Preloader Operavision
Hans Jörg Michel

Deutsche Oper am Rhein

Xerxès

En Perse, les rois font plus d’ombre que leurs arbres.

Opéras | Handel

Lors d’une campagne militaire à l'étranger, un roi excentrique se préoccupe plus de conquérir les femmes que la terre. Il obtient toujours ce qu'il veut, jusqu'à ce qu'il tombe amoureux de la maîtresse secrète de son frère.

 

Les tactiques de Xerxès, qu'il change aussi souvent que ses costumes opulents, laissent peu de temps à ses adversaires pour se reposer. Il en résulte un « spectacle de marionnettes baroque », comme le célèbre metteur en scène norvégien Stefan Herheim décrit sa spectaculaire mise en scène. Après une série déconcertante de jeux d'amour et d'intrigues, l'opéra de Haendel se termine sur l'idée que la vie est un théâtre où l'on ne peut pas toujours choisir son propre rôle.

Chanté en italien et allemand
Sous-titres en français, anglais et allemand avec possibilité de traduire automatiquement dans 114 langues.

 

En co-production avec le Komische Oper Berlin.

Disponible à partir du
01.02.2019 à 19h00 CET

jusqu'au
31.07.2019 à 23h59 CET

XerxèsValer Sabadus
ArsameneTerry Wey
AmastreKatarina Bradic
AriodateTorben Jürgens
RomildaHeidi Elisabeth Meier
AtalantaAnke Krabbe
ElviroHagen Matzeit
ChœursChœur du Deutsche Oper am Rhein
OrchestreNeue Düsseldorfer Hofmusik


MusiqueGeorg Friedrich Handel
Direction musicaleKonrad Junghänel
Mise en scèneStefan Herheim
DesignerStefan Herheim
CostumesGesine Völlm
LumièresFranck Evin
Chef des ChœursPatrick Francis Chestnut
DramaturgieAlexander Meier-Dörzenbach

Acte 1

Le roi Xerxès admire son platane bien-aimé lorsqu'il entend le chant de Romilda. Elle est la fille d'Ariodate, le commandant de son armée. Le roi demande à son frère, Arsamene, de parler à Romilda de son amour pour elle, mais il refuse de le faire car Arsamene et Romilda sont déjà amoureux l’un de l’autre. Sans se laisser décourager, Xerxès décide de courtiser Romilda et Arsamene avertit la jeune femme des intentions du roi. Malheureusement pour eux, Atalanta, la sœur de Romilda, est amoureuse d'Arsamene et encourage le roi dans sa détermination. Romilda s'oppose aux avances de son nouvel admirateur. En représailles, Xerxès décide de bannir son propre frère.

Amastre, une princesse étrangère à qui on avait promis qu’elle épouserait Xerxès, s'est déguisée en soldat dans l’armée de celui-ci. Elle l'observe alors qu'il reçoit Ariodate qui revient victorieux d'une campagne. Xerxes annonce qu'il récompensera le commandant en promettant à sa fille Romilda à un homme de rang égal au roi lui-même. Amastre décide de ne pas révéler qui elle est et jure de se venger. Arsamene demande à son serviteur Elviro de remettre une lettre à Romilda pour lui dire combien il est affligé par leur séparation forcée et s'engage à essayer de lui rendre visite en secret. Atalanta, espérant garder Arsamene pour elle-même, dit à Romilda qu'Arsamene est amoureux d'une autre femme, mais Romilda ne le croit pas.

Acte 2

Déguisé en vendeur de fleurs afin de délivrer le message de son maître, Elviro exprime clairement sa désapprobation à l'égard du désir du roi d'épouser Romilda, un simple sujet. La princesse Amastre, déguisée en homme, entend Elviro et elle est horrifiée par le projet du roi d'en épouser une autre alors qu’elle lui a été promise. Elviro remet la lettre à Atalanta, qui promet de la remettre à Romilda. Au lieu de cela, elle le montre au Roi, lui disant qu'Arsamene lui a envoyé et qu'il n'aime plus Romilda. Xerxes prend la lettre et la montre à Romilda, lui disant qu'Arsamene est maintenant amoureux d'Atalanta et non plus d'elle. Ebranlée par la nouvelle, Romilda continue néanmoins de rejeter les tentatives de séduction du Roi. Amastre tente de se suicider, mais Elviro l'arrête juste à temps. Le serviteur lui dit ce qu'Atalanta lui a dit, à savoir que Romilda allait maintenant céder au roi.

Les marins saluent l'achèvement d'un pont enjambant l'Hellespont, construit sous les ordres de Xerxès, et il ordonne à Ariodante de traverser le pont avec son armée et d'envahir l'Europe. Le roi trouve son frère au cœur brisé et lui dit de se réjouir car il est libre d'épouser Atalanta, mais Arsamene insiste : la femme qu'il aime est Romilda. En entendant cela, Xerxes conseille à Atalanta d'oublier Arsamene, mais elle dit que c'est impossible. Elviro est témoin d'une violente tempête qui menace de faire s'effondrer le nouveau pont, et il se calme les nerfs en buvant.

Xerxès implore à nouveau Romilda de l'épouser mais elle reste ferme dans son refus. Amastre intervient et dirige son épée vers le roi. Elle ne parvient à échapper à son arrestation que grâce à Romilda, qui convainc le gardien de la libérer. Amastre dit que Romilda ne devrait pas être forcée d'épouser un homme qu'elle n'aime pas, et Romilda loue ceux qui sont fidèles à leur cœur.

Acte 3

Romilda et Arsamene découvrent qu'Atalanta a comploté dans leur dos pour les séparer. Xerxès commence à menacer Romilda qui, effrayée, accepte de l'épouser si son père donne son consentement. Arsamene lui reproche amèrement cela. Lorsque le roi trouve Ariodante, il lui demande une fois de plus s'il est heureux que sa fille épouse une personne de rang égal au roi. Le commandant pense que cela signifie Arsamene et donne volontiers son accord. Quand Xerxès retourne auprès de Romilda, elle lui dit qu'Arsamene l'aime et qu'en fait, elle l'a déjà embrassée. Furieux, le roi ordonne que son frère soit mis à mort. Amastre demande à Romilda de porter une lettre au Roi, lui disant que cela l'aidera dans sa cause, et la princesse abandonnée pleure son sort. Romilda tente d'avertir Arsamene du danger auquel il est confronté, mais il lui reproche sa sentence.

Au temple du soleil, Ariodate attend les mariés. Quand Romilda et Arsamene arrivent, il les hâte pour que le mariage puisse être célébré immédiatement. Xerxès entre, prêt à épouser Romilda, et est furieux quand il découvre qu'il est trop tard, car Ariodante a déjà marié sa fille à Arsamene. Le Roi dénonce son commandant et est d'autant plus furieux que la lettre d'Amastre l'accuse d'infidélité. Xerxès ordonne à Arsamene de tuer Romilda, mais Amastre se présente et révèle son identité. Honteux, le roi souhaite à son frère et à Romilda le bonheur dans leur mariage et accepte d'épouser Amastre.

1° Xerxès le Persan

Les personnages de Xerxes de Haendel sont vaguement basés sur la description qu'Hérodote fait du roi persan Xerxès et de sa campagne contre la Grèce. Son admiration pour un platane, son frère Arsamène et la princesse Amastre a été retracée par des faits historiques. Il aspirait également à construire un pont sur l'Hellespont, mais ses ingénieurs ne réussirent pas à en construire un avec les matériaux habituels. En représailles contre la mer, Xerxès voulu la punir à l’aide de 300 hommes. Ils fouettèrent l'eau, car Xerxes était déterminé à maintenir un passage au-dessus du détroit.

Le libretto de l’opéra cependant, met l'accent sur l'intrigue d'amour fictive dans l'entourage de Xerxès. Le roi joue lui-même un rôle important car son invasion de la Grèce lui fournit de nouvelles maîtresses à conquérir. A renfort d’intrigues, de travestissements et de lettres trompeuses, les protagonistes poursuivent - et atteignent finalement - des dénouements romantiques plutôt que la gloire pour l'Empire persan.

Dans le programme de la première de 1738, les libertés historiques prises pour le livret sont mises à nu : « Le contexte de ce drame est si facile, qu'il serait troublant pour le lecteur de lui donner un long argument pour l'expliquer. Quelques imbécilités, et la témérité de Xerxès (comme le fait qu'il soit profondément amoureux d'un platane, et la construction d'un pont sur l'Hellespont pour unir l'Asie à l'Europe) sont à la base de l'histoire ; le reste est fiction. »

2° Structures inconnues

L'opéra expérimente de nouvelles formes de dramaturgie musicale. Même s'il s'agit d'une opera seria in tre atti, les ambiguïtés de l'intrigue entraînent des situations comiques et satiriques pour détendre la structure habituelle de la seria. Le public de la première ne savait pas comment réagir. Aucune histoire héroïque n'est exposée et développée. Au centre de l'action se trouvent plutôt les acteurs avec leurs intentions et leurs sentiments.

La musique était différente de celle à laquelle le public était habitué. Au lieu de longues arias da capo dans lesquelles les protagonistes réfléchissent à leur destin, il y a beaucoup d'arias courtes et de récitatifs concis. Celles-ci font avancer l'intrigue d'une manière qui semblait trop rapide et précipitée pour l'époque.

3° Des costumes encombrants

Malgré toutes ses innovations musicales, Haendel savait qu'il ne devait pas s'immiscer dans ce que le public voulait le plus : des costumes extravagants. Malgré leurs difficultés pratiques, les hommes devaient porter l'armure d'un capitaine romain et les femmes étaient vêtues de jupes de cerceau avec de longues traines inspirés de la mode de la France. Les chanteurs durent endurer ces costumes - appréciées par le public - lorsque Xerxes a été créé en 1738 au Queen's Theatre à Londres.

L'Allemande Gesine Völlm a dessiné les costumes pour l’Oper am Rhein. Les costumes opulents de Xerxes changent aussi souvent que sa tactique, ce qui laisse peu de temps à ses adversaires pour se reposer. Il en résulte un « spectacle de marionnettes baroque », tel que le célèbre metteur en scène norvégien Stefan Herheim décrit sa production spectaculaire.

4° Vers les étoiles

La plupart des personnages principaux de Haendel sont des voix aiguës, souvent des castras. L'un des plus célèbres d'entre eux était Farinelli, qui a dirigé un entourage de chanteurs étoiles. Après avoir quitté Londres pour Madrid, le chanteur est remplacé par le castrat Gaetano Majorano, qui prend le nom de scène 'Caffarelli'. C'est lui qui a été le premier à jouer le rôle de Serse. Comme tous les castras, une fois qu'il a acquis une certaine renommée dans le monde de l'opéra, son avenir financier est assuré ainsi que son statut. La société ostracisait en général les castras et ils n'arrivaient à s’intégrer que s'ils survivaient à l’épreuve du public. En revanche, un destin solitaire attendait tous ceux qui ne faisaient pas bonne impression sur scène.

Les compositeurs ont cessé d'écrire des rôles pour les castras au XIXe siècle et les chanteuses reprirent largement les personnages héroïques de l'ancien répertoire. Avec l’essor d’une volonté de fidélité historique, les contre-ténors ont lentement remplacé les femmes dans ces rôles. La production d'Oper an der Rhein est composée d'une distribution mixte de contre-ténors et de sopranos, ce qui donne une diversité de timbres aux gammes vocales aiguës nécessaires à l'opéra.

5° L'amour ne tombe jamais très loin de l'arbre

Malgré les éléments comiques de l'opéra et le travestissement, la musique a tous les traits dignes d'un opera seria, à commencer par le canonique 'Ombra mai fu' de Serse. Dans cet air d'ouverture, le roi admire un platane qui lui donne de l'ombre, et il ne semble pas moins joyeux que s'il chantait sur une femme qu'il aimait profondément. N'ayant pas l'habitude de mélanger les genres, il était d'autant plus difficile pour les premiers spectateurs d'apprécier la satire. Mais avec le temps, Haendel est devenu un génie du comique par la façon dont il associait des situations absurdes à des mélodies héroïques. ‘Ombra mai fu' est clair, majestueux et intemporel. C'est aussi une copie presque exacte de l'air d'ouverture du Xerses de Giovanni Bonocini, écrit 45 ans plus tôt.