Komische Oper Berlin

Les Contes d’Hoffmann

Offenbach
Ce spectacle n'est plus disponible en vidéo à la demande, mais vous pouvez encore profiter des contenus annexes à la production.

Dans l'imagination fiévreuse d'un poète, la mise en scène de Don Giovanni l'entraîne dans un voyage frénétique dans des mondes cauchemardesques. Mozart lui-même peut-il lui offrir le salut alors qu'il se perd dans ses rêves effrayants?

Barrie Kosky raconte l'histoire fantastique d'Offenbach comme un cauchemar inquiétant d'un artiste qui perd de plus en plus son sens de l'identité. Alors que nous plongeons dans les obsessions d'un esprit dérangé, le rôle titre lui-même est partagé par trois interprètes - dont un acteur - tandis qu'une seule soprano incarne les quatre rôles principaux féminins.

Distribution

Hoffmann 1
Uwe Schönbeck
Hoffmann 2
Dominik Köninger
Hoffmann 3
Edgaras Montvidas
Stella / Olympia / Antonia / Giulietta
Nicole Chevalier
The Muse
Karolina Gumos
Lindorf / Coppélius / Doctor Miracle / Dapertutto
Dimitry Ivashchenko
Andrès / Spalanzani / Frantz / Pitichinaccio
Peter Renz
Cochenille / Crespel / Peter Schlémil
Philipp Meierhöfer
Antonia's Mother
Karolina Gumos
Chœurs
Chorsolisten der Komischen Oper Berlin
...
Musique
Jacques Offenbach
Direction musicale
Stefan Blunier
Mise en scène
Barrie Kosky
Décors
Katrin Lea Tag
Lumières
Diego Leetz
Costumes
Katrin Lea Tag
Texte
Jules Barbier
Chef des Chœurs
David Cavelius
...

Vidéo

Trailer

BANDE-ANNONCE | LES CONTES D'HOFFMANN Offenbach - Komische Oper Berlin

Lire moinsLire la suite
Extrait

La Chanson d’Olympia

La poupée mécanique Olympia (Nicole Chevalier) chante « Les oiseaux dans la charmille », l’une des arias pour soprano colorature les plus difficiles jamais composées. Comme le suggère son surnom « L’air de la poupée », il a fallu remonter l’engrenage d’Olympia à maintes reprises pour qu’elle puisse continuer à chanter.

Lire moinsLire la suite

L'histoire

Une représentation de Don Giovanni de Mozart est, dans l'imaginaire exalté du poète Hoffmann, le point de départ d'une folle pérégrination à travers des mondes bizarres. 

L'admiration idolâtrique d'Hoffmann pour la cantatrice Stella dans le rôle de Donna Anna fait sans cesse surgir de nouvelles créatures féminines: la poupée Olympia qui exhibe ses prouesses sans âme; la chanteuse Antonia qui meurt de chanter; la courtisane Giulietta qui ravit le reflet d'Hoffmann. L'errance imaginaire d'Hoffmann tournera littéralement au cauchemar, peuplée qu'elle est d'étranges individus ténébreux: Spalanzani, l'inventeur d'Olympia ou Coppélius, le terrifiant marchand d'yeux, l'inflexible père d'Antonia, Crespel, ou le diabolique docteur Miracle, le surexcité Pitichinaccio ou le louche personnage Dapertutto. 

Pour finir, pas même Mozart ne pourra sauver le poète. Poursuivi par ses propres démons, Hoffmann s'est depuis longtemps perdu dans ses fantasmes et ses angoisses.
 

En profondeur

Les sosies d'Hoffmann

Le dernier opéra d'Offenbach revisité par Barrie Kosky

Avec Les Contes d'Hoffmann, Offenbach devient-il enfin un compositeur sérieux?

« Contrairement à la croyance populaire qu'Offenbach a quitté l'opérette avec sa dernière œuvre pour devenir un compositeur sérieux (d'opéra) à la fin de sa vie, je ne vois aucune différence entre le compositeur Offenbach des Opéras bouffes et celui des Contes. Il était un compositeur sérieux même avant cela, car les partitions de La Vie parisienne, Orphée aux enfers ou La Belle Hélène sont « sérieuses », parce que ce sont des chefs-d’œuvre extraordinaires. » 

Les Contes d'Hoffmann sont donc la conséquence logique de l'œuvre compositionnelle antérieure d'Offenbach.

« Il y a aussi des moments comiques et parodiques dans Les Contes d’Hoffmann, mais c’est une comédie différente de celle de la Belle Hélène ou de la Grande Duchesse de Gérolstein. La comédie chaleureuse des opérettes est devenue une comédie grotesque et mordante à la E. T. A. Hoffmann. L’opéra bouffe léger est devenu une opérette grotesque dans les Contes. » 

Hoffmann n’est-il pas un personnage profondément antipathique?

« Je trouve ce Hoffmann de l’opéra incroyablement antipathique en tant que personnage. Un homme ivre, déprimé, plein d'apitoiement sur lui-même, passant d'un moment narcissique à l'autre pendant trois heures. Ça ne m'émeut pas, en fait ça m'ennuie de plus en plus le long de la soirée. »

La solution de Kosky? Il a ajouté une partie parlante, s'est dispensé du dialogue original de l'opéra et a plutôt fait parler l'original E. T. A. Hoffmann à travers ses propres mots.

« De cette manière, il était possible de laisser naître, pour ainsi dire, le monde entier de cet opéra avec tous ses personnages dans l’imagination de figure de Hoffmann ajoutée. Cet homme solitaire perdu dans ses fantasmes peut montrer de manière crédible ses émotions sans se noyer dans l’apitoiement sur soi, celui d’un « pauvre poète ». » 
 
Vous pensez qu'un Hoffmann est trop? Que diriez-vous de trois Hoffmann?

Pour illustrer la perte d'identité d'Hoffmann et reprendre l'idée romantique du sosie, Kosky fait apparaître trois acteurs dans le rôle-titre.

« Ce fut presque une tournure du destin quand, au cours des répétitions, nous avons découvert qu’Offenbach avait initialement prévu le rôle-titre pour un baryton et que les deux premiers actes de l’opéra sont en fait disponibles en version baryton. Le simple fait de diviser la partie vocale entre deux ténors n'aurait jamais été une option pour moi. Mais avec trois personnages Hoffmann vocalement différents, le spectacle a pris une toute nouvelle dimension pour moi. »

Trois acteurs pour un Hoffmann, c'est bien juste. Mais une seule chanteuse pour les quatre femmes adorées?

« Non seulement les diables sont le produit de l’imagination de Hoffmann, les femmes le sont aussi. En réalité, aucune d'entre elles n'existe. Même pas Stella. Elle est la projection de Hoffmann d'une artiste de scène idéale. Elle est la voix faite chair. Chez les trois autres femmes, Hoffmann tente de retrouver encore cette femme idéale. Mais il n’est pas intéressant de suivre un homme pendant trois heures dans sa recherche de la femme parfaite. »
  
En dessous, cependant, se trouve quelque chose de plus intéressant:

« La relation de l’homme hétérosexuel avec les femmes est façonnée par ses propres peurs ; sa peur de l'impuissance, la conscience de sa propre mortalité - des craintes qu'il projette sur le sexe opposé. Les Contes d’Hoffmann ne parlent pas de la relation entre les femmes et les hommes, mais des craintes de perte de cet homme : Hoffmann. »