Preloader Operavision
Marc Ginot

Opéra Orchestre national Montpellier

La Soupe Pop

Un bol d'humanité

Flash-back | Marie-Ève Signeyrole & The Tiger Lillies

Ce spectacle n'est plus disponible en vidéo à la demande, mais vous pouvez encore profiter des contenus annexes à la production.

Dans une soupe populaire, les bénéficiaires se moquent et se soutiennent à tour de rôle, se mentent et s'aiment, épiçant la réalité de leur vie avec une pincée de fantaisie.

 

Inspirée par l'expérience personnelle de la metteuse en scène Marie-Ève Signeyrole en tant que bénévolat dans une soupe populaire à la veille de Noël, La Soupe Pop invite son public à partager un bol de soupe entre acteurs et chanteurs sur la scène de l’Opéra Comédie de Montpellier. À mi-chemin entre théâtre et cabaret, l'expérience immersive se déroule dans une série de scènes brutes mais poétiques accompagnées de la musique joyeusement mélancolique du groupe culte britannique The Tiger Lillies.

Bénévole PoivreGrégory Cartelier
Figurant GardeJean-Luc Daltrozzo
LaurenceAlexandra Heiser-Dauphin
TonyMatĕj Hofmann
Le MinistreMiloud Khetib
NadirMehdi Lassoued
MireilleSebastien Lentheric 
LisaSandra Maurel
SergeAmadou Mbaye
RobertJean-Claude Pacull
MariaVéronique Parize
GérardFlavio Polizzy
NadineAnne Raynaud
Le BelgeJulien Testard
The Tiger LilliesMartyn Jacques (composition, vocals, accordion), Adrian Stout (double bass, vocals, musical saw), Jonas Golland (drums, percussion)
ChœursOpéra national Montpellier Occitanie


Musique Marie-Ève Signeyrole & The Tiger Lillies
TexteMarie-Ève Signeyrole
Mise en scèneMarie-Ève Signeyrole
DécorsFabien Teigné
CostumesYashi
LumièresPhilippe Berthomé
Chef des ChœursNoëlle Gény, Valérie Blanvillain
DramaturgieSimon Hatab
Assistant à la mise en scèneMarc Salmon
Arrangements musicaux pour chœur mixteReinhardt Wagner, Matthieu Roy

Pendant les fêtes de fin d'année, l'Opéra Orchestre national de Montpellier invite son public à sortir de sa zone de confort et à porter un long regard sur le quotidien des personnes dans le besoin. Sur la scène, le public partage un bol de soupe avec des acteurs et des chanteurs et les écoute reconstituer les histoires véridiques d'une vraie soupe populaire. En côtoyant ces bénévoles et bénéficiaires temporaires, le public découvre un OVNI théâtral burlesque, à mi-chemin entre performance et documentaire - et se lance dans une soirée à la fois hilarante et tragique, mais toujours touchante. 

Les Tiger Lillies commentent l'action sur scène dans des valses, des tangos, des chansons de leur répertoire et quatre créations originales composées spécialement pour cette production.

Titres interprétés

Crack of dawn
You’re scared (création originale)
Pretty Lisa
Stay away from him
Bottle in sea
Drowning
Traviata remix (a cappella)
Freak show
My funny Valentine
Let’s drink (création originale)
Gin
Maria (instrumentale)
My heart belongs to Daddy
Manure
Traviata remix
Maria
Poverty (création originale)
Alone (création originale)
Send in the clowns

Résister à l’oubli

Entretien avec Marie-Ève Signeyrole

Il y a trois ans, au moment de Noël, j’ai eu envie de me rendre utile. Je me suis présentée à la soupe populaire de mon quartier. Le responsable m’a alors expliqué qu’il était trop tard pour être bénévole, qu’être bénévole ne s’improvisait pas. Comme je ne pouvais pas servir la soupe, on m’a conseillé de rester pour parler avec les gens. Je suis donc revenue le soir suivant, accompagnée cette fois. Soir après soir, nous avons commencé à parler avec les bénévoles et les bénéficiaires. Nous avons compris que la parole jouait un rôle presqu’aussi important que le repas, tout comme le fait d’avoir rendez-vous quelque part avec quelqu’un tous les jours à heure fixe. En cela, la soupe est aussi une réponse à la solitude. Les histoires que nous avons collectées soir après soir sont devenues la matière première de ce spectacle.

Parmi les différentes soupes populaires que nous avons observées à Paris, l’une d’entre elles a particulièrement retenu notre attention : à ciel ouvert, devant une église. De toute évidence, les bénévoles de cette « soupe » étaient tous membres de la communauté de cette paroisse. Il y avait un rapport entre le religieux et le bénévolat qui était intéressant. Nous avons eu le désir de découvrir le plateau de la Comédie pour incarner cette « chapelle à ciel ouvert ». Plus nous fréquentions les bénéficiaires de cette soupe, plus nous apprenions à les connaître, plus nous nous interrogions : le déclassement qui avait frappé les bénéficiaires
de cette soupe, ne pourrait-il pas nous frapper également ? Je crois que l’idée de faire un spectacle participatif, immersif, où le public se retrouverait sur le plateau pour partager un bol de soupe parmi les comédiens, est née de là. 

Certaines scènes du spectacle peuvent paraître violentes. Je ne crois pas que la violence soit propre à la rue. Les propos sexistes et homophobes sont également très présents aujourd’hui dans le discours politique ambiant, à l’assemblée nationale... En ces périodes de fêtes, il peut sembler paradoxal de présenter un spectacle plutôt sombre et ironique. De même que la soupe est une réponse à la pauvreté et à la solitude, le théâtre est une réponse à la violence de la société actuelle, une résistance à l’oubli. Il ne s’agit à aucun moment de confondre notre position d’artiste ou de spectateur avec la position de ceux que nous avons rencontrés dans ces « soupes ». Mais par le biais de l’émotion, des mots, de la musique, le théâtre nous offre également la possibilité de nous réinterroger sur ces situations quotidiennes mais que nous ne voyons plus.

Propos recueillis par Simon Hatab