Preloader Operavision
Clärchen & Matthias Baus

Dutch National Opera and Ballet

Les Troyens

Pierre Audi dirige la soprano néerlandaise Eva-Maria Westbroek et le ténor américain Bryan Hymel dans l’un des opéras les plus ambitieux de Berlioz.

Flash-back | Berlioz

Ce spectacle n'est plus disponible en vidéo à la demande, mais profitez encore des contenus annexes à la production.

ÉnéeBryan Hymel
ChorèbeJean-François Lapointe
PanthéeNicolas Testé
NarbalAlastair Miles
IopasGreg Warren
AscagneValérie Gabail
CassandreEva-Maria Westbroek
DidonYvonne Naef
AnnaCharlotte Hellekant
Hélénus / HylasSébastien Droy
PriamChristian Tréguier
Un chef grec / Première sentinelleAlexander Vassiliev
Un soldatPeter Arink
Deuxième sentinellePatrick Schramm
L'ombre d'Hector / Le Dieu MercurePhilippe Fourcade
SinonChristophe Gillett
PolyxèneMichaëla Karadjian
HécubeDanielle Bouthillon
AndromaqueJennifer Hanna
AstyanaxStijn Koene
Hector / LarbasStandish de Vries
Directeur de télévisionMisjel Vermeiren
ChœursKoor van de Nederlandse Opera
OrchestreNetherlands Philarmonic Orchestra


MusiqueHector Berlioz
Direction musicaleJohn Nelson
Mise en scènePierre Audi
DécorsGeorge Tsypin
CostumesAndrea Schmidt-Futterer
LumièresPeter van Praet
ChorégraphieAmir Hosseinpour, Jonathan Lunn
Chef des ChœursMartin Wright
Direction artistiqueHein Mulders
DramaturgieKlaus Bertisch

I. La chute de Troie

Acte I

Après un siège de dix ans, les Grecs quittent Troie. Les Troyens se réjouissent du départ de leurs ennemis. Ils sortent de la ville et trouvent un cheval de bois, qu’ils considèrent comme une offrande à la déesse Athéna. Cassandre, fille du roi Priam, a de sombres prémonitions; elle prédit la chute sanglante de Troie, mais personne ne lui prête attention, pas même son père ou son fiancé Chorèbe. Priam ordonne que l'une des portes de la ville soit démolie afin que le cheval puisse être transporté à l’intérieur des murs.
Enée raconte que le prêtre Laocoon a vu ce cheval géant comme un complot des Grecs et a exhorté la populace à y mettre le feu, avant d'être dévoré par deux monstrueux serpents. Les Troyens interprètent ce malheur comme une punition de la déesse Athéna. Le cheval géant est porté triomphalement dans Troie.

Acte II - Scène 1

Énée s’est endormie. Le fantôme d'Hector, un héros troyen, lui apparaît et l'avertit du grand incendie qui va ravager Troie. Énée doit sauver les trésors de Troie et emporter les survivants avec lui; en Italie, il fondera un nouvel empire qui plus tard gouvernera le monde entier. Panthée se précipite à l'intérieur, il dit à Enée que les Grecs qui étaient cachés dans le ventre du cheval ont tué les gardes de la ville. Les Grecs qui étaient partis sont revenus et envahissent Troie. Priam est déjà mort. Énée, accompagné de ses fils Ascagne et Chorée, décide de sauver ce qui peut être sauvé.

Acte II - Scène 2

Les femmes de Troie comprennent que Cassandre avait dit vrai, mais qu’il est maintenant trop tard. Pour ne pas être faites prisonnières ou déshonorées, elles décident de mourir avec elle.

II. Les Troyens à Carthage

Acte III

Didon, reine de Carthage, célèbre avec son peuple: il y a sept ans, elle fondait la ville de Carthage après que son frère eut assassiné son mari. Le roi numide Larbas menace d'envahir Carthage si elle n'accepte pas de l'épouser. Didon, cependant, reste fidèle à son mari mort, même si elle ressent les affres de la solitude.
Didon accorde l'asile à un groupe de Troyens en fuite de Troie. Parmi eux, Énée. Il offre son aide à Didon. Énée confie Ascagne aux soins de Didon, puis les Troyens et les Carthaginois partent combattre le roi Larbas.

Acte IV

Didon et Énée se mettent à l'abri d'une tempête. Didon a perdu de vue son gouvernement et n'a d'yeux que pour son sauveur. Il doit lui en dire plus sur les Troyens, en particulier sur Andromaque. Andromaque était veuve, comme Didon, mais après avoir été enlevée, elle avait finalement épousé Pyrrhus, le fils de l'assassin d'Hector et lui-même le meurtrier de son père. Didon voit cela comme un précédent pour la dissolution de son propre vœu de fidélité à son défunt mari Sichée.
Elle hésite, mais sa résistance se brise lorsqu’Ascagne, déguisé en Cupidon, enlève l'anneau de mariage de son doigt. La nuit tombe et Didon et Énée profitent de leur bonheur mutuel. Le dieu Mercure apparaît et rappelle Énée à sa mission:  « Italie » retentit trois fois.

Acte V

Les préparatifs s’intensifient : il faut partir immédiatement afin de ne plus offenser les dieux. Les fantômes de Cassandre, Priam, Hector et Chorée apparaissent et disent à Énée de se dépêcher. Malgré les protestations de la reine, Énée quitte Carthage. Seule, Didon décide de se tuer. Elle jette tout ce qui lui rappelle Énée sur un bûcher enflammé. Comme en transe, elle prédit qu’Hannibal vengera sa mort sur les descendants des Troyens. Carthage sera néanmoins finalement détruite. À la grande horreur de tous, elle se poignarde avec l'épée d'Énée. En mourant, elle a une dernière vision de la Rome immortelle. Son peuple jure une haine éternelle pour Énée et son peuple. Une nouvelle guerre se profile.

Cinq choses à savoir sur Les Troyens

1° Une œuvre réputée injouable

Les Troyens est un opéra en cinq actes, neuf tableaux, d’Hector Berlioz. Ce dernier est mort avant d’avoir pu entendre son œuvre en intégralité, Napoléon III ayant refusé que celle-ci se joue à l’Opéra de Paris. Lorsqu’elle fut donnée au Théâtre-Lyrique à Paris en 1863, les deux premiers actes furent supprimés et seule la seconde partie - Les Troyens à Carthage - fut donnée. Pourquoi ? Tout d’abord en raison de sa longueur inhabituelle (près de 4h), mais surtout de sa mise en scène spectaculaire, ses fréquents changements de décor, ainsi que ses effectifs orchestraux et choraux. Il faudra attendre 1890 pour que cet opéra soit monté intégralement au Théâtre Karlsruhe, en Allemagne, toutefois scindé en deux soirées. La première intégrale fut donnée au King’s Theatre de Glasgow en 1969.

2° Un retour aux sources

Malgré son ambition de se lancer dans l’écriture et la composition d’un opéra sur un sujet antique, Berlioz hésite. Ruiné et freiné par les échecs retentissants de ses deux précédents opéras, Benvenuto Cellini et La Damnation de Faust, le compositeur attendra deux ans avant d’écrire Les Troyens. C’est la princesse Carolyne de Sayn-Wittgenstein, amie de Liszt, qui réussit à lui faire entreprendre la rédaction ce projet. Berlioz a composé lui-même son livret, s’appuyant sur le texte de l’Enéide de Virgile. Il revient ici à ses premières amours littéraires, les grandes tragédies mythologiques. "J’ai passé ma vie avec ce peuple de demi-dieux ; je me figure qu’ils m’ont connu, tant je les connais" dira-t-il en 1859. Son style dramaturgique est classique : alexandrins, inversions et archaïsmes parcourent le texte.

3° Des femmes en action

Les figures féminines ont importance particulière dans Les Troyens. Dans la première partie, La Prise de Troie, Cassandre tient le rôle principal. Isolée dans les mythes grecs et romains, elle est ici une figure héroïque, aimante puis épouse de Chorèbe. Résistante, armée, elle défend sa ville avant de se donner la mort pour ne pas être livrée aux ennemis et entraine les autres femmes dans un suicide collectif. Dans la seconde partie, Les Troyens à Carthage, Didon est également le sujet de sa propre histoire. Femme de pouvoir, isolée par son veuvage, elle gouverne Carthage. Elle décide ensuite de mettre en avant sa passion pour Enée par rapport à son gouvernement. Cassandre et Didon paieront toutes deux leur passion en perdant la vie.

4° Un célèbre duo : " Nuit d’ivresse et d’extase infinie "

À la fin de l’acte 4, on assiste à un duo d’Enée et Didon. Le texte s’inspire du Marchand de Venise de Shakespeare ( "Par une telle nuit…" ). Les deux amoureux se séduisent et échangent des références mythologiques où se mêlent provocations, chasteté et fureur de l'amour. Notons que leurs lignes de chant ne sont pas écrites à la tierce l’une de l’autre mais cherchent plutôt à se rejoindre : tantôt en mouvement parallèle, contraire, ou retardées. Pour enfin se rejoindre sur les mots "souriez à l’amour".

5° La production

Opera Vision met l’accent sur Pierre Audi, pour sa dernière saison en tant que directeur artistique du Dutch National Opera, poste qu’il occupait de 1988. Il partira au mois de septembre 2018 pour devenir directeur général du Festival d’Aix-en-Provence. Pierre Audi travaille avec un style minimaliste, radical. Afin de mettre en scène Les Troyens, il a pris le parti de rendre l’orchestre plus visible : la scène s’étend après la fosse, orchestre au centre. Il a également joué sur des oppositions de styles pour le décor des deux parties : horizontal pour Troie, vertical pour Carthage.

Eva-Maria Westbroek, une des sopranos les plus reconnues au monde, est Cassandre, la fille clairvoyante de Priam. Bryan Hymel, ténor américain prometteur qui a fait ses débuts en 2010, est Enée, l’amant de Didon.