The Jacobin
National Theatre Brno

Le Jacobin

Dvořák
En direct le Disponible jusqu'au
Chanté en
tchèque
Sous-titres en
tchèque
anglais
allemand

« Nous venons de Bohême et vous demandez si nous savons chanter ? » Un couple inconnu arrive de l'étranger dans un petit village tchèque et la plupart des habitants les regardent avec méfiance. Seul le vieil instituteur Benda, un passionné de musique, leur ouvre sa porte et découvre que les étrangers sont plus proches d'eux qu'on ne pourrait le croire.

C'est la musique qui joue le rôle principal. Ainsi pourrait-on résumer l'opéra de Dvořák Le Jacobin, car c'est la musique qui guide le destin de tous les personnages de l'œuvre. En même temps, Dvořák dresse le charmant tableau d'une ville tchèque du siècle des Lumières, peuplée de personnages singuliers comme le professeur mélomane Benda, sa fille têtue Terinka amoureuse du jeune professeur Jiřík, ou Filip, l'intendant vaniteux du comte. C'est peut-être le souvenir de sa propre jeunesse, lorsqu’il apprenait la musique, qui est à l'origine de tant de mélodies charmantes et riches, à la fois exubérantes et mélancoliques, dans la musique de Dvořák, qu'il s'agisse de la fameuse scène de la cantate scolaire, du duo « Nous avons erré en terre étrangère » ou de la berceuse de Juliette. National Theatre Brno diffuse en direct sur OperaVision la première représentation de Jakobín en ce début d'Année de la musique tchèque : un hommage de Dvořák à la musique tchèque et à ceux qui l'aiment par-dessus tout.

Distribution

Comte Vilém de Harasov
David Szendiuch
Bohuš of Harasov
Roman Hoza
Julie
Pavla Vykopalová
Adolf de Harasov
Tadeáš Hoza
Châtelain Filip
Jan Šťáva
Jiří
Aleš Briscein
L'enseignant Benda
Petr Levíček
Terinka
Lucie Kaňková
Lotinka
Jitka Zerhauová
Orchestre
National Theatre Brno Janáček Opera Orchestra
Chœurs
National Theatre Brno Janáček Opera Chorus
Chœur des enfants
Brno Children's Choir
...
Musique
Antonín Dvořák
Texte
Marie Červinková-Riegrová
Direction musicale
Jakub Klecker
Mise en scène
Martin Glaser
Décors
Pavel Borák
Costumes
David Janošek
Lumières
Martin Špetlík
Collaboration aux mouvements
Martin Pacek
Dramaturgie
Patricie Částková
Chef des Chœurs
Pavel Koňárek
Chef du Chœur des enfants
Valeria Matašová
...

VIDÉOS

Trailer

Un avant-goût du Jacobin

L'ode à la réconciliation de Dvořák et le rôle décisif de la musique dans l’esprit national tchèque.

Lire moinsLire la suite
Extrait

Chœur des enfants (Tak ještě jednou serenádu)

Le chœur des enfants Brno Children's Choir chante « Tak ještě jednou serenádu » (Recommençons la sérénade) de l'opéra Le Jacobin de Dvořák au National Theatre Brno.

Lire moinsLire la suite
Extrait

Il est parti sans savoir... (On odešel)

La soprano Lucie Kaňková (Terinka) et le ténor Aleš Briscein (Jiří) interprètent le duo d'amour « On odešel » de l'opéra Le Jacobin de Dvořák au National Theatre Brno.

Lire moinsLire la suite
Extrait

Le sourire d'un enfant (Ten úsměv děcka)

La basse David Szendiuch interprète l'aria du comte « Ten úsměv děcka » de l'opéra Le Jacobin de Dvořák au National Theatre Brno.

Lire moinsLire la suite
En coulisses

Une introduction au Jacobin

Rencontrez la distribution et l'équipe créative de la nouvelle production de Jakobín au National Theatre Brno pour en apprendre plus sur ce chef-d'œuvre de la musique tchèque.

Lire moinsLire la suite
En coulisses

Un décor idyllique inspiré de la culture tchèque

Paysages idéalisés et émissions télévisées tchèques pour enfants : le décorateur Pavel Borák révèle ce qui a inspiré ses décors pour Le Jacobin.

Lire moinsLire la suite
En coulisses

Un chef-d'œuvre méconnu de Dvořák

Bien que Dvořák soit un compositeur mondialement reconnu, son opéra Jakobín est peu connu en dehors de la République tchèque. Selon le metteur en scène Martin Glaser, c'est parce que le livret est typiquement tchèque, et la musique encore plus.

Lire moinsLire la suite
En coulisses

Les costumes du « Jacobin »

Quelles sont les inspirations derrière les costumes du Jacobin ? David Janošek parle de ses choix de formes et de couleurs pour accompagner une scénographie minimaliste.

Lire moinsLire la suite

L'HISTOIRE

Acte I
C'est le jour des festivités et des chants s'élèvent de l'église, que le fils du comte de Harasov, Bohuš, et sa femme Julie écoutent avec émotion. Quelques années auparavant, Bohuš s'était séparé en mauvais termes de son père, qui lui reprochait sa sympathie pour la Révolution française et d'avoir épousé Julie contre son gré. Bohuš est ensuite parti en France. Il est de retour à présent, désireux de se réconcilier avec le comte. Les habitants arrivent de l'église, dont l'instituteur Benda, sa fille Terinka et le chéri de celle-ci, son assistant Jiří. Mais l'arrogant burgrave Filip est lui aussi attiré par Terinka. Jiří, jaloux, n'apprécie pas que le burgrave emmène Terinka au bal à sa place et se moque de lui avec une chanson. Le burgrave promet de se venger en veillant à ce qu'il soit enrôlé dans l'armée. Le son des trompettes annonce l'arrivée du comte, qui amène son neveu Adolf. Benda se réjouit de la réconciliation entre le comte et son fils. Cependant, le comte maudit son fils devant tout le monde et présente Adolf comme son nouvel héritier.

Acte II
À l'école, Benda répète avec les enfants une cantate festive qu'il a composée en l'honneur du comte et pour accueillir le nouveau seigneur du château. La répétition est terminée, mais Jiří rejoint secrètement Terinka. Benda les surprend et le jeune couple n'a d'autre choix que de faire semblant de répéter leur duo tiré de la cantate. Benda voit clair dans leur jeu et décide de marier Terinka au burgrave. Terinka et Jiří menacent de ruiner le spectacle de la soirée. Les femmes de la ville arrivent en courant avec la nouvelle que deux étrangers se sont présentés et qu'ils seraient de dangereux agents de la révolution, des jacobins ! Bohuš et Julie font à ce moment-là leur entrée dans l'école. Benda les rejette, mais ils parviennent à le convaincre qu'ils sont des artistes, tout comme lui, et Benda leur offre finalement l'hospitalité. Filip, le burgrave, arrive pour faire la cour à Terinka. Jiří refuse de partir et le burgrave, furieux, menace de le faire enrôler immédiatement. Adolf arrive ensuite, promettant au burgrave le poste de chef s'il attrape les étrangers suspects. Bohuš sort de sa cachette pour protéger Jiří. Adolf, qui est en partie responsable de la dispute de Bohuš avec son père, le fait arrêter et mettre en prison pour qu'il ne puisse pas faire de révélation au comte.

Acte III
Jiří tente de prévenir le comte pour lui dire qu'Adolf a fait arrêter son fils, mais le comte le jette en prison. Benda et Julie se rendent au château, où le détenteur des clés, Lotinka, les fait entrer secrètement. Pendant que Julie se cache, Benda supplie le comte de pardonner à son fils, mais celui-ci refuse. Le comte n'est adouci que par Julie qui, en se cachant, chante la berceuse de la mère de Bohuš. C'est une preuve de l'innocence de Bohuš et le comte est touché. Bohuš a été condamné à mort par les Jacobins, Julie l'a sauvé et ils ont fui ensemble la France. Mais aujourd'hui, il est prisonnier dans le château de son père. Le comte promet d'arranger les choses. Les invités se réunissent et la cantate de Benda est jouée. Avant de remettre le domaine à Adolf, le comte prévoit d'invoquer une ancienne loi d'amnistie pour gracier tous ses prisonniers. Le burgrave et Adolf s'excusent tous deux, mais finissent par admettre qu'il y a un étranger dans la prison du château. Le comte le fait amener et plus rien n’empêche le pardon et une fin heureuse.

EN PROFONDEUR

La rentrée des classes

Patricie Částková rencontre le metteur en scène Martin Glaser


Les années d'école, une période dont la plupart d'entre nous se souviennent avec une nostalgie plus ou moins grande. Nos professeurs préférés et ceux qui nous terrorisaient profondément. Les fondements de notre vie et la direction qu’elle prendra. Des souvenirs qui, parfois même, ont inspiré et donné naissance à un opéra. En effet, il est probable que la jeunesse d'Antonín Dvořák et son souvenir du professeur Liehmann de Zlonice, qui lui avait enseigné le solfège, soient à l'origine de l'intérêt du compositeur pour le livret de Marie Červinková. La fille de Liehmann, Terinka, avec laquelle Dvořák a chanté dans une chorale, a certainement joué un rôle à cet égard. La musique de Dvořák crée une image presque idyllique d'une ville tchèque, et même le terrible drame se termine bien. Pourtant, ce tableau est toujours d'actualité et reflète une grande partie de notre nature. Quelle sera donc la première contribution du National Theatre Brno à l'Année de la musique tchèque ? La dramaturge Patricie Částková rencontre le metteur en scène Martin Glaser pour en discuter.

Avec Le Jacobin de Dvořák, j'ai toujours eu le sentiment qu'il s'agissait d'un hommage aux professeurs tchèques, reflétant certainement les souvenirs de jeunesse de Dvořák. Avez-vous rencontré un monsieur Benda à l'école ?

Pour moi, il s'agit d'un hommage un peu particulier. D'une part, Benda est le professeur passionné par son métier, en l'occurrence la musique. Il en est obsédé et fera tout pour transmettre sa passion à tous ceux qui l'entourent. D'autre part, une autre de ses caractéristiques est la servitude tchèque face à l'autorité, une sorte d'humilité presque dévotionnelle combinée à une crainte. Sa lutte intérieure est tout à fait évidente lorsqu'il commence par presque bannir Bohuš et Julie de sa maison parce qu'ils sont des laïcs suspects qui ont beaucoup voyagé. Pourtant, lorsqu'ils montrent à quel point ils aiment la chanson tchèque, il ferait n'importe quoi pour eux. C'est un personnage extrêmement ambivalent - la situation décrite est-elle la manifestation d'un cœur pur et sans ruse, ou d'un pur aveuglement professionnel ?

Mais je m'éloigne du sujet. J'ai eu la chance d'avoir « ma Benda » pour ainsi dire. Elle était mon professeur de chimie à l'école primaire. À l'époque où les réseaux sociaux n'existaient pas encore, elle était la terreur de la ville en raison de sa rigueur et de son engagement pour la science. Mais en même temps, elle était un phénomène parce qu'elle savait comment inspirer et élever des « petits scientifiques » passionnés. C'est également grâce à elle que j'ai pu me lancer dans le théâtre après un virage plutôt important : j'étais étudiant en chimie à la faculté des sciences.

Qu'en est-il de vous et de l'opéra tchèque du 19ème siècle ? J'ai lu récemment dans Divadelní noviny (le journal du théâtre) que Dvořák ne pouvait pas écrire d'opéras et que les tentatives de les mettre en scène étaient un exercice futile...

Je ne cacherai pas que j'ai beaucoup de préjugés tout à fait inutiles. Personne ne m'a jamais imposé notre opéra national, mais je garde de mon enfance des images de foules de gens en costumes folkloriques se tenant debout et chantant de manière incompréhensible devant des maisons recouvertes de plâtre, et je trouvais tout cela plutôt ennuyeux. Ce qui est, bien sûr, extrêmement injuste. Mais je n'ai jamais eu le temps ni la raison de me familiariser avec tout cela. Je suis d'abord tombée amoureux de Rusalka, la nymphe des eaux (c'était le premier et longtemps le seul opéra que j'avais sur un disque vinyle). Ensuite, ce ne sont pas les autres opéras mais les symphonies de Dvořák qui m’ont séduit. Puis ma carrière m'a conduit vers d'autres compositeurs d'opéra. Lorsqu'on m'a proposé Le Jacobin, j'ai hésité. Mais seulement jusqu'à ce que j'écoute l'opéra. C'est la première fois que je décide de faire un opéra principalement en raison de la beauté de sa partition. Après plusieurs écoutes, j'ai éprouvé des sentiments de bonheur et des émotions si fortes que je me suis dit que c'était une raison suffisante pour travailler sur une production qui contredirait mes propres préjugés, car je crains qu'il y en ait beaucoup comme moi… ce qui est fort dommage, car cet opéra est un véritable bijou musical. Bien sûr, à l'étape suivante, j'ai dû formuler le thème sur lequel nous allions jouer, un thème qui résonnerait en nous. Sinon quoi, une version de concert aurait suffi.

Le Jacobin peut être un opéra délicat à cet égard, chaque génération y a probablement vu et perçu une trame principale légèrement différente...

Il s'agit plutôt de plusieurs histoires qui s'entrelacent progressivement, s'emmêlent, et pendant un certain temps, il semble que l’intrigue va évoluer en un drame sombre. Mais à la fin, tout se termine bien, le mal est puni, les vieilles erreurs sont pardonnées et le véritable amour l'emporte. Et c'est ce qui rend cette histoire si tchèque - petite mais agréable. La nature tchèque, ou une sorte d'exploration du caractère national, me semble être un thème fort et pertinent. Le fait que nous soyons capables de rire de tout, comment nous plions rapidement l'échine, notre capacité à rester debout sans crainte au moment crucial et notre aspiration à de grandes choses et à la liberté, le fait que nous soyons facilement émus et que, sous le coup de l'émotion, nous pouvons changer radicalement d'avis à 180 en un battement de cil. Le Jacobin est une sorte de petite « ménagerie tchèque », ses héros oscillant entre des personnages comiques et des personnages dramatiques plus grands que nature, en fonction de ce qui semble le plus approprié à la situation. Tout est porté par la musique en tant que facteur dramatique et par la façon dont les personnages communiquent entre eux - ils se griment au visage avec une chanson moqueuse, ils donnent une sérénade à leurs supérieurs avec un hommage solennel, ils chantent leur chagrin tout naturellement, ou ils utilisent la musique pour révéler leurs véritables sentiments, cachés au fond de leur âme.

La célèbre phrase « Nous venons de Bohême et vous demandez si nous savons chanter ? » est-elle toujours d'actualité ?

Je crains qu'aujourd'hui, ce ne soit plus qu'un vœu pieux. Pour moi, par exemple, l'éducation musicale à l'école primaire était une véritable torture. Je souhaitais sans cesse que l'enseignant nous fasse écouter de la belle musique classique à l'aide d'un tourne-disque portable, mais au lieu de cela, nous chantions sans cesse les mêmes chansons folkloriques. On ne jouait que très peu d’instruments de musique pour enfants, que j'aimais pourtant. C'est peut-être là, quelque part, que se trouvent les racines de ma méfiance (qui, je l'espère, n'est plus). D'une manière générale, il est dommage que nous soyons si peu fiers de l'énorme contribution à la musique et à l'opéra apportée par les compositeurs de notre pays. J'ai parfois l'impression que tout cela s'est fait en dépit des circonstances, au lieu de nourrir notre identité culturelle d’une fierté naturelle.

C'est une chose de trouver une ligne dramatique contemporaine dans Le Jacobin et c'en est une autre de trouver son identité visuelle. Que peut-on faire aujourd'hui de ce « tableau idyllique de la vie villageoise tchèque » ?

Il est assez étrange que presque toutes les personnes à qui je parle du Jacobin évoquent l'image d'une campagne idyllique, alors qu'en réalité, l'opéra se déroule dans une petite ville tchèque. C'est comme si Dvořák avait tissé cette image de la campagne tchèque, d'un paysage idyllique et doucement vallonné, dans sa musique. À l'approche de la cinquantaine, je me sens de plus en plus en harmonie avec la campagne tchèque, pittoresquement vallonnée, avec ses champs, ses avenues bordées d'arbres, ses prairies et ses forêts, ses ruisseaux et ses rivières, avec ses villages où les vieux tilleuls fleurissent au début de l'été et où l'air a une odeur douce et enivrante. Ce paysage vallonné est devenu la source d'inspiration du concept scénique de Pavel Borák, qui utilise également les possibilités offertes par la technologie scénique du théâtre Janáček pour lui apporter son dynamisme. Nous avons essayé de créer une essence, une image abstraite, notre propre monde en résonance avec tout ce que nous avons entendu dans la musique.