Preloader Operavision
Victorian Opera

Victorian Opera

La Sonnambula

Amina est sur le point de se marier avec Elvino ...

Flash-back | Bellini

Ce spectacle n'est plus disponible en vidéo à la demande, mais vous pouvez encore profiter des contenus annexes à la production.

AminaJessica Pratt
Comte RodolfoPaolo Pecchioli
LisaGreta Bradman
ElvinoCarlos E. Bárcenas
TeresaRoxane Hislop
NotaireTomas Dalton
AlessioTimothy Newton
ChœursVictorian Opera Chorus
OrchestreOrchestra Victoria


MusiqueVincenzo Bellini
LivretFelice Romani
Direction musicaleRichard Mills
LumièresPeter Darby

Amina est jeune et belle. Amina est la jeune femme la plus populaire de sa ville natale. Amina est sur le point de se marier avec son amant, Elvino. Mais dans ce pittoresque village suisse, les choses sont sur le point de se passer très, très mal.

« Perdona, o mia diletta » (pardonnez-moi, ô ma bien-aimée!) chante Elvino, arrivant tard à sa propre cérémonie de fiançailles. « Prendi, l'anel ti dono » chante le couple, et Elvino offre une bague à Amina. Pendant ce temps, Alessio, malchanceux, poursuit Lisa en vain, alors qu'elle pleure encore son amour perdu pour Elvino.

Un inconnu apparaît tout à coup. Il semble étrangement familier avec les lieux. Il dit aux villageois qu'il connaît déjà le village ; et prétend qu'Amina lui rappelle quelqu'un qu'il aimait, jadis. Cela provoque la jalousie d'Elvino. Les jeunes mariés se disputent à ce sujet, mais Elvino promet de garder sa jalousie sous contrôle («son geloso del zeffiro errante», j'envie la brise errante). Les habitants reconnaissent en l’étranger le fantôme d’un conte local, mais l'étranger s’en moque.

À l'auberge, flirtent sans vergogne Lisa et l'étranger, s’étant maintenant révélé comme étant le comte Rodolfo, fils et héritier de l'ancien comte. Mais Lisa s'enfuit quand elle entend quelqu'un s'approcher, perdant son mouchoir dans la fuite. Soudainement, un fantôme entre, mais ce n'est pas un fantôme: c'est Amina, somnambule, à la recherche d'Elvino. Rodolfo envisage de profiter d'elle mais s'abstient, écoutant sa conscience. Il se rend compte que les villageois ont confondu le somnambulisme d'Amina avec l’apparition d’un fantôme. Il entend les gens qui arrivent et décide de s'échapper par la fenêtre. Amina se retrouve seule dans la chambre de Rodolfo et se réveille au moment où Lisa pointe le doigt vers elle, entourée d’un groupe de villageois.

Elvino voit cela, en conclut qu'Amina lui a été infidèle et annule le mariage. Amina n'a pas perdu le soutien des villageois pour autant: ils décident de plaider l'innocence d'Amina auprès du comte Rodolfo. Teresa, la mère adoptive d'Amina, encourage sa fille, mais Amina perd espoir. Elvino reprend la bague d'Amina et décide qu'en fin de compte, il va épouser Lisa et non pas Amina! Rodolfo tente de convaincre Elvino de l'innocence d'Amina en expliquant qu'elle était somnambule, mais Elvino n’y croit pas.

Teresa met Lisa face aux nouveaux arrangements matrimoniaux. Lisa est réfractaire, disant qu'elle, contrairement à Amina, est vertueuse: elle n'a jamais été surprise seule dans une pièce avec un homme! En réponse, Teresa sort le mouchoir abandonné par Lisa.

Les villageois sont choqués de voir Amina traverser un pont dangereux vers le moulin et craignent de la réveiller, de peur qu'elle ne tombe. Au fur et à mesure qu'elle marche, elle chante un aria désespéré, dans laquelle elle se languit de son amour perdu. « Ah! Non credea mirarti si presto estinto, o fiore », (je ne m'attendais pas à te voir si vite flétrie, ô fleur d'amour) chante-t-elle. Elvino, frappé, réalise finalement sa grave erreur, et prend Amina dans ses bras dès qu'elle s'éloigne du pont. Amina chante l'aria « Ah! non giunge » pour exprimer sa joie face à ce merveilleux dénouement.