Preloader Operavision
Bart Grietens
30.09.2021 à 19h00 CET
jeudi, September 30, 2021 - 19:00

Dutch National Opera & Ballet

Missa in tempore belli

Une messe pour le 20e siècle

Opéras | Haydn

Dutch National Opera présente une Missa surprenante dans une version pleinement scénique. Leur interprétation moderne révèle le revers de la foi inébranlable qui résonne dans chaque note de la messe de Haydn. Il en ressort les portraits d’individus accablés du fardeau d'une idéologie étriquée.

 

Cette représentation spéciale sous la direction de Lorenzo Viotti, nouveau chef d’orchestre du Dutch National Opera, prend la « Messe en temps de guerre » de Haydn comme pièce centrale et réunit théâtre musical, danse, composition électronique et vidéo. Les neuf danseurs du chorégraphe Juanjo Arqués expriment physiquement les contrastes qui caractérisent la vision de la metteuse en scène Barbora Horáková, tandis que le compositeur de musique électronique Janiv Oron contrebalance la musique religieuse de Haydn avec des effets sonores en direct.

Nouvelle production du Dutch National Opera & Ballet. Spectacle enregistré le 21 septembre 2021 à Amsterdam.

 

Chanté en latin. Sous-titres non disponibles pour ce spectacle.

Disponible à partir du
30.09.2021 à 19h00 CET

jusqu'au
30.12.2021 à 12h00 CET

SopranoJanai Brugger
AltoPolly Leech
TénorMingjie Lei
BasseJohannes Kammler
DanseursDutch National Ballet
ChœursChœur du Dutch National Opera
OrchestreOrchestre philarmonique des Pays-Bas


MusiqueJoseph Haydn
Direction musicaleLorenzo Viotti
Mise en scèneBarbora Horáková
DécorsBarbora Horáková
CostumesJorine van Beek
LumièresBarbora Horáková
ChorégraphieJuanjo Arqués
Chef des ChœursLionel Sow
DramaturgieNiels Nuijten
Réalisation vidéoSimon Haenggi, Hervé Thiot
Collaborateurs décorsSieger Kotterer
Collaborateurs lumièresPeter van der Sluis

Missa in tempore belli (Messe en temps de guerre), comporte un certain nombre de parties fixes, qui dans cette production sont entrecoupées de compositions de Janiv Oron (en italique).

BELLS

I. KYRIE
Avec les mots grecs Kyrie/Christe eleison, imploration de la miséricorde au nom de la congrégation.

RESONANT GARDEN

II. GLORIA
God the Father and Christ the Son are praised.
- Gloria in excelsis Deo (« Gloire à Dieu »)

BIKE FOR LOVE

- Qui tollis peccata mundi (« Qui enlève le péché du monde »)
- Quoniam tu solus Sanctus (« Car Toi seul es saint »)

FREQUENCY BAR

III. CREDO
Le crédo (« Je crois en... ») symbole de Nicée (323 apr J.-C) et de Constantinople (381 apr J.-C).
- Credo in unum Deum (« Je crois en un seul Dieu »)
- Et incarnatus est (« Et il s’est fait chair »)

BLOODHEART

- Et resurrexit

WASHED AND DRIED

IV. SANCTUS
Les anges louent Dieu sur son trône. C'est l'un des éléments les plus anciens de toutes les liturgies, avec le Benedictus qui suit.

V. BENEDICTUS
L’entrée de Jésus à Jérusalem (« Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur »).

PAUKEN

VI. AGNUS DEI
Une ancienne litanie, dans laquelle l'Agneau de Dieu (le Christ) est invoqué pour la miséricorde et la paix.

BELLS

Joseph Haydn a composé de nombreuses messes. Le pieux compositeur ne l'a pas seulement fait par dévotion, mais surtout sur commande. Il en va de même pour sa Missa in tempore belli - l'une des six messes qu'il a écrites dans la dernière phase de sa vie.

Cette messe ne raconte pas une histoire avec une intrigue et des personnages. Les textes sont les textes habituels des messes en latin. Les catholiques reconnaîtront leurs parties : Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Benedictus et Agnus Dei. Les textes s'adressent à Dieu le Père et au Christ le Fils : on les supplie de nous pardonner, on croit en eux et on les chante. À la fin, on entend le « dona nobis pacem » (« Accorde-nous la paix »).

La metteuse en scène Barbora Horáková et son équipe ont été chargées de créer une pièce de théâtre musical à partir de cette messe. Il est vite apparu qu'il serait difficile de créer un spectacle construit uniquement autour de la musique de Haydn : il fallait de la tension et du contraste.  

La musique de Haydn n'était pas destinée à être jouée sans interruption. Outre la musique, une célébration de la messe comporte d'autres éléments, tels que le sermon, la communion et les lectures de l'Évangile. Cela a donné à l'équipe artistique la liberté nécessaire pour créer des ajouts. Il a été décidé d'insérer de nouvelles musiques entre les chants choraux. Ces nouvelles parties ont été interprétées par le compositeur et DJ Janiv Oron, qui compose avec des instruments électroniques qu'il a lui-même construits.

Dans la messe, quatre voix émergent dans des solos lyriques : soprano, mezzo, ténor et baryton. Ces quatre solistes deviennent les protagonistes de la représentation. La directrice Horáková a trouvé l'inspiration pour ces personnages dans des histoires intenses et personnelles. Une femme qui se fait avorter après avoir été violée. Un garçon qui, aux prises avec sa sexualité, se réfugie dans le sport pour se sauver. Un homme qui, enfant, a dû combattre une maladie mortelle sans le soutien de ses parents religieux, qui voulaient remettre son destin entre les mains de Dieu. Une femme piégée dans un mariage violent, mais qui a rompu ce lien sacré avec beaucoup de difficulté, en perdant tout soutien de son entourage.

Ces histoires symbolisent les expériences individuelles en opposition à l'opinion d'un groupe apparemment homogène, qui domine l'ensemble. Cependant, le spectacle ne porte pas seulement sur les traumatismes personnels, mais aussi sur la vie après. Il s'agit de savoir comment nous pouvons nous rapprocher les uns des autres. Les thèmes du pardon, de la foi, de la grâce et de la célébration ont un sens dans nos vies à tous. Peut-être pas nécessairement en relation avec un Dieu, mais en relation les uns avec les autres. Cette messe s'adresse donc à nous, les humains. Le thème central est l'espoir de la création, le pouvoir créateur de l'homme, qui peut être ressenti dans chaque fibre de cette messe mise en scène.