Preloader Operavision
Irish National Opera

Irish National Opera

Orfeo ed Euridice

Quand l'amour est perdu, on ne peut pas revenir en arrière.

Flash-back | Gluck

Ce spectacle n'est plus disponible en vidéo à la demande, mais vous pouvez encore profiter des contenus annexes à la production.

Un musicien endeuillé descend aux Enfers à la recherche de sa femme. Il est autorisé à la reprendre à une seule condition - qu'il ne la regarde pas tant qu’ils ne sont pas de retour sur terre.

 

L'opéra le plus célèbre de Gluck s'éloigne radicalement des drames musicaux de l'époque. Ce nouveau mélange révolutionnaire de texte, de musique et de danse marque l'apogée de sa quête de la belle simplicité et de la vérité dramatique. Sharon Carty offre une représentation convaincante dans le rôle du légendaire Orpheus dans cette production intimiste du Irish National Opera.

OrfeoSharon Carty
EuridiceSarah Power
AmoreEmma Nash
-------------
ChoeurEmma Nash
Dominica Williams
Fearghal Curtis
Matthew Mannion
Danseurs United FallStephanie Dufresne
Javier Ferrer
Emma Martin
Sophia Preidel
OrchestreIrish Baroque Orchestra


MusiqueChristoph Willibald Gluck
Direction musicalePeter Whelan
Mise en scèneEmma Martin
Metteur en scène associéEmmanuel Obeya
DécorsSabine Dargent
CostumesCatherine Fay
LumièresStephen Dodd

Acte I

Orfeo, poète et musicien qui sait enchanter les bêtes sauvages et faire se mouvoir les arbres et les rochers à travers sa musique, pleure la mort de sa femme Euridice, morte à la suite d'une morsure de serpent. C'est à peine si Orfeo parvient à prononcer son nom, alors qu'un groupe de personnes en deuil se lamente de son décès. Il veut être seul avec son chagrin. Orfeo décide de réclamer sa femme défunte aux dieux.

Amore, le Dieu d'Amour, apparaît et offre son soutien, expliquant qu'un des Dieux, Jove, a eu pitié d'Orfeo. Il sera autorisé à entrer dans le monde souterrain s'il peut apaiser les « furies, les monstres et la mort cruelle » avec la puissance de son chant. Il y rencontrera Euridice et sera autorisé à la ramener dans le monde supérieur. Le piège, c'est qu'ils doivent faire ce voyage sans qu'Orfeo la regarde et sans expliquer l'interdiction qui lui a été imposée. Sinon, il la perdra à nouveau. Son sang ne fait qu'un tour à la pensée de son impatience et de sa propre angoisse. Mais il accepte le défi.

Acte II

Un monde souterrain interdit se referme autour d'Orfeo qui joue de sa lyre tandis que les Furies tournent autour de lui, l'effrayant et interrompant sa musique.

Un chœur de furies et de spectres menace et obstrue Orfeo alors qu'il commence son voyage. Le son de sa lyre, représentée par la harpe, et le calme de sa voix contrastent avec la violence de la musique qui le défie. Les furies ont pitié de lui et finissent par le laisser passer.

Orfeo se retrouve dans les Champs Elysées, un paradis où il croit tout le monde en paix, sauf lui-même, privé de sa chère Euridice. Le chœur annonce son arrivée et conduit Orfeo vers elle. Sans qu'Orfeo n'ait jamais regardé en arrière, ils finissent par renouer les liens entre eux.

Acte III

Orfeo dirige Euridice alors qu'il s'efforce d'expliquer les questions auxquelles il ne peut pas répondre sans violer son contrat. Plus il l'entend, moins il peut résister, car elle aspire à « un seul regard ». Ils endurent tous les deux une torture prolongée et incompréhensible jusqu'à ce qu'il cède finalement. Il la regarde et la perd encore et toujours. L'horreur de cette situation le désespère et fait jaillir l'air le plus célèbre de l'opéra, « Che farò senza Euridice ? » (« Que ferai-je sans Euridice ? »), alors qu'il contemple la vie sans la femme qu'il a perdue à deux reprises.

5 clés pour aborder Orfeo ed Euridice

1° Un héros grec

Musicien légendaire, poète et prophète de la mythologie et de la religion grecque ancienne, Orphée aurait composé les Hymnes Orphiques et l'Argonaute Orphique. Les grandes histoires à son sujet mettent l'accent sur sa capacité d'enchanter tous les êtres vivants et même les pierres avec sa musique ; sa tentative de faire sortir sa femme Eurydice des enfers ; et sa mort des mains de ceux qui ne pouvaient entendre sa musique divine. Ces histoires ont inspiré d'innombrables formes d'art de l'Antiquité à nos jours, y compris la poésie, le cinéma, la peinture, la musique et l'opéra. Euridice de Jacopo Peri est l'opéra le plus ancien qui ait survécu, certaines des versions suivantes à ce sujet sont L'Orfeo de Monteverdi, Orfeo ed Euridice de Christoph Willibald Gluck et l'opéra écrit en 2018 par Dick van der Harst, Moneim Adwan et Howard Moody, Orfeo & Majnun.

2° Réforme radicale

Au milieu du XVIIIe siècle, l'opéra seria s'est transformé en œuvres sinueuses parcourues de musiques complexes, de longues arias da capo et de sous-parcelles labyrinthiques. Inspiré par Essai sur l'opéra de Francesco Algarotti écrit en 1755 et l'opéra français de l'époque, Gluck tente de composer ce courant avec un opéra d'une noble simplicité et d'une pureté émotionnelle. En résulta Orfeo ed Euridice. « C'est un opéra de réforme », explique le chef d'orchestre Peter Whelan, partenaire artistique de l'Irish National Opera, directeur artistique de l'Irish Baroque Orchestra et directeur fondateur de l'Ensemble Marsyas.

« Gluck se détourne des goûts de son temps - beaucoup de magnifiques pyrotechniques sans beaucoup de sens derrière - et essaie quelque chose de complètement nouveau. On voit un lien direct entre ce que Gluck et son librettiste font ici, avec Berlioz et plus tard Wagner. »

3° De Vienne à Paris

Orfeo ed Euridice a été créé en 1762 au Burgtheater de Vienne le jour du baptême de l'empereur François Ier et a été repris l'année suivante. Mais c'est à Paris que Gluck et son opéra de réforme sont les plus célèbres. Cette version, baptisée Orphée et Eurydice, créée en 1774 dans la seconde Salle du Palais-Royal, comportait un libretto français de Pierre-Louis Moline, qui était à la fois une traduction et une extension du texte original de Ranieri de' Calzabigi. Cette version de l'œuvre contient également d'autres séquences de ballet conformes au goût parisien de l'époque, dont la longue « Danse des Furies » et la célèbre « Danse des Esprits Bénis ». L'opéra a également influencé les opéras allemands ultérieurs avec des variations sur leur intrigue - un sauvetage souterrain dans lequel le héros doit contrôler ou cacher ses émotions - dans La Flûte enchantée de Mozart et Rheingold de Wagner.

4° Qui porte le pantalon ?

La première personne à chanter Orfeo dans l'opéra de Gluck fut le célèbre castrat Gaetano Guadagni. L'opéra français ne connaissait presque pas les castrati, et Gluck changea donc le rôle de la version parisienne de son opéra en un rôle pour ténor aigu ou haute-contre - la voix des personnages héroïques habituels de l'opéra français. Depuis le milieu du XIXe siècle, Orfeo est chanté principalement par des contraltos et des mezzo-sopranos en pantalon. « Il y a deux raisons aux rôles en pantalon », explique Sharon Carty, la mezzo-soprano irlandaise qui joue Orfeo dans cette production. « D'une part, parce que le rôle a été écrit à l'origine pour une femme - par exemple, dans Le Mariage de Figaro, Mozart a écrit le Cherubino pour une soprano, et il a été accepté à l'époque que les rôles de garçons et de jeunes hommes soient chantés par de hautes voix féminines ».

L'autre raison, explique-t-elle, est que de nombreux rôles masculins écrits pour les castrati doivent être remplacés. « Heureusement, nous n'avons plus de castrats, il faut donc résoudre le problème en prenant soit une mezzo-soprano - comme dans cette production - soit un contre-ténor ». Après Hansel dans Hansel et Gretel, Sextus dans Giulio Cesare et le rôle-titre d'Ariodante, Sharon Carty est habituée à jouer des rôles en pantalon. Il s'agit de sa deuxième apparition sur OperaVision après ses débuts dans le rôle d'Amy dans la première mondiale de Donnacha Dennehy et d'Enda Walsh, The Second Violinist.

5° La Note du chorégraphe

Pour cette production, l'Irish National Opera a collaboré avec United Fall, une compagnie dirigée par la metteure en scène et chorégraphe Emma Martin, dont le travail estompe les frontières entre le théâtre conventionnel et la danse. « L'approche d'Emma pour Orfeo et Euridice donne à la production une touche unique », explique Fergus Sheil, directeur artistique de l'Irish National Opera. « Elle a su réconcilier avec soin et authenticité les éléments du mouvement, de la musique et de la virtuosité ».

Dans cette interview avec les chanteurs et l'équipe de création, vous apprendrez comment Emma Martin a utilisé sa formation en danse et en chorégraphie pour mettre en scène son premier opéra.