Preloader Operavision
Thomas M. Jauk/Stage Picture

Staatstheater Braunschweig

Rusalka

Ô lune, ne t'éteins pas !

Opéras | Dvořák

Rusalka, une nymphe des eaux, désire plus que tout au monde devenir humaine pour conquérir le cœur d’un jeune prince. Mais cette métamorphose a un prix : si leur histoire d’amour échoue, elle perdra l’usage de la parole et sera damnée à jamais.

 

Le lac est asséché et la lune argentée ne s’y reflète plus. Dirk Schmeding, nominé aux International Opera Awards 2020, met en scène l’opéra Rusalka d'Antonín Dvořák au Staatstheater Braunschweig, loin de son univers poétique et féerique. Face à l’horreur d’un no man’s land délabré, la soprano américaine Julie Adams interprète Rusalka, perdue entre deux mondes.

Enregistré le 22 février 2021.

 

Chanté en tchèque. Sous-titres en anglais et en allemand avec la possibilité de traduire automatiquement dans près de 100 autres langues.

Disponible à partir du
13.08.2021 à 19h00 CET

jusqu'au
13.11.2021 à 12h00 CET

RusalkaJulie Adams
Le PrinceKwonsoo Jeon
L'Esprit de l'eauJisang Ryu
La Princesse étrangèreEkaterina Kudryavtseva
JežibabaEdna Prochnik
Le garçon de cuisineMilda Tubelytė
Le garde forestierMaximilian Krummen
Le premier esprit des boisJelena Banković
Le deuxième esprit des boisIsabel Stüber Malagamba
Le troisième esprit des boisZhenyi Hou
ChœursChœur du Staatstheater Braunschweig
OrchestreOrchestre du Staatstheater Braunschweig


MusiqueAntonín Dvořák
TexteJaroslav Kvapil, d'après « Ondine » de Friedrich de la Motte Fouqué, « La petite sirène » de Hans Christian Andersen, « La cloche engloutie » de Gerhart Hauptmann et « Un bouquet de contes tchèques » par Karel Jaromír Erben
Direction musicaleSrba Dinić
Mise en scèneDirk Schmeding
DécorsRalf Käselau
CostumesJulia Rösler
LumièresKatharina Möller
Chef des ChœursGeorg Menskes
DramaturgieTheresa Steinacker
Réalisation vidéoJohannes Kulz
Réduction d'orchestreMarián Lejava

Acte I

Les esprits des bois taquinent le vieil Esprit du lac, qui ne modère pas sa colère face à leur comportement. Du moins, jusqu’à ce que la sirène Rusalka vienne lui faire part de sa misère : elle souhaite quitter l'eau, devenir humaine et connaître l'amour. Il l’avertit qu'elle perdra  tout si elle réalise son souhait, mais elle lui demande quand même de l'aide. Finalement, il lui conseille de se tourner vers la sorcière Ježibaba.  

Au début, Ježibaba est réticente. Ce n'est que lorsque Rusalka lui promet de lui donner tout ce qu'elle possède qu'elle accepte de lui donner forme humaine, non sans l'avoir prévenue : elle sera muette dans le monde des humains et, si son histoire d’amour est un échec, elle ne pourra retourner dans le royaume des eaux qu’en donnant la mort de son bien-aimé. Sous sa forme humaine, Rusalka rencontre le prince, qui est immédiatement fasciné par la belle inconnue. Ses rêves les plus fous semblent se réaliser et elle ignore les nouveaux avertissements de l’esprit des bois.

Acte II

Rusalka et le prince profitent de leur bonheur naissant. Le garçon de cuisine et le garde forestier observent cet amour avec suspicion : ils ne font pas confiance à l'étrange femme qui, comme l'a dit Ježibaba, ne peut pas parler. Alors que le garde forestier a peur des personnages sinistres qu'il soupçonne à chaque coin de rue, le garçon de cuisine se console en se disant que le nouveau bonheur du prince ne durera pas longtemps. L'idylle est soudainement perturbée par la princesse étrangère. Elle se moque de la Rusalka muette et piège le prince, qui poursuit l’étrangère, au grand désarroi de Rusalka. Celle-ci reste seule.

Une fois de plus, le spectre de l'eau prévient Rusalka qu'elle ne trouvera pas le bonheur dans le monde des humains. En sa présence, Rusalka retrouve un instant la parole et le supplie de la sauver. C’est avec amertume qu’elle se rend compte que la princesse étrangère peut offrir au prince quelque chose qui lui est refusé : la passion humaine. Coincée entre deux mondes, ni sirène ni femme humaine, elle ne peut ni vivre ni mourir.

La princesse étrangère savoure son triomphe sur Rusalka. Le prince, lui, est rongé par sa mauvaise conscience. Lorsque Rusalka les confronte, il la rejette durement, mais ne trouve pas non plus de satisfaction auprès de la princesse étrangère.

Act III

Rusalka se lamente sur son sort. Elle veut mourir. Une fois de plus, elle cherche Ježibaba et lui demande de l'aide. Elle ne veut d’abord pas écouter les conseils de Ježibaba : si Rusalka veut être libérée, elle doit donner la mort au prince. Le désespoir grandissant de Rusalka fait prendre conscience à Ježibaba qu'un être humain ne devient un être humain que lorsqu'il fait couler le sang des autres.  

Le garçon de cuisine et le garde forestier s'approchent de Ježibaba avec crainte : ils veulent qu'elle aide le prince, en détresse depuis le départ de Rusalka. L’Esprit de l’eau les interrompt et annonce au peuple sa cruelle vengeance.

Dans une ultime rencontre, Rusalka et le prince se retrouvent. Sachant que cela lui coûtera la vie, il supplie Rusalka de l'embrasser. Elle exauce son souhait.

Des Monstres et des Hommes

Le metteur en scène Dirk Schmeding, le scénographe Ralf Käselau et la costumière Julia Rösler s'entretiennent au sujet de Rusalka.

Rusalka d'Antonín Dvořák a été interprété de nombreuses manières différentes : comme un conte de fées « classique », mais aussi, par exemple, comme une histoire d'abus ou de famille dysfonctionnelle. Quelle a été votre première approche de cette pièce ?

Dirk Schmeding : Bien sûr, nous nous sommes inscrits dans la grande tradition de l'interprétation, puisque le matériau est très axé sur les questions psychologiques. Néanmoins, l'une de nos premières décisions a été de garder tels quels les personnages de cet opéra, qui sont des personnages de contes de fées. Avec les contes de fées, il s'agit davantage de la façon dont l'histoire est racontée et des embellissements, et moins de la nécessité de raconter l'histoire différemment ou d'inventer une fin différente.

Julia Rösler : Le conte de fées nous offre déjà une sorte de traduction : si Rusalka est différente des autres êtres, quelle meilleure manière de la représenter qu’en faisant d’elle le seul personnage à avoir une queue de poisson ? En tant qu'incarnation des peurs, des désirs et des envies, ces personnages sont tellement présents dans la tradition narrative qu'il n'est pas forcément nécessaire de les réinventer. Mais nous nous sommes progressivement éloignés des personnages classiques des contes de fées pour nous tourner vers des figures monstrueuses.

Ralf Käselau : Nous avons beaucoup traité des monstres et des archétypes qu'ils représentent, ainsi que des bouleversements sociaux qui ont accompagné l'apparition de ces figures.

DS : C'est souvent en temps de crise que les récits de monstres ont gagné en pertinence et ils nous en disent long sur les peurs d'une société. Les procès des sorcières à la fin du Moyen Âge en sont un bon exemple. Mais d'autres époques ont également créé des incarnations monstrueuses de ces insécurités : la révolution industrielle avec le monstre de Frankenstein, ou encore l'ère atomique avec Godzilla.

À part la queue de poisson mentionnée plus haut, qu'est-ce qui distingue les humains des personnages de contes de fées ou des monstres ?

DS : Les différences sont moins importantes qu'on pourrait le croire. Dans le premier acte, Rusalka raconte que l’esprit des bois lui a parlé des âmes humaines. Dans les contes traditionnels, les créatures aquatiques que sont les Rusalky n'ont pas d'âme, mais il suffit d'entendre une fois le chant nostalgique de Rusalka à la lune pour être immédiatement convaincu du contraire. Dans cet opéra, les monstres ont une vie intérieure riche et sensible et s'en sortent beaucoup mieux que les humains : le prince et la princesse étrangère, mais aussi les personnages comiques du garçon de cuisine et de Heger ne jouent aucunement le rôle de figures auxquelles on peut s’identifier positivement.

JR : Et c'est justement parce que les monstres sont si différents qu'ils permettent un autre degré d'empathie : parce que la distance créée avant tout par les apparences permet au public de regarder les personnages avec plus de détachement et donc peut-être de se reconnaître davantage en eux.

DS : Il y a toujours des moments où l'on peut s'arrimer à ces monstres. Qui n'a pas voulu prendre une nouvelle identité comme Rusalka ? Mais aussi l'immobilité dans un état, propre à l’Esprit du lac, ou la nature déçue et vengeresse de Ježibaba créent des points de connexion émotionnels.

Dans quels mondes évoluent les personnages de cet opéra ?

RK : Au début, nous supposions deux mondes séparés qui se heurtent sous la forme de Rusalka et du Prince. Mais comme nous devons travailler sans chœur dans le contexte actuel, nous avons revu le concept et l'avons densifié : non pas comme le choc de deux mondes, mais en dépeignant un espace en marge, une région abandonnée, exposée, qui est d'une part désolée, mais peut aussi être vue comme un paysage poétique de l'âme. Les forces de la nature, l'eau et l'absence d'eau ainsi que les traces que l'homme laisse dans la nature jouent un rôle important dans ce lieu. Les créatures monstrueuses les subissent, comme si elles étaient poussées à bout. Et c'est là que le prince se perd et rencontre Rusalka.

DS : La mélancolie qui caractérise ce lieu contamine naturellement les personnages. Dans ce paysage, on peut penser qu'il y avait autrefois un beau lac, mais qu'il s'est peu à peu asséché. C'est maintenant le cas des personnages qui y sont coincés. Pour Rusalka, l'absence d'eau met sa vie en danger, et le prince représente une promesse de départ et de mouvement indispensable à sa survie.

Une fin heureuse serait-elle concevable pour Rusalka et le prince en dehors de cet endroit ?

JR : Je pense plutôt qu'ils sont voués à l'échec. En fin de compte, les deux personnages sont tellement occupés à se chercher eux-mêmes qu'ils ne peuvent pas vraiment se rencontrer, sauf pour être déçus et se décevoir l'un l'autre.

RK : Le comportement du prince suggère qu'il devrait être considéré comme un poids léger et superficiel. Mais il était important pour nous de montrer clairement ce personnage et ses désirs.

DS : Au début, les deux s'amusent ensemble. Pendant un moment, leur relation est d’une telle légèreté qu’on souhaite la voir s’épanouir. La rapidité avec laquelle ils glissent ensuite vers la grande crise, c’est autre chose.

Dans les mythes d'Europe de l'Est, Rusalka et l'Esprit du lac sont des figures familières, bien que souvent dépeintes de manière moins positive que dans l'œuvre de Dvořak. Quel est le rapport entre ces deux personnages ?

DS : Dans notre œuvre, l’Esprit du lac est un être beaucoup plus âgé. En raison de son expérience et de son âge, il est d'abord une figure d’autorité pour Rusalka, peut-être le seul qui véhicule encore un sentiment de famille et de cohésion. Lorsqu'il demande à plusieurs reprises à Rusalka de venir avec lui et de rester dans le royaume de ses sœurs, on a le sentiment qu'il essaie de maintenir quelque chose sur lequel il n'a plus aucun contrôle : il ne lui reste plus que la réprimande. Mais sa relation avec Rusalka n'est pas seulement faite de respect et d'affection, elle est aussi faite de défi.

JR : Le fait qu'elle ne se laisse pas arrêter est important. Souvent, dans les mythes des rusalky, il est arrivé quelque chose de grave aux jeunes femmes, qui reviennent ensuite sous la forme d'esprits des eaux vengeurs. Nous ne voulions pas réduire cela à un dualisme victime et auteur, même s'il apparaît clairement que les êtres d'eau ne peuvent pas non plus être idéalisés.

RK : Avec Rusalka, en particulier, il est crucial de trouver les moments où elle résiste, de montrer ses pulsions, ses passions, son énergie… même celles qui sont destructrices.

Elle est libérée par une figure finalement assez énigmatique : la princesse étrangère...

JR : Même si le prince n'est pas qu'un poids plume, il est tout de même très inconstant, dans sa façon de lâcher sa bien-aimée si rapidement. En ce sens, la princesse étrangère nous parle d'abord du prince, puis, dans un second temps, de Rusalka, car elle incarne la peur de Rusalka de ne pas être assez bien pour lui.

DS : Elle agit comme un catalyseur de la catastrophe en déclenchant quelque chose chez les deux autres. Et le fait qu'elle n'apparaisse pas au milieu d'une grande fête, mais comme une apparition tout à fait singulière, lui donne un pouvoir de pénétration encore plus grand. Soudain, elle est le personnage le plus fabuleux de tous, qui apparaît et bouleverse tout.

A mi-chemin entre les humains et les monstres, la sorcière Ježibaba est un passeur de frontières entre les mondes ...

DS : Quand on regarde sa musique et ses textes, on a l'impression qu'elle a eu des expériences et des déceptions avec le monde et qu'elle en a tiré une abondante énergie destructrice. Avec ce désir, elle apporte une dimension presque anarchique à ce monde. La vieille douleur qui transparaît en elle rend le personnage plus tangible d'une certaine manière, mais n'excuse rien.

JR : Peut-être que cela fonctionne comme une sorte d'anesthésie : soulager sa douleur en sachant que d'autres vivent la même chose.

RK : Ou bien elle sait déjà que le rêve de Rusalka ne peut pas se réaliser. Ce n'est pas comme si Ježibaba aidait Rusalka en lui accordant le souhait de devenir un être humain. Il s'agit plutôt d'un jeu perfide qui, par moments, lui donne la qualité d'une sorcière shakespearienne. De plus, on a l'impression qu'elle peut décider et agir beaucoup plus librement que les autres personnages.

DS : La liberté de faire et de dire ce que l'on veut est bien sûr un privilège. Et le fait de pouvoir détruire ce que l'on veut est également un privilège, même s'il est discutable. Mais c'est une question de point de vue et de morale.

Questions par Theresa Steinacker.