de faire accepter l'œuvre par le Théâtre national de Prague, mais celui-ci ne cessa de la rejeter, ces refus constituant une source continue de souffrance pour le compositeur. Enfin, plus d'une décennie après la création de l'opéra, Janáček réussit à persuader la direction du théâtre de la capitale tchèque et son chef d'orchestre, Karel Kovařovic, de monter Jenůfa en mai 1916. Ce fut un succès retentissant et Janáček devint rapidement un compositeur renommé dans tout le pays mais aussi à l'étranger.