Der Freischütz
Der Freischütz
Dutch National Opera & Ballet

Der Freischütz

Weber
Diffusé le Disponible jusqu'au Enregistré le
Chanté en
allemand
Sous-titres en
anglais
allemand
néerlandais

Max, un jeune chasseur, doit gagner un concours de tir pour obtenir la main de sa bien-aimée Agathe. Mais la veille de la compétition, alors qu'il semble avoir perdu toute aptitude au tir, Max se laisse convaincre par son rival Kaspar de conclure un pacte avec le diable pour obtenir sept balles magiques qui ne manquent jamais leur cible.

Ce joyau du début du romantisme était le plus allemand des opéras allemands selon Wagner. Der Freischütz est un irrésistible mélange de folklore, de romance et de lutte passionnée entre le bien et le mal, avec une touche de surnaturel, le tout capturé dans une partition mélodieuse et dramatique par Carl Maria von Weber. Le célèbre metteur en scène de théâtre, d'opéra et de cinéma Kirill Serebrennikov fait ses débuts à Amsterdam. Dans son approche de l'opéra, la lutte pour le succès est transposée du monde des chasseurs à celui des artistes. Le ténor allemand Benjamin Bruns et la soprano sud-africaine Johanni van Oostrum forment le jeune couple amoureux de l'opéra, sous la baguette de Patrick Hahn, qui dirige le remarquable Orchestre royal du Concertgebouw.

Distribution

Prince Ottokar, Kilian
Michael Wilmering
Cuno
James Platt
Agathe
Johanni van Oostrum
Ännchen
Ying Fang
Caspar, Hermit
Günther Groissböck
Max
Benjamin Bruns
Samiel
Patrick Hahn
The Red One
Odin Lund Biron
Chœurs
Chorus of Dutch National Opera
Orchestre
Royal Concertgebouw Orchestra
...
Musique
Carl Maria von Weber
Texte
Friedrich Kind after 'Der Freischütz' by August Apel
Direction musicale
Patrick Hahn
Mise en scène
Kirill Serebrennikov
Décors
Kirill Serebrennikov
Lumières
Franck Evin
Costumes
Kirill Serebrennikov and Tanya Dolmatovskaya
Chef des Chœurs
Lionel Sow
...

L'histoire

Dans une salle de répétition, nous rencontrons un groupe de chanteurs répétant Der Freischütz de Carl Maria von Weber : un opéra sur un jeune chasseur ambitieux qui doit gagner un concours de tir afin d'épouser l'amour de sa vie, au moment où ses talents de tireur semblent s'être dégradés. Son insécurité le pousse à conclure un pacte avec le diable.

Nous voyons des parallèles entre les personnages de Der Freischütz et les chanteurs qui les interprètent. Eux aussi sont tourmentés par la peur de manquer des notes, de ne pas se faire un nom dans le monde de l'opéra ou de perdre tout ce pour quoi ils ont travaillé si dur. Superstitions, jalousie et manipulations se déchaînent alors que les chanteurs font tout ce qui est en leur pouvoir pour faire leurs preuves auprès de celui qui, tel un dieu et un diable, tire toutes les ficelles : le chef d'orchestre.

Vidéos

Trailer

Un avant-goût de Der Freischütz

 Pour sa première à Amsterdam, Serebrennikov met en scène un pacte avec le diable.

Lire moinsLire la suite
Behind the scenes

Dans les coulisses de Der Freischütz

Dans cette nouvelle production non conventionnelle au Dutch National Opera, le metteur en scène Kirill Serebrennikov établit des parallèles entre Der Freischütz de Carl Maria von Weber et le monde de l'opéra, dans lequel se disputent ambition, peur de l'échec et superstition. La forêt allemande s’efface pour laisser place à un studio de répétition qui fourmille d'artistes.

Lire moinsLire la suite

En profondeur

Le bien contre le mal ne réflète pas toute la complexité du monde

Entretien avec le metteur en scène Kirill Serebrennikov et le dramaturge Daniil Orlov.


Dans cette nouvelle production de Dutch National Opera, la vaste forêt allemande et sa communauté de chasseurs ont disparu. À la place, c'est le monde de l'opéra lui-même qui occupe le devant de la scène dans la nouvelle production de Kirill Serebrennikov de Der Freischütz de Carl Maria von Weber.

Comment vous est venue l'idée de mettre en scène Der Freischütz ?
Kirill : Lorsque Der Freischütz m'a été suggéré par Sophie de Lint, Directrice de Dutch National Opera, j'ai immédiatement vu les possibilités qui s’offraient à moi. J'ai vu une ancienne production de l'œuvre à Stuttgart par Achim Freyer, et je sais que les numéros musicaux et les parties parlées de l'opéra ne sont pas vraiment intégrés. Il est donc possible d’emmener l'opéra dans une autre direction, d'en faire quelque chose de complètement différent, tout en conservant la fantastique musique de Weber.
Daniil : Parce que Der Freischütz est un Singspiel, l'opéra ressemble d'une certaine manière à une comédie musicale plus qu'à un opéra. Dans un opéra, la musique et le texte sont toujours profondément imbriqués du début à la fin. Dans Der Freischütz, ce n'est pas le cas, ce qui donne la possibilité de modifier la dramaturgie de la pièce.

Comment vous est venue l'idée de transposer Der Freischütz dans le monde de l'opéra ? D'en faire un opéra sur l'opéra ?
Kirill :
Der Freischütz a eu une grande influence sur les compositeurs qui ont suivi Weber. Il occupe une place importante dans l'histoire de l'opéra. J'ai donc commencé à réfléchir à l'opéra lui-même. Pas seulement en tant que forme d'art, mais aussi sur le commerce et les efforts qui y sont dédiés. Des centaines de professionnels se réunissent dans la fosse, dans les coulisses, sur la scène, juste pour créer quelque chose de très fragile, quelque chose d'extraordinaire qui n'existe que dans l'instant et disparaît lorsque le rideau se baisse. J'ai donc commencé à voir des similitudes entre le monde de Der Freischütz et celui de l'opéra. Les personnes qui veulent réussir à l'opéra consacrent leur vie à cette forme d'art. C'est comme un monstre : il dévore le temps et l'énergie, et exige beaucoup de sacrifices. C'est pourquoi la foi, la tradition et la superstition jouent également un rôle très important dans l'opéra.
Daniil : Comme les chasseurs qui atteignent leur cible, les chanteurs d'opéra doivent atteindre leurs notes. S'ils n'y parviennent pas, ils risquent de perdre beaucoup, tout comme Max.
Kirill : L'orchestre ou même l'opéra dans son ensemble peuvent être comparés à la forêt : un monde qui vous entoure, qui peut être menaçant et réconfortant à la fois. Et le chef d'orchestre ressemble à Samiel, le personnage surnaturel diabolique de Der Freischütz, qui tire les ficelles. Il décide qui obtient un rôle, qui mérite sa place sur la scène et qui est renvoyé. Les artistes veulent lui plaire ; il a le pouvoir de faire réussir ou échouer les artistes. C'est pourquoi le rôle parlé de Samiel est interprété par notre chef d'orchestre actuel, Patrick Hahn.

Vous avez également ajouté un personnage appelé Le Rouge. Quel est son rôle ?
Kirill :
Il est comme un médiateur entre la scène et le public. Son rôle est d'expliquer ce qui se passe. Il fait le lien entre l'histoire originale de l'opéra et la musique de Weber et notre nouvelle intrigue. Il pointe les choses du doigt et les relie. Il n'est pas seulement là pour expliquer ; il déclenche aussi des réactions de la part des autres interprètes. Mais il n'est pas le seul à briser le quatrième mur : les personnages le font également dans de courts monologues parlés, dans lesquels ils s'adressent directement au public. Dans ces monologues, ils partagent des choses très privées et intimes.

Comment ajoutez-vous de la complexité et de la modernité à un personnage comme Agathe ?
Daniil :
Dans l'opéra allemand traditionnel du début du 19e siècle, il y a cet idéal de la femme enfantine, naïve et pure. C'est ce qu'Agathe incarne.
Kirill : Dans l'opéra de Weber, Agathe est en fait plus forte que Max parce qu'elle est inébranlable dans sa foi, sa bonté et sa piété, alors que Max se tourne vers des forces obscures. Comment transmettre la force d’Agathe à un public moderne et la rendre attachante ? Nous avons décidé de conserver sa foi, mais de changer de religion : notre Agathe croit en la musique et pense qu'elle fait tout ce qui est nécessaire pour la servir et développer sa carrière.

Outre la musique de Weber, vous avez également inclus la musique de The Black Rider de Tom Waits, une pièce musicale créée en 1990, avec des textes de William S. Burroughs et mise en scène par Robert Wilson. Pourquoi ?
Kirill :
The Black Rider raconte la même histoire que l'opéra de Weber, avec les mêmes personnages, mais avec une ironie certaine. Pour moi, c'était une raison importante d'inclure la musique de The Black Rider. Pour nous, qui vivons au XXIe siècle, l'humour est une arme puissante qui nous aide à voir les choses plus clairement. Il crée une certaine distance critique.
Daniil : Nous avons fait très attention à placer la musique appropriée au bon endroit. Nous avions une longue liste de favoris, mais il y en avait beaucoup que nous ne pouvions tout simplement pas faire fonctionner. Ce que nous avons maintenant, ce sont trois chansons, une par acte, qui s’accordent au moment dramatique et musical.

Comment faites-vous le lien entre la musique et vos nouveaux dialogues ?
Kirill :
Avec notre nouveau texte, nous reflétons l'intrigue de Der Freischütz. Il y a un lien entre les personnages et ce qui se passe dans l'opéra original. Ainsi, plutôt que d’emmener l'opéra dans une direction complètement aléatoire, je pense que nous avons ajouté de nouvelles couches à ce qui, dans un sens, était déjà présent dans l'original.


Entretien réalisé par Laura Roling, dramaturge, Dutch National Opera.