Polish National Opera

Manru

Paderewski
Ce spectacle n'est plus disponible en vidéo à la demande, mais vous pouvez encore profiter des contenus annexes à la production.

Un jeune couple, mis à l’écart pour s'être marié en dehors de sa communauté, vit dans la pauvreté. La femme dévouée veut encore donner une chance à l'amour, mais son mari aventureux commence à s'interroger sur le coût de sa liberté.

A l'occasion du centenaire de l'indépendance retrouvée de la Pologne, pour laquelle Paderewski a travaillé si dur, Manru ouvre la nouvelle saison du Polish National Opera. Histoire d'amour face aux préjugés, cet important ouvrage est un avertissement opportun contre la xénophobie et l'intolérance.

Distribution

Manru
Peter Berger
Ulana
Ewa Tracz
Urok
Mikołaj Zalasiński
Jadwiga
Anna Lubańska
Aza
Monika Ledzion-Porczyńska
Jagu
Łukasz Goliński
Oros
Dariusz Machej
A Gypsy
Maciej Ufniak
Fiddle
Stanisław Tomanek
Chœurs
Chorus and Orchestra of Teatr Wielki – Polish National Opera
...
Musique
Ignacy Jan Paderewski
Direction musicale
Grzegorz Nowak
Mise en scène
Marek Weiss
Décors
Kaspar Glarner
Lumières
Maciej Igielski
Costumes
Kaspar Glarner
Chef des Chœurs
Mirosław Janowski
Children’s choir master
Danuta Chmurska
Video Projections
Bartek Macias
...

Vidéo

Trailer

TRAILER | MANRU Paderewski - Polish National Opera

Lire moinsLire la suite
Extract

Manru, struny słodko brzmią

Aza, heureuse que son Manru bien-aimé ait été retrouvé, ne supporte pas le fait que le chef tzigane Oros et la plupart des autres considèrent Manru comme un traître et ne veuillent pas le prendre avec eux. Lui non plus n'arrive pas à décider s'il peut vraiment abandonner sa femme et son enfant pour commencer la nouvelle vie avec laquelle Aza le tente. 

Lire moinsLire la suite
Extract

Acte I Final

Alors qu'ils célèbrent un mariage, les habitants du village se retournent contre Ulana (Ewa Tracz) pour son impudence à l'égard de sa famille et de sa communauté. Urok (Mikołaj Zalasiński) tente de la protéger de la foule xénophobe, mais c'est Manru (Peter Berger) qui vient à sa rescousse. Jadwiga (Anna Lubańska) renie sa fille alors qu'Ulana et Manru s'échappent dans leur hutte au-delà du village.

Lire moinsLire la suite
Behind the scenes

Grzegorz Nowak

Grzegorz Nowak dirige Manru de Paderewski au Polish National Opera. Dans cette interview, il explique comment le compositeur a utilisé un violon et un cimbalom pour évoquer les sons d'un camp gitan. Mais s'il n'y avait plus de joueurs de cimbalom en Pologne aujourd'hui ?

Lire moinsLire la suite

L'histoire

Acte I

Les villageois se préparent pour une fête importante. La riche organisatrice Jadwiga déplore le fait que sa fille Ulana ait une relation avec Manru, un gitan et un étranger à la fois culturel et racial, ce qui est perçu comme un crime impardonnable pour elle et tout le village. La haine de l'Autre est plus forte que l'amour parental, et la fille rebelle éveille la colère de la mère par le fait même de la désobéissance.

Jadwiga est également incitée à la colère par Urok, un personnage louche qui sert de fournisseur de substances psychotropes et d'herbes dans le village. Il semble encourager la mère à faire preuve de miséricorde, mais ayant aimé Ulana pendant longtemps lui-même, il ne supporte pas son amour pour le Gitan et leur relation heureuse qui a abouti à la naissance d'un enfant. Homme solitaire et amer, son cœur est déchiré entre sa haine envers Manru et son amour pour Ulana. Lorsque cette dernière arrive pour demander à sa mère d'aider à soulager la pauvreté dont elle et son enfant souffrent, Urok tourmente la femme qu'il désire avec une vision des malheurs qui lui arriveront pour avoir été avec un étranger. Cependant, il cède à ses supplications, soutenu par l'espoir que son désir puisse être satisfait.

Désireuse d'obtenir des herbes qui redonneraient au Gitan la passion qui l'attirait vers son corps, Ulana ne brise pas les espoirs d'Urok. La mère exige que sa fille abandonne Manru et retourne dans sa maison familiale avec son enfant, sinon elle devra partir pour toujours. L'amour d'Ulana est inébranlable et elle choisit le malheur aux côtés de son mari. Enragée par cette impudence, la communauté se montre très agressive contre le «  traître », tout ceci amplifié par le désir généralisé des hommes locaux pour la charmante « gitane allumeuse », comme ils l'appellent avec mépris. Manru vient à la rescousse de sa bien-aimée et, prêt à donner sa vie pour elle, la sauve de la populace. Protégés par Jadwiga, ils s'échappent vers leur hutte au-delà du village.

Acte II

Ulana s'occupe de l'enfant pendant que Manru s'occupe de sa ferraille. Ils sont en proie à la pauvreté et découragés par une vie sans perspective et sans sentiment de sécurité. C'est impossible de continuer comme ça encore longtemps, et le souvenir nostalgique de leur passion révolue contribue à une ambiance négative. Manru estime que le prix qu'il paie pour abandonner un monde dans lequel il était libre et important est trop élevé.

Le couple reçoit la visite d'Urok, qui n'arrête pas de traîner autour de sa bien-aimée Ulana. Manru le tolère car il est la seule personne de son entourage sans haine xénophobe à son égard. Le Gitan ne sait pas que le visiteur a apporté la potion promise par Ulana pour raviver le désir de son mari pour elle.

Soudain, on entend un violon et cette musique a une emprise magique sur le cœur de Manru, évoquant des souvenirs de sa vie passée quand il aimait la belle gitane Aza. Son vieil ami Jagu est arrivé, en mission pour ramener Manru à la communauté gitane. Urok soutient pleinement cette mission, espérant avoir Ulana rien que pour lui. Mais Manru lui est fidèle et rejette la proposition de Jagu de régner sur les Tsiganes et d'abandonner le marécage rural. Heureuse, Ulana donne à son mari la potion apportée par Urok, mais son effet est illusoire et temporaire. Manru s'enfuit de la hutte, laissant derrière lui sa femme et son enfant, qui comptent moins pour lui que sa propre liberté.

Acte III

Les Tsiganes s'approchent. Aza, heureuse que son Manru bien-aimé ait été retrouvé, ne supporte pas le fait que le chef tzigane Oros et la plupart des autres considèrent Manru comme un traître et ne veuillent pas le prendre avec eux. Lui non plus n'arrive pas à décider s'il peut vraiment abandonner sa femme et son enfant pour commencer la nouvelle vie avec laquelle Aza le tente. Jagu est de nouveau présent avec le fidèle violoniste; il convainc les Tsiganes d'accepter Manru, et Manru de rester avec Aza. Pour que cela fonctionne, il doit se débarrasser d'Oros et le remplacer comme chef de cette communauté itinérante d'amoureux de la liberté.

Comme le pouvoir peut rarement être pris sans effusion de sang, la nouvelle vie de Manru est entachée de violence dès le début. Ils partent pour l'inconnu qui pourrait devenir leur paradis ou leur enfer. Ulana arrive, à la recherche de son mari bien-aimé. Elle demande à Urok de le ramener, mais il est trop tard. Alors que la fille dévastée veut se suicider, Urok lui ramène son jeune fils, les sauvant tous les deux de la malédiction et du mal tout-puissant.

En profondeur

5 clés pour aborder Manru

1° Pouvoirs de persuasion

Ignacy Jan Paderewski était le pianiste le plus célèbre de son temps. Il a fait un excellent usage de son extraordinaire popularité et de ses contacts phénoménaux dans le monde de la politique et de la finance en faisant pression pour la reconstruction de la Pologne. Plus tard, il en fut le premier Premier ministre. Comme le dit un magazine français, Paderewski était un « double virtuose » - du clavier et de la tribune. Mais il était aussi un compositeur important qui a laissé en héritage plus de 70 œuvres orchestrales, instrumentales et vocales. Parmi celles-ci, sa Symphonie en si mineur, une œuvre massive de 75 minutes, sa populaire miniature pour piano, Menuet en sol, et son seul opéra, Manru.

2° Un message à une nation

Manru est basé sur The Cottage outside the Village, le roman de Józef Ignacy Kraszewski sur la discrimination pratiquée contre la communauté rom. Publié peu avant la naissance de Paderewski, il aborde des thèmes particulièrement chers au compositeur, ouvert d'esprit : respect mutuel, unité sociale et diversité culturelle. Pour Paderewski, la nécessité d'éclairer la population rurale a inspiré bon nombre de ses activités, car c'est en défendant les traditions et le travail communautaire qu'il a vu les fondements idéaux de l'État polonais qui renaît. Mais son opéra n'est ni la première ni la dernière adaptation du roman de Kraszewski ; en 1884, il est transformé en pièce de Gabriela Zapolska et sert de base au film The Gypsy Woman Aza, réalisé en 1926 par Artur Twardyjewicz.

3° Un sanctuaire créatif

« J'ai rarement travaillé sur quoi que ce soit avec autant de plaisir et d'intérêt », observe Paderewski dans les derniers mois de la composition de Manru en 1900. L'œuvre, à laquelle il a consacré une attention inhabituelle, a été créée par étapes au cours d'un certain nombre d'années. Engagé dans sa carrière spectaculaire de pianiste et de conférencier, il a également eu du mal à s'intégrer dans son travail créatif. Mais à Riond-Bosson, sa nouvelle résidence au bord du lac Léman, Paderewski trouve enfin le temps et l'espace pour se concentrer sur son opus magnum. Il s'est ainsi joint à ses contemporains Mahler et Puccini pour trouver le meilleur endroit au bord du lac où un compositeur puisse se concentrer et être stimulé.

4° Comme une étoile filante

L'œuvre a été créée en mai 1901 à Dresde, où elle a été chantée en allemand. Dix jours plus tard, l'opéra a été présenté à Lviv, puis a commencé un voyage à travers l'Europe et l'Amérique du Nord, où il a été accueilli avec enthousiasme par le public et la critique. C'est à ce jour le seul opéra polonais à avoir été mis en scène au Metropolitan Opera de New York, où il fut chanté en anglais en février 1902. Cependant, son succès s'est fané étonnamment rapidement, et après ce bref triomphe, Manru a été oublié pendant de nombreuses années. Ce n'est que récemment que des metteurs en scène comme Marek Weiss, qui dirige cette nouvelle production au Polish National Opera, ont redécouvert la belle musique du Paderewski et son message artistique opportun.

5° Les Roms en Pologne aujourd'hui

« Aujourd'hui, il y a probablement entre 25 000 et 30 000 Roms en Pologne », explique Wladyslaw Kwiatkowski, porte-parole de l'Association des Roms en Pologne. Sa grand-mère a été victime de tests effectués à Auschwitz par le médecin SS nazi Josef Mengele et, à l'époque nazie, les Kwiatkowskis ont perdu plus de 100 membres de leur famille dans les camps de concentration, les exécutions et les marches de la mort. Bien que la situation se soit améliorée au fil des ans, il y a encore beaucoup de discrimination. Il explique que dans une petite ville non loin d'Auschwitz, les Roms sont victimes de discrimination lorsqu'ils cherchent un logement et que les propriétaires d'entreprises leur interdisent l'accès à leurs locaux. Pour lui, l'éducation est la clé de l'amélioration des relations : « L'éducation pour les Polonais, l'éducation pour les Roms - pour tous ceux qui vivent ici, afin que nous puissions réussir à vivre ensemble.»