Preloader Operavision
Opera North

Wagner et son Anneau

Découvrez comment un cycle épique a vu le jour

 L'Anneau du Nibelung de Wagner reste l'œuvre la plus ambitieuse et la plus monumentale de l'histoire de l'opéra. Le compositeur a mis 25 ans pour la mener à son terme et a conçu un théâtre construit rien qu’à cet effet dans la ville franconienne de Bayreuth afin de la monter.

« Au lieu de concevoir une phase dans le développement du monde, j'avais conçu l'essence même du monde et reconnu son néant. »

Wagner en 1856

Le modèle de Wagner était le festival scénique en trois parties de la Grèce antique qui avait rassemblé toute une communauté pour une expérience cathartique et sa résolution. La structure de l'Anneau suit celle de l'Oresteia d'Eschyle. Son histoire dérive de la mythologie nordique, mais son traitement appartient à la révolution sociale et à la philosophie du milieu du XIXe siècle.

Comment un musicien largement autodidacte en est-il venu à écrire un opéra si sophistiqué de 15 heures?

Richard Wagner est né à Leipzig en 1813. Il n’a pas connu son père. Ses études musicales étaient chaotiques. Il a appris son métier en tant que compositeur en copiant les autres. Son premier opéra Die Feen (1833/4) est redevable des styles romantiques de Weber et Marschner. Son deuxième Das Liebesverbot (1834/6), inspiré de Mesure pour Mesure de Shakespeare, transposé de Vienne à Palerme, porte les échos des œuvres siciliennes de Bellini. Son grand opéra Rienzi, le dernier des tribuns romains, (1838/40) adapte le modèle de Meyerbeer, qui deviendra son archi-rival.

Aucun de ces premiers opéras ne s'est établi dans le répertoire. Pour gagner sa vie, Wagner a travaillé comme directeur musical dans les théâtres provinciaux: à Magdeburg, Königsberg et Riga. Il a épousé une actrice, Minna Planer, mais il était agité et a accumulé les dettes. Pour échapper à ses créanciers, il a fui Riga. Pendant le voyage en mer vers l'Angleterre, son navire a été pris dans une tempête au large de la côte norvégienne, ce qui a inspiré son premier opéra véritablement original.

Comme la plupart des œuvres ultérieures de Wagner, Der fliegende Holländer (1841/3) a un aspect autobiographique. Son héros est un étranger, condamné à errer dans les mers jusqu'à ce qu'il soit racheté par le sacrifice d'une femme. Son pouvoir élémentaire est renforcé par le fait qu’il est conçu pour être joué en une seule traite de deux heures et quart.

Tannhäuser (1843/5) retourne à la forme en 3 actes que Wagner utilisa pour le reste de sa vie. Son héros est déchiré entre son obsession pour le monde érotique du Venusburg et l'amour pur et sacrifiant d'Elisabeth à la cour médiévale de la Wartburg.

Lohengrin arrive d'un autre monde mythique, un étranger qui est adopté comme le sauveur de conflits politiques, mais dont le refus de révéler son identité entraîne sa chute. Au moment de la première (1850), Wagner était en exil, réfugié politique après son implication dans le soulèvement raté de Dresde en 1848.

 

Ouverture Lohengrin

La longue période de gestation du Ring avait commencé. Wagner a commencé par écrire le texte de la Mort de Siegfried et a travaillé à reculons vers les origines du monde. Son expérience de la politique radicale, sa lecture vorace de l'histoire, de la littérature et de la philosophie, devaient s’accompagner d'un nouveau langage musical plus symphonique. Il impliquait la modulation des motifs principaux et une structure imbriquée de changement harmonique pour créer une «mélodie sans fin».

« La composition est l'art de la transition ».

Wagner

Das Rheingold est la « soirée préliminaire » du cycle et Die Walküre le «premier jour». Les deux ont été créés au théâtre de cour de Munich, sous le patronage du jeune roi Ludwig II de Bavière. Mais Wagner a exigé un nouveau théâtre pour compléter le cycle avec Siegfried et Götterdämmerung (la Mort de Siegfried étant devenue Le Crépuscule des Dieux). Le théâtre a été modelé sur un amphithéâtre grec, avec un toit et des murs ajoutés pour se protéger des éléments, et une fosse d'orchestre invisible et couverte.

Bayreuth Gustav Bauernfeind, 1879 / Wikimedia Commons

Wagner voulait que les billets pour le premier Festival de Bayreuth en 1876 soient gratuits pour le public.

 

Le Nibelung du titre est Alberich, habitant de la terre inférieure, dont le vol de l'or aux filles du Rhin met l’action en mouvement. Son alter ego du monde supérieur est Wotan, le dieu principal dont la règle est fondée sur des traités gravés sur sa lance faite à partir du frêne primitif. Au fur et à mesure que le cycle progresse, leur place est occupée par la race humaine nouvellement habilitée, dont les amours et les rivalités conduisent à des conflits qui détruisent l'ordre ancien.

Le Ring est présenté en 10 épisodes sur OperaVision (avec Opera North) de fin octobre à fin décembre et restera disponible à la demande en 2018.

Wagner interrompit le travail sur le Ring aux deux tiers de Siegfried, parce qu'il avait encore besoin de transformer et d'enrichir son langage musical avant de terminer le cycle. Sa thérapie était d'écrire deux œuvres contrastées, avec lesquelles il a révolutionné les façons dont le monde regarde l'opéra.

Tristan und Isolde (1865) s’est avéré la partition la plus influente de l'histoire musicale. Il pousse aux frontières de la tonalité et annonce les expériences du 20ème siècle. L'histoire d'amour au cœur de ce drame va aussi au-delà de la convention dans son exploration de la passion illicite.

« Puisque je n'ai jamais joui dans la vie du vrai bonheur de l'amour, je dresserai un monument à ce plus beau de tous les rêves, où, du début à la fin, cet amour sera pour une fois complètement accompli. »

Wagner à Liszt

Die Meistersinger von Nürnberg (1868) est une comédie intimement liée au site, presque une pièce satyrique grecque, après la tétralogie du Ring. Il se termine par une scène de pacification collective, mais seulement après une bagarre de rue turbulente et le grand coup de blues du héros Hans Sachs, alors qu'il contemple la folie de l'humanité.

Si Meistersinger humanise la philosophie du Ring, le dernier opéra de Wagner, Parsifal (1882), propose une suite qui la transcende. Il dépeint une société tombée en décadence, qui ne peut renaître qu'après de longues luttes et des souffrances compatissantes.

Regardez PARSIFAL à partir du 1er avril 2018 sur OperaVision ici

Le génie des drames musicaux de Wagner, dont le Ring est la déclaration centrale, est qu'ils englobent les extrêmes du comportement humain et osent explorer les éléments les plus destructeurs ainsi que les plus ambitieux de la société.