Preloader Operavision

Glossaire d'opéra

Votre guide pour naviguer le monde de l'opéra

Articles

Aria (air) : pièce de musique vocale ou instrumentale, chantée avec ou sans accompagnement, elle représente le moment où l'action s'arrête et permet au personnage d'exprimer ses sentiments. Utilisé avant tout dans l'opéra, l'aria fait office de véritable épreuve pour la voix du chanteur.

Ballad opera : genre d'opéra combinant le dialogue parlé, la danse et les chansons populaires retraçant des airs de vieilles ballades. Un exemple typique de ce style beaucoup apprécié en Angleterre au XVIIIème siècle est L'Opéra du gueux de John Gay (1728). Les équivalents allemand et français sont respectivement le Singspel et l’opéra-comique.

Baryton : voix masculine possédant une tessiture moyenne, associée à une grande variété de personnages au XVIIIème siècle et plus particulièrement aux rôles de personnages hostiles au XIXème siècle.

Baroque : période de l'histoire de la musique et de l’opéra qui est généralement considérée comme la période s’étendant de l’époque contemporaine de Claudio Monteverdi (1567-1643) à la mort de Jean-Sébastien Bach (1750). Les opéras baroques se caractérisent par leurs intrigues fantastiques et par une expressivité accrue et une importance donnée aux ornements vocaux faisant preuve d’une grande liberté stylistique.

G.F. Handel était un compositeur d'opéras baroques prolifique (plus d’une trentaine d’opéras).

Basse : la voix masculine la plus grave. La voix de basse est souvent associée à des rôles d'hommes sages ou âgés et parfois à des personnages comiques.

Bel canto : littéralement le "beau chant" en italien. Le bel canto est un style richement décoré, qui exige une grande virtuosité vocale et une technique impeccable de la part des interprètes. Apparu vers la fin du XVIIème siècle, il est resté populaire jusqu'à la fin du XIXème siècle. Exemples: Rossini, Bellini, Donizetti.

Castrat : chanteur de sexe masculin avec une voix n’ayant pas mué, obtenue par castration avant l'âge de la puberté. Les castrats conservaient leur timbre de voix d'enfant tout en profitant du volume sonore qu’offre la capacité thoracique d’un adulte. La virtuosité, la portée et la puissance incomparables de leurs voix étaient très appréciées dans les opéras italiens des XVIIème et XVIIIème siècles. Cette pratique émane de l'interdiction selon laquelle la voix féminine ne pouvait être entendue en public. Elle fut cependant interdite à la fin du XVIIIème siècle, ce qui entraîna la disparition des castrats dont le dernier mourut au début du siècle suivant. Leurs rôles sont aujourd'hui généralement joués par des contre-ténors ou des mezzo-sopranos.

Carlo Broschi, connu sous le nom de Farinelli, est le castrat le plus célèbre de tous les temps.

Classicisme (époque classique) : période entre les époques baroque et romantique, de 1750 à 1830 (approximativement de la naissance de Mozart à la mort de Beethoven). Les opéras de cette époque réinvestissent le texte et la musique et font preuve d’un sens plus développé de la mélodie que les œuvres du baroque.

Coloratura : mélodie très élaborée, caractéristique du bel canto italien ou des airs de La Reine de la Nuit dans La Flûte enchantée (Mozart, 1791). Par extension, ce terme décrit également l'interprète d'une telle musique, à l'origine un castrat, et plus tard des voix féminines et masculines.

Contralto : voix féminine grave, noble et pathétique. Ce type de voix est relativement rare dans l'opéra et souvent associé à des interprétations de femmes âgées, de femmes de chambre, de mères, grands-mères ou de sorcières. « Contralto » est un terme décrivant une amplitude de voix à ne pas confondre avec le terme « alto » (qui se réfère à un passage de musique chorale et n'est pas nécessairement chanté par des contraltos).

Contre-ténor (ou sopraniste ou altiste, selon la tessiture) : voix masculine utilisant principalement sa voix de fausset ou voix de tête. Le contre-ténor a connu ses heures de gloire pendant la Renaissance et au cours de la période baroque, puis a presque disparu jusqu'à ce que cette musique soit redécouverte dans la seconde moitié du XXème siècle. Ne pas confondre avec « haute-contre », qui est un ténor utilisant occasionnellement sa voix de tête pour les aigus ou suraigus.

Final (ou finale) : désigne la dernière partie d'un acte ou la dernière scène d’un opéra. Il est généralement chanté soit par l'ensemble des rôles principaux, soit par tous les protagonistes réunis sur scène.

Leitmotiv (ou leitmotive) : thème musical (mélodie, accord, rythme) associé à un personnage, une idée, un état d'esprit ou un lieu et qui revient à plusieurs reprises dans une œuvre. Wagner a utilisé des leitmotivs dans tous ses grands drames de musique, non seulement pour rappeler un thème, mais aussi pour montrer comment ce thème a été modifié au cours de l'intrigue.

Livret : texte d'un opéra, de l’italien libretto « petit livre ». Il est le plus souvent écrit par un auteur ou un poète (appelé librettiste), parfois par le compositeur lui-même et contient les dialogues chantés et les éventuels passages parlés.

Mezzo-soprano : littéralement « soprano moyenne » en italien, c'est la deuxième voix féminine la plus élevée. Avec une voix plus profonde et plus chaude que la soprano, la mezzo-soprano interprète habituellement un personnage secondaire comme une femme d’âge mûr, une nourrice, une traîtresse, une sorcière, une tentatrice ou même un jeune garçon.

Comédie musicale : jeu théâtral issu de l'opérette, comprend de la musique, des chansons et de la danse.

Chanter sous la pluie est un exemple de comédie musicale.

Opéra : est une œuvre musicale et théâtrale pour un orchestre et des chanteurs. Plus lyrique en Italie, plus théâtral en Allemagne, plus visuel en France, l'opéra peut être divisé en deux branches principales : l'opera seria (sérieux) qui s’apparente à de la tragédie et traite de sujets mythologiques ou historiques, et l'opera buffa, comédie au caractère appuyé, d’un style animé aussi appelé opéra-bouffe ou bouffon (comique) qui utilise des personnages tirés de la vie quotidienne.

Opéra-comique : genre musical français contenant un dialogue parlé, équivalent au Singspiel allemand et au ballad opera anglais. Contrairement à ce que son nom indique, les thématiques propres aux opéras-comiques peuvent être sérieuses, comme le montre Carmen de Bizet (1875).

Opérette : « petit opéra » de caractère léger, l'opérette mêle généralement la comédie, le chant et la danse. Très populaire vers la fin du XIXème  et début du XXème  siècles à Paris et à Vienne, elle diffère de l'opéra-comique du fait de ses fins les plus souvent heureuses. Orphée aux Enfers d'Offenbach (1858), La Chauve-souris de Johann Strauss (1874) et La Veuve joyeuse de Lehár (1905) en sont de beaux exemples.

Ouverture : composition instrumentale qui débute un opéra, présentant souvent ses principaux thèmes musicaux.

Récitatif : phrases chantées librement, d'un ton plus proche de la déclamation que de la chanson. Dans l'opéra, le récitatif sert souvent à raconter les événements et à mettre l'intrigue en exergue, alors que l'aria, lui, met l'accent sur les émotions.

Romantisme : après la période classique, le romantisme (1830 au début du XXème siècle) caractérise le XIXème siècle, surtout dans les opéras de Verdi, Tchaïkovski et Wagner. Il remplace la rigueur classique par la liberté d'expression et la primauté des émotions.

Singspiel : genre allemand qui mêle le parlé et le chanté sur une thématique légère ou comique. Genre semblable à l'opéra-comique français et au ballad opera anglais. L'Enlèvement au sérail de Mozart (1782) est un Singspiel viennois traditionnel, alors que La Flûte Enchantée (1791) combine le genre du Singspiel avec des éléments de l'opera seria.

Soprano : la voix féminine la plus aiguë, celle des plus grands rôles du répertoire, des héroïnes tragiques ou mythiques, mais aussi des femmes de ménage, des personnages ingénieux et d'autres personnages amusants.

Synopsis : trame narrative d'un opéra.

Ténor : la tonalité la plus aiguë pour une voix d'homme, et la voix d’homme la plus populaire dans l'opéra. Dans un opéra, les rôles de ténors répondent généralement aux rôles de sopranos : le héros, l'amant et parfois l'ennemi.

Tessiture : littéralement « tissage » ou « texture » en italien, décrit l’amplitude de notes qui peuvent être émises par une voix de façon homogène et donc qu'un chanteur peut facilement embrasser. L'ambitus (du latin ambire signifiant « entourer » ) désigne l’étendue d’une tonalité qu'un chanteur peut atteindre, de la note la plus aiguë à la plus grave.

Vérisme : Terme désignant un genre d’opéra italien traitant de la « vie réelle » et des problèmes sociaux. Cavalleria rusticana de Mascagni et Pagliacci de Leoncavallo en sont des parfaits exemples.  D’autres compositeurs tels Giordano, Puccini ont eu recours à ce style.  

Prima donna : littéralement la « première dame » en italien. Il s’agit de la chanteuse qui interprète le rôle principal d'un opéra. Le terme, entré en usage au XIXème siècle après la disparition du castrat (« primo uomo »), a fait de ces rôles les plus populaires parmi les chanteurs. Souvent synonyme de « diva » (du latin « divine »). Maria Callas incarne la diva du milieu du XXème siècle.